Affaire Mètongnon au Bénin: La défense dénonce la sortie médiatique du procureur

Affaire Mètongnon au Bénin: La défense dénonce la sortie médiatique du procureur

En réaction à la sortie médiatique du procureur de la République auprès du tribunal de première instance de Cotonou, le 4 décembre 2017, le collectif

Me Salami sur l’affaire Mètongnon : « …Honnêtement sur le plan du droit, le dossier est vide »

En réaction à la sortie médiatique du procureur de la République auprès du tribunal de première instance de Cotonou, le 4 décembre 2017, le collectif des avocats de Laurent Mètongnon et de ses co-accusés a tenu à faire un point de presse pour dénoncer le fait. Le collectif a aussi relevé des omissions volontaires du procureur dans sa déclaration à la presse. C’était hier mardi 12 décembre 2017, à la Bourse du travail de Cotonou.

Me Aboubacar Baparapé qui servait de modérateur, a expliqué aux professionnels des médias que le point de presse que le collectif des avocats tenait ainsi, est un droit de réponse face aux propos du procureur. Il trouve qu’au cours de sa sortie, le procureur de la République a semblé préparer l’opinion à accepter une éventuelle condamnation de Mètongnon et des ses co-accusés, en faisant économie de vérité et en ne relatant que des aspects du dossier qui sont de nature à démontrer la culpabilité des mis en causes. Il estime par ailleurs que cette sortie du procureur avait comme but inavoué de livrer les mis en cause à la vindicte populaire.

Me Arnaud Vignilé Agbodjo qui a lu la déclaration au nom du collectif des avocats, est parti des déclarations du procureur de la République. Mais avant, il a fait remarquer que selon l’article 12 du code de procédure pénale : « toute personne qui concourt à une procédure, est tenue par le secret professionnel ». Estimant donc que sur ce point le procureur ne devrait pas faire ces déclarations. Le collectif trouve qu’en dehors du désir de conditionner l’opinion sur ce dossier, il y avait chez le procureur l’objectif d’accomplir une mission de lynchage médiatique. Lequel lynchage a été poursuivi à travers

la sortie des 3 ministres du gouvernement quelques jours après celle du procureur. Le collectif note également dans les déclarations du procureur, des omissions volontaires et dangereuses si tant était qu’il voulait vraiment éclairer l’opinion sur le dossier. Il relève que le procureur a volontairement omis d’expliquer que face aux déclarations de celui qui a dit avoir offert 71 millions aux accusés, il y a un démenti formel du prétendu intermédiaire.

Me Agbodjo relève que cette déclaration que le procureur a volontairement omise d’expliquer à la presse, est pourtant déterminante dans la suite du dossier. Une autre curiosité et pas la moindre et révélée par Me Agbodjo au cours de son adresse à la presse, a consisté à dénoncer le refus du parquet à délivrer à la défense le procès verbal de fin d’enquête selon les usages en la matière. Autant de zones d’ombre que le collectif a trouvé utiles de présenter à la presse, en guise de droit de la défense après la sortie du procureur.

Pour rappel, Laurent Mètongnon et ses co-accusés, indexés par le communiqué d’un conseil des ministres du 2 novembre 2017, ont été auditionnés à la sous direction de la brigade des affaires économiques et financières le vendredi 17 novembre 2017, placés ce même jour en garde à vue, puis présentés au procureur le jeudi 23 novembre 2017. Ce dernier a signé contre eux un mandat de dépôt à la prison civile de Cotonou, en attendant le procès qui est programmé pour le 19 décembre 2017, pour des motifs de « corruption et abus d’autorité »

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 1 année

    Il va falloir que tout le monde en vienne à considérer que les parties feront désormais usage au bénin des medias, pour faire connaitre leurs positions dans les dossiers.

    Les avocats doivent (vite) comprendre qu’ils ne seront plus les seuls à faire connaitre les avis à la presse.

    Dans le respect des limites imposées par la loi bien sûr (secret du dossier, affaire en cours, …). Ainsi vont Démocratie et évolution des moeurs de la Cité.