Dans un communiqué datant de ce 24 novembre, la CSTB annonçait une grève générale de 48h dans l’affaire de la mise sous mandat de dépôt de Laurent Mètongnon. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la CSTB annonce le renouvellement de cette grève.Dénonçant en plus de l’affaire Mètongnon, le mode de gouvernance (notamment de gestion des marchés publics), la mise à mal des libertés démocratiques,  et la mauvaise gestion des revendications économiques des agents de la fonction publique, la CSTB a décidé de renouveler sa grève en lançant une grève de 72 heures renouvelable, à tacite reconduction, à compter du mardi 12 décembre 2017 à 00 Heure au Jeudi 14 décembre 2017 à 24 Heures.

Communiqué de la CSTB

10 Commentaires

  1. De mon point de vue, ce Agadjavi paraît pourtant bien intellectuel. Mais, je suis surpris de lire ces énormités venant de lui. S’il trouve anormal la réaction des syndicalistes, qu’il nous démontre ce qui est normal de tout ce que le gouvernement pose comme acte dans le pays. Si selon lui, les revendications sont contraires à la loi, qu’il nous prouve ce que le gouvernement fait et qui est conforme à la loi.

    Pour finir, de tous les points énumérés par les syndicalistes comme motifs de revendications, je prie ce Agadjavi de bien vouloir nous dire un point qui ne relève pas de réalité et qui ne mérite pas d’être revendiqué.

  2. Il parle de quel conflit avec la loi ce pervers attardé mental de agadjavi ? Et puis même metognon n’a-t-il pas de garantie suffisante de représentation pour ne pas se soustraire à la justice. On dit à juste raison que vous et vos amis gouvernez avec ruse , rage , et hargne , mais metognon va échapper à votre rage et haine 

    • Solidariser avec l’un des vôtres, même lorsque ce dernier est en conflit avec la Loi, n’est pas un attribut connu d’un syndicat dans un pays organisé.

      • Surtout lorsqu’il est en conflit avec la Loi (ex: appel de décisions des prudhommes, contestation de décisions des tribunaux, suspicion de persécutions, de procédures abusives au pénal/civil pour cause d’engagement syndical).
        On est là très précisément dans le rôle historique des syndicats; qui étendaient la protection des salariés et des dirigeants syndicaux face aux attaques dont ils faisaient l’objet de la part du patronnat, des élites politiques – pour les intimider ou régler des comptes – en dehors du champ strict du Droit du travail (qui n’existait pas d’ailleurs dans les débuts).

        Sans me prononcer sur le fond de l’affaire qui est devant les tribunaux.

  3. Instrumentaliser les travailleurs dans des grèves qui n’ont rien à voir avec leur épanouissement et l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail est une marque de fabrique de la CSTB qui en réalité est une appendice du PCB. Il faut que la base se désolidarise de cette motion qui est une initiative de la nomenklatura du PCB qui veut faire chanter le gouvernement et extraire l’un des leurs,le camarade Metognon, des griffes de la loi. C’est cela la démocratie Nescafé dont parlait l’autre.

    • j’allais croire..à ta bonne foi…si tu avais les memes analyses et les conclusions péremptoires…lorsque par télécommade…on organisait dans ce meme pays..les greves perlées,les mercredis rouges..avec le concours des meme communistes…et autres tondus..juste pour empecher yayi de gouverner

      Quand on se dit..intellectuel…on doit parfois aller contre soi meme..ses certitudes,et sa positions dogmatiques…et prendre position claire…sur des enjeux…qui concernent le peuple

      • Je ne me souviens pas avoir jamais revendiqué ici ou ailleurs quelque statut d'”intellectuel”. Par contre, je m’efforce à chaque fois de faire usage de mon bon sens(la chose la mieux partagée selon Descartes) pour me faire une idée des événements en commençant par les situer dans leur contexte. Nous devons dénoncer le mal d’où qu’il vienne et quelque soit sa forme du moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire