Azatassou sur le message de Talon : « C’est un discours qui endort »

Azatassou sur le message de Talon : « C’est un discours qui endort »

Conformément aux prescriptions de la constitution du 11 Décembre 1990, le Chef de l’Etat en exercice a l’obligation à chaque fin d’année, de présenter l’état de la Nation à travers un discours prononcé devant les députés à l’Assemblée nationale.

Bénin : Les Fcbe sonnent la remobilisation dans l’Ouémé

C’est à cet exercice que s’est livré le Président Patrice Talon, le 22 décembre 2017 devant la représentation nationale à Porto-Novo. Au lendemain de ce discours, Eugène Azatassou le coordonnateur des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), a livré ses impressions à travers une interview accordée à votre journal. Il a aussi profité de l’occasion pour aborder d’autres sujets d’actualité.

LNT : Le Chef de l’Etat Patrice Talon s’est conformé à la constitution du 11 Décembre 1990 en prononçant son discours sur l’état de la Nation le vendredi 22  décembre 2017, devant les députés à l’Assemblée nationale à Porto-Novo. Quelle analyse globale faites-vous de ce discours ?

Eugène Azatassou: C’est un discours qui va dans la droite ligne de ce qu’on a eu jusqu’ici depuis l’installation du Président Talon à la tête de notre pays le 6 Avril 2016. C’est-à-dire « le pays était totalement gâté, ils sont venus pour tout arranger, il faut serrer la ceinture, il faut espérer, le bout du tunnel est pour bientôt, on va construire complètement le pays », etc., etc., etc. C’est un discours dans la même veine. C’est un discours qui endort et qui cherche à endormir davantage le peuple béninois et à faire en sorte que l’on continue d’espérer alors que la situation est très morose. C’est un euphémisme. Le panier de la ménagère est vide alors que des plus de trois 3000 milliards de budget utilisés pour notre pays depuis 2016, on ne voit aucune trace de ce qui est fait. On ne sent que l’appropriation de l’économie du pays par un clan. Tout au début et cela s’est poursuivi, le Président de la République et ceux qui l’entourent se sont réglé les comptes et ont ramassé les fonds. On ne comprend pas qu’on ait utilisé un tel budget (2010 milliards) en 2017 plus cent pour cent des 1400 milliards en 2016, et qu’on en soit là à payer les salaires sur crédits bancaires. On fait croire qu’on est toujours en train de faire la fondation, et que le trou est profond. Alors que l’impression qu’il se dégage nettement est que l’on creuse tous les jours avec des prêts à droite et à gauche. Ils creusent le trou davantage et le peuple béninois gémit chaque jour que Dieu fait. Et pour pouvoir gérer comme cela en toute liberté, et ne pas avoir d’entraves, on bâillonne les libertés démocratiques. On sait ce qui se passe au niveau de la presse. Toute protestation ou toute velléité de protestation est réprimée. Soit c’est le bâillonnement, soit c’est la corruption, soit c’est la recherche de prétextes à accrocher à un citoyen pour l’envoyer en prison ou le radier. C’est exactement ce qu’on est en train de vivre et moi j’ai été surpris que le discours n’ait fait état de rien de tout cela, que le discours n’ait pas fait état des violations répétées de la constitution. Nous assistons actuellement à la vassalisation des Institutions, le non respect des décisions de la Cour constitutionnelle. La vassalisation de l’Assemblée nationale s’est étalée au grand jour ces derniers temps. C’est vraiment dommage. C’est le discours qui dit : «dormez tranquille, nous nous occupons de vous», alors qu’en réalité nous dormons tranquille et on nous pille.

Vous avez prononcé le mot ‘’corruption’’. Là-dessus, le Chef de l’Etat s’est dit déterminé à mener une lutte implacable contre ce fléau, afin d’assainir l’économie du pays. Vous n’y croyez pas ?

