Bénin: Lettre ouverte du PCB à la Directrice Générale du FMI

Bénin: Lettre ouverte du PCB à la Directrice Générale du FMI

PARTI COMMUNISTE DU BENIN (PCB) 01 B.P. 2582 Recette Principale Cotonou (Rép. du Bénin)

A New York, Talon parle de ses réformes avec Christine Lagarde

Tél. : 21 30 03 22/97 98 35 65 – Site : www.la-flamme.org

Cotonou, le 08 Décembre 2017

Le Premier Secrétaire

LETTRE OUVERTE A Madame Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds Monétaire International (A l’occasion de sa visite au Bénin).

Madame la Directrice,

Il est des occasions rares que celle qui se présente à notre peuple par votre visite en ce moment en terre béninoise, une petite portion de la planète. Certes nous savons que de tels déplacements rentrent dans les missions traditionnelles assignées à l‘institution mondiale, le Fonds Monétaire Internationale dont vous avez la charge. Faut-il rappeler ces missions? Ce sont :

1°- Veiller à la stabilité du système monétaire international ;

2°- Surveiller les Etats dans leur politique économique afin de prévenir les crises du système monétaire international, et faciliter l’expansion et la croissance équilibrées du commerce mondial ;

3°- Promouvoir la stabilité des changes ;

4°- Aider à établir un système multilatéral de paiements ;

5°- Mettre les ressources (moyennant des garanties adéquates) à la disposition des pays confrontés à des difficultés de balance de paiements.

Nous savons que, dans l’accomplissement de cette mission depuis sa création en 1944, beaucoup de choses (et non les plus reluisantes et éthiques) à l’encontre des peuples notamment des pays pauvres, ont été mises au compte de votre Institution. Au point d’incarner pour ces peuples le Mal Absolu, l’Huissier Recouvreur des Créances des pays et groupes financiers internationaux semant des désastres humains à travers le monde. Mais depuis les Confessions de votre illustre prédécesseur, Michel Camdessus, nous espérons pouvoir attendre du mieux du Fonds Monétaire international. Notre adresse portera sur deux grands points. Le premier concerne la monnaie Franc des Colonies Françaises (CFA).

Madame la Directrice Générale,

Dans vos multiples fonctions ministérielles en France et depuis 2011 à la tête du FMI, vous ne pourriez ignorer les graves préjudices causés et le grand obstacle au développement que constitue cette monnaie et cette zone monétaire pour les pays qui en sont membres. Au nom de quelle logique économique des Etats peuvent-ils être privés de la fonction régalienne de battre leur monnaie sur leur propre sol et de la faire loger auprès du Trésor d’un autre pays avec l’obligation de ne pouvoir en conserver que la moitié pour usage ? Au nom de quelle rationalité des pays travaillent et d’autres gardent le produit de leur travail sous le prétexte que les premiers sont incapables de garder l’argent de leur travail ? Le FMI peut-il ignorer que le CFA épouse les contours de la violence esclavagiste, coloniale et néocoloniale ?, qu’il est le succédané de la Banque du Sénégal créée en 1855 grâce aux ressources versées par la métropole française aux esclavagistes et en guise de réparation par
suite de la suppression de l’esclavage en 1848 ; que cette Banque du Sénégal deviendra au début du 20ème siècle Banque de l’Afrique occidentale qui émettra plus tard le franc CFA ? Enfin, madame la Directrice Générale, comment peut-on occulter le fait que les arrangements institutionnels organisant le fonctionnement de la zone
franc constituent le véhicule de l’accumulation de richesse hors du continent africain ? N’est-il pas clair que les règles de la fixité de la parité entre le CFA et l’euro, la totale garantie de convertibilité entre les deux monnaies et la liberté totale de circulation des capitaux entre les deux zones (franc et euro) autorisent en toute
légalité le siphonage des ressources vers des cieux autres qu’africain, obligeant les forces productives de la zone à devoir recommencer, chaque année le processus d’accumulation du capital ? Le Bénin plus que tous, est l’un des pays qui souffrent le plus des effets mortifères du CFA et de sa valeur surfaite. La dernière
dévaluation de 30% du naira au Nigeria, pays avec lequel l’économie béninoise est intégrée, a eu des effets catastrophiques dans notre pays. Elle a détruit les embryons d’entreprises tant structurellesqu’informelles béninoises, aggravé le chômage et ouvert la voie du départ des jeunes vers le désert libyen et la méditerranée pour être
vendus en esclavage ou mourir en mer. Malheureusement le FMI dans sa mission de contrôle de stabilisation du système monétaire international, n’a pas accouru pour des mesures d’accompagnement. C’est dire que la question du CFA revêt désormais pour nous, en tous cas au Bénin, un caractère urgent, vital, un caractère de nécessité
immédiate pour l’amorce de l’émergence du Bénin.