Vous-même vous voyez, la moralisation de la vie publique est une bonne chose en général si elle est menée avec la rigueur qu’il faut. Actuellement, il n’y a pas cette rigueur là. On ne s’attaque qu’à ceux qui sont des opposants et qui l’expriment. Ce sont ceux-là qui sont dans le collimateur. C’est à ceux-là qu’on s’attaque. C’est pour ceux-là qu’on invente des choses. Vous avez bien vu que pour un dossier 45 milliards, on dit non, nous n’allons pas regarder dans le rétroviseur et pour un dossier 2 millions 500 cent mille avec du champagne, et dont les preuves n’existent d’ailleurs pas, on s’acharne sur des gens. Au lieu de regarder dans le rétroviseur, on a plutôt choisi de regarder dans la vitre arrière pour ne pas faire d’accident. On n’appelle pas cela moralisation de la vie publique. On se sert du principe de moralisation de la vie publique pour régler des comptes ou pour mettre au pas des gens qui veulent critiquer. Et c’est dommage qu’on en soit arrivé là. Je crois que l’équipe qui là est définitivement incapable de moraliser la vie publique tel que souhaité par le peuple béninois.

La date du 21 Décembre 2017 est le délai butoir donné par la Cour aux députés pour désigner leurs collègues membres du Cos-Lépi. Jusqu’à minuit de cette date, rien n’a bougé officiellement au parlement. Est-ce là une autre violation des décisions de la Cour par l’Assemblée Nationale ?

C’est clair que c’est une autre violation. Ce jour là, le Président de la République a fait son discours sur l’état de la Nation mais n’a fait aucun cas de cette décision de la Cour qui est une décision grave. Grave parce que la loi a été violée. Le Cos-Lépi devait être installé depuis juillet 2017. La Cour a enjoint de le faire dans les délais et c’est précisément l’expiration de ce délai là que le Chef de l’Etat choisit pour faire son discours, sans faire aucune mention de cette décision de la Cour. C’est tout comme s’il dit : « le chien aboie, la caravane passe ». Il choisit même ce jour pour se moquer de la Cour constitutionnelle et du peuple béninois en réalité. Le gouvernement nous a habitués à ne pas appliquer les décisions de la Cour constitutionnelle qui ne l’arrangent pas. A ce niveau, c’est excessivement grave et cela montre en réalité que nous sommes dans un Etat où les Institutions ne sont plus respectées. Nous sommes en autocratie, parce que c’est ce que le Président veut qu’il applique. Les lois qui ne l’intéressent pas ne sont pas appliquées. On les met de côté et on fait voter sa propre loi. On crée sa propre structure. On veut organiser les élections avec sa propre liste en allant chercher un opérateur SAFRAN de renommée négative au plan internationale. On est allé le chercher de force soit même, de manière que le consensus issu de la conférence nationale est foulé au pied et bafoué. Le peuple béninois n’acceptera pas cela. En tout cas, nous au niveau de l’alliance Fcbe, nous mettons le gouvernement en garde en disant qu’il n’y aura pas d’élections au Bénin sans la Lépi. Si le Cos-Lépi n’est pas rétabli et que la Lépi n’est pas rétablie, et il n’y aura pas d’élections. Il n’y aura pas d’élections avec la liste du Ravip qui est la liste 2 du gouvernement, une liste que le gouvernement s’est confectionnée tout seul, et qui n’est pas la liste consensuelle. Par conséquent, les populations peuvent aller se faire enregistrer pour le Ravip afin de bénéficier de tout ce que cela peut offrir comme services administratifs. Mais en ce qui concerne les élections, il n’y aura pas d’élections dans ce pays avec une liste issue du Ravip.

Vous avez les moyens techniques de contrôler la provenance de la liste à utiliser pour les élections prochaines, si elle est du Ravip ou c’est la Lépi ?

C’est le gouvernement qui nous contraint à cela. Dès que le Ravip avait été lancé, la loi adoptée et le comité de supervision composé comme il l’a été, au sein du Front pour le sursaut patriotique (Fsp), nous avons réagi en déclarant que la liste issue du Ravip ne doit pas servir aux élections. Le gouvernement n’a daigné écouter cela et il fonce en violant la constitution, de sorte que la majorité parlementaire n’applique pas la décision de la Cour. Est-ce que nous avons les moyens techniques de contrôle de la liste ? Le peuple béninois est notre moyen numéro 1. Nous comptons sur ce peuple de consensus. Ce peuple qui a fait la conférence nationale et qui a fait éditer des lois, des principes de consensus qui ont valeur constitutionnelle. C’est ce peuple qui doit veiller au grain et nous comptons sur lui. Il ne doit pas accepter qu’on aille aux élections dans ce pays avec une liste issue du Ravip, parce que c’est une liste concoctée par une seule partie, par une minorité, par un individu qu’est le Président de la République qui est parti chercher son opérateur. C’est lui le Président de la République qui a fait voter la loi sur le Ravip, et qui dans le comité de supervision, a mis 18 personnes pour la mouvance et seulement deux pour l’opposition. A en croire les députés, c’est une supervision de luxe parce qu’ils ne sont pas sur le terrain, ils ne savent pas du tout ce qui s’y passe, et la liste est laissé à SAFRAN, cette société qui est fauteur de troubles dans les pays où elle est passée. Il reste encore un certain temps pour les élections et nous commençons à, tirer sur la sonnette d’alarme dès aujourd’hui, pour dire qu’on ne fera pas d’élections dans ce pays avec une liste issue du Ravip.

24 heures avant le discours du Président Talon, le budget général de l’Etat exercice 2018 a été voté. Est-ce un hasard de calendrier ?

Disons que le parlement au moins ces derniers temps, a montré son vrai visage. Nous avons la confirmation que le parlement est vassalisé. Compte tenu de la façon dont ce parlement a ignoré les décisions de la Cour constitutionnelle, compte tenu de la façon dont les députés de la minorité parlementaire ont été interdits de parole, nous ne pouvons plus dire que c’est un hasard de calendrier. Ce sont des arrangements entre copains qui se sont entendus pour gérer ce calendrier. Le parlement est vassalisé. Ce n’est pas un hasard. Ce qui est certain, c’est que notre pays est en train d’être couvert par la charte de l’autocratie.

Je vous remercie.

Commentaires

Commentaires du site 16
  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 9 mois

    POUR MOI , C’EST UN DISCOURS QUI HYPNOTISE LES NAIFS .

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 9 mois

    2019, Yayi Boni, Président de l’Assemblée Nationale. 2021 Lionel Zinsou, Président de la République du Bénin. Voila l’objectif qu’il faudra atteindre. Travaillons maintenant!!!!!!

  • Avatar commentaire
    Farydh Il y a 9 mois

    Tcho !!! Que ça soit Azatassou ou Talon. Arrêtez de tromper le peuple. Que Azatassou (Professeur de Mathématiques et rescapé de la prison Ségbana) se souvient de quand ils étaient aux commandes pendant une bonne dizaine d’années, avec leurs différentes gabegies et bienfaits. Aillez pitié du peuple avec la manière dont vous faites la politique sous nos cieux depuis le renouveau démocratique.
    Aussi que Talon et son clan également, pensent la vie après le pouvoir.
    Au moins souvenez vous du peuple, car le souci de ce dernier n’est d’assister à vos différentes affabulations et idioties dont vous racontez.
    Que Dieu le tout puissant nous et vous pardonne le plus

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 9 mois

    M. Azatassou parle d’un discours qui endort…Qui ne souvient pas des logorrhées que ce Monsieur écrivait pour son mentor Yayi Boni et qui plongeait le peuple dans les bras de morphée au sens propre (des promesses mirobolantes qui ne se réalisaient jamais) et au sens figuré (quand Yayi commence son discours, vous pouvez aller forer un puits à Dassa, puiser l’eau, prendre votre douche et revenir suivre le même discours…. !!!!!!!).
    Et puis Azatassou ne manque pas d’air en nous parlant de vassalisation du Parlement (A-t-il oublié le PIIIN !!! PAAANNN !!!entre Yayi et Nago)
    En outre, en matière de réalisation palpable, on peut lui rappeler les scandales qui ont émaillé les dix ans de pouvoirs de Yayi et qui ont plongé le pays dans les abîmes dont Talon essaye de l’en sortir (ICC Services- des centaines de milliards dérobés aux populations, Maria Gletta-45 milliards dissipés dans l’achat de moteurs d’avion Dakota datant de la première guerre mondiale, Siège de l’Assemblée Nationale englouti dans la lagune de Porto Novo, machines agricoles qui n’ont jamais déblayé le moindre centimètre carré, concours frauduleux dont les admissions sont vendues aux plus offrants, logements sociaux livrés à la broussaille et aux serpents, de Lokossa à Ouedo., la liste est longue).
    Avec un tel bilan, on doit se faire tout petit et surtout se taire un moment, ne serait-ce que par décence… Au lieu de cela, Azatassou vient nous servir des analyses et donner des leçons dont la vacuité n’a d’égale que son incompétence récente en qualité de Directeur de Cabinet du ventilateur…. Ça suffit, face de rat…

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 9 mois

    Pardon cher administrateur, envoyez mon commentaire, car je n’ai encore insulté personne. Merci

    • Avatar commentaire

      moi je comprends..la précaution des gestionnaires du site…ltn

      Avec..le temps qui coure..on peut leur bloquer..leur site…

      Meme moi..qui suis..un animateur assidu..comme ollah et les autres…mes posts sont parfois bloqués…meme si je n’insulte personne..

      Tout d’abord..ils nous permettent..de communiquer…gratos…mais si on va leur créer des problemes..avec les rupturiens…ça craint

      Mais on peut s’arranger…

      Quelqu’un dont le post…est bloqué…me fait un petit geste…de 100 euros par weewtern..ou en bitcoin…ça passera…

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 9 mois

    C’est qui encore ce CASIMIR VIMADJE? Dommage que j’ai pas le bâton magique pour retirer des têtes dans ce forum, sinon ce type serait le premier à virer par ma fenêtre.

    Ah bon vous êtes toujours et encore à ce niveau là? Qui sont ceux-là alors que vous incriminez aujourd’hui si ce ne sont pas les mêmes que vous continuez de voir aux affaires (Koupaki avec son dossier ICC et autres, Saka avec son dossier turbine à gaz de Maria Gléta, Kassa avec son dossier PPEA2, Okounlola avec son dossier machines agricoles, et plein d’autres, même le PR Talon le donneur d’ordre de Boni Yayi). Les grandes décisions sous Yayi Boni ont été prises en complicité avec l’Assemblée Nationale ayant à sa tête, le Président Nago, Piiii …..Paaan. C’est pour vous dire que la majorité des barreaux de l’ex régime est encore présente dans cette rupture, alors fermez votre débat là, pardon.

    Le débat a déjà dépassé ce niveau et nous sommes maintenant à l’étape du concret.

    On dit bien que des actions de plus de 3000 milliards ont été déjà réalisées en moins de 2 ans et les résultats ne sont pas visibles. Cela devrait inquiéter notre jeunesse qui devrait normalement se poser mille et une question.

    Azatassou dit qu’on poursuit quelqu’un pour 2.500.000 FCFA alors que quelqu’un d’autre circule librement avec plus de 45 milliards de FCFA sans qu’il ne soit inquiété, juste parce qu’il dit qu’il soutient désormais le pouvoir en place.

    Mr Agonvinon, il faut être un togolais pour faire ce constat et le dire, avant que vous ne preniez celui là au sérieux?

    En tout cas, moi j’ai déjà constaté que vous vous êtes spécial dans vos analyses et commentaires en soutenant mordicus ce régime. Allons-y seulement.

    Mais CASIMIR, pardon t’as pas ta place ici, car tu ne prends même pas la peine de lire de fond en comble les articles avant de t’en jeter.

  • Avatar commentaire

    Attention à ne pas tomber dans le piège de “on n’ira pas aux élections avec Ravip”. Qu’est-ce qui prouve justement que nos amis les rusés n’ont pas introduit cette liste pour qu’avec cette discussion de l’utiliser ou pas pour les élections qu’ils s’éternisent au pouvoir car aucun consensus n’aurait été trouvé pour la liste à utiliser. C’est peut-être aussi à dessin qu’ils ont introduit le Lepi dans le processus du Rvaip. A mon avis le peuple dont parle M. AZATASSOU n’est pas loin: les techniciens du CNT, les responsable de cette affaire de Ravip sont tous des béninois et devraient faire ce qui arrange le Bénin et non un homme ou les leurs poches. S’ils voient des choses tordues qu’ils dénoncent sinon c’est le peuple qui aurait trahi le peuple.

  • Avatar commentaire
    Casimir vimadje lobogofoncome@gemail.com Il y a 9 mois

    Allez vous travailler vous êtes là à raconter des conneries sur le président de la république.Des genres comme Azatassou peut donner de leçon en matière de gouvernance? Parceque Talon ne vous a pas confié le Bénin a gérer.et c’est pourquoi Azatassou est là pour bavarder. On peut faire de l’élection avec n’importe liste,ce n’est pas Azatassou qui va le dire. Azatassou laisse le président a fait son travail.

  • Avatar commentaire
    Casimir vimadje Il y a 9 mois

    Allez vous travailler vous êtes là à raconter des conneries sur le président de la république.Des genres comme Azatassou peut donner de leçon en matière de gouvernance? Parceque Talon ne vous a pas confié le Bénin a gérer.et c’est pourquoi Azatassou est là pour bavarder. On peut faire de l’élection avec n’importe liste,ce n’est pas Azatassou qui va le dire. Azatassou laisse le président a fait son travail.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 9 mois

    Pour battre TALON moi je suis prêt à oublier tout ce que FCBE a fait de mal.

    Talon est pire que tous les régimes depuis la conférence nationale.

    • Avatar commentaire

      Sonagnon…

      Prenons de la hauteur…objectifs..et réalistes…n’est ce pas…

      Tous les régimes depuis la conf nationale….là tu exagères…je crois..

      Seuls..soglo et yayi…ont posé des actes mesurables..malgré les sinsuffisances..liées à notre propre nature.

      Kérékou..en dix ans..n’a fait qu’enrichir…une petite mafia…d’illétrés dits…de la relève..comme si..pour une relève….il faut des gens..qui ont échoué..dans un parcours académique basique..

      Sous yayi…il y a eu…des riches spontanés…et quelques tares…(népotisme et autres)..

      Talon…pose certains actes…nécessaires…mais si le social..ne suit pas…et qu’une mafia plus féroce…est en train de tout prendre

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Qu’il parle bien et juste cemonsieur azatassou ; le peuple du benin te comprend , et est prêt  et attend tes mots d’ordre pour sa grande mobilisation devant chasser ces aventuriers sans cœur et âme sauf pour le pillage , des affaires du pays 

    • Avatar commentaire
      Casimir vimadje lobogofoncome@gemail.com Il y a 9 mois

      Allez vous travailler vous êtes là à raconter des conneries sur le président de la république.Des genres comme Azatassou peut donner de leçon en matière de gouvernance? Parceque Talon ne vous a pas confié le Bénin a gérer.et c’est pourquoi Azatassou est là pour bavarder. On peut faire de l’élection avec n’importe liste,ce n’est pas Azatassou qui va le dire. Azatassou laisse le président a fait son travail.