Madame la Directrice Générale du FMI,

Le deuxième point de notre adresse est celui des rapports de votre Institution avec le Bénin et sa gouvernance depuis avril 2016. Dans le dernier Rapport du FMI, il est dit « qu’en dépit des perspectives économiques favorables, la mission et les autorités conviennent que des défis restent à relever notamment la priorisation des dépenses publiques favorisant une croissance inclusive et une réduction de la pauvreté, l’accélération des réformes des administrations de l’impôt et des douanes pour mobiliser davantage de ressources intérieures… La mission encourage les autorités à continuer d’affecter davantage de ressources aux programmes sociaux prioritaires afin de protéger les couches les plus vulnérables de la population. Le FMI continuera à soutenir le programme de réforme des autorités et à cet égard, la mission a abouti à un accord sur les principaux objectifs du programme économique pour 2018 » (Rapport de mission septembre 2017) Votre Institution a dernièrement octroyé 13 milliards de CFA au titre d’un accord de facilité élargie de crédit.

Madame la Directrice Générale du Fonds Monétaire International.

Nous pouvons affirmer qu’en dépit des observations ci-dessus de votre Institution, la politique économique développée depuis quelque temps par le gouvernement ne va pas dans le sens d’une croissance inclusive et surtout dans le sens de la politique de Réduction de la pauvreté désormais paradigme du FMI. Et ce pour les raisons suivantes :

1°- Une gestion chaotique des finances publiques et une politique budgétaire erratique. L’on ne peut dire à ce moment quel est le budget qui a été exécuté cette année au Bénin. Est-ce celui adopté par le parlement et qui s’élève à 2010 milliards de CFA. Si oui pour quoi le budget 2018 prévoit un niveau inférieur à celui de 2017 (soit 1600 milliards ???) alors qu’il est reconnu que la situation est plus favorable en 2018 du fait de la remontée de la situation économique au Nigeria ? Si le budget de 2017 devrait être revu à la baisse en cours d’exercice pourquoi n’a-t-on pas à la représentation nationale pour un collectif budgétaire ?

2°- Le budget 2018 a multiplié les taxes au détriment des petites gens et petits producteurs et a procédé une défiscalisation pour les gros.

3°- Que ce soit dans les programmes sociaux tels que l’enseignement, la santé notamment, le gouvernement a procédé à une réduction drastique des ressources affectées aux programmes sociaux.

4°- Avec des opérations de déguerpissements massifs en début d’année 2017, nous avons assisté à la destruction massive des conditions de travail des petites gens ; avec la destruction massive et accélérée des emplois par les privatisations sauvages et les licenciements, nous avons atteint dans notre pays un niveau d’aggravation généralisée du chômage et de la pauvreté jamais égalé depuis les années 1989 au Bénin.

C’est dire que la recommandation de la mission du FMI qui dit « La mission encourage les autorités à continuer d’affecter davantage de ressources aux programmes sociaux prioritaires afin de protéger les couches les plus vulnérables de la population » est niée et au contraire complètement rejetée par la politique économique actuelle.

Madame la Directrice Générale du Fonds Monétaire international,

Telle est la politique en œuvre au Bénin depuis avril 2016. Il est donc incompréhensible que Le FMI « soutienne le programme de réforme des autorités » aboutisse « à un accord sur les principaux objectifs du programme économique pour 2018 » Si en dépit de tout cela, le FMI s’obstine à soutenir la politique assassine et anti-développement du gouvernement actuel de notre pays, le peuple béninois comprendra que l’Institution dont vous avez la Charge est opposée aux intérêts des peuples et prendra ses dispositions de survie par toutes voies possibles. Tout en vous souhaitant bon séjour sur la terre de nos aïeux, la terre de Béhanzin, de Bio Guèra, de Kaba, je vous prie de recevoir, Madame la Directrice Générale, l’expression des hommages les plus distingués.

Philippe NOUDJENOUME
Premier Secrétaire du Parti Communiste du Bénin
Président de la Convention Patriotique des Forces de gauche.

Commentaires

Commentaires du site 16
  • Avatar commentaire

    Ollah…!!

    J’ai voulu..rendre un hommage…à ce personnage qui a traversé son temps.

    Oui…toutes les ames ne sont pas pareilles et n’ont pas la meme valeur

    Ché guévéra,castro,sankara lumumba,jonhhy…comme le prophete mohamed..shiec amadou bamab,cheik ibrahim…niass….sont des grands esprits….

    Oui j’adorait beaucoup johnny hallyday et j’en étais fan..

    Il fallait que je le dise…

  • Avatar commentaire

    Je n’ai jamais été un fan…des commérations,des bougies,de l’éclaiarge de la tour effel….comme au moment de charlie hebdo

    J’ai toujours trouvé…ça idiot..

    mais j’ai trouvé…que l’hommage rendu…à johnny hallyday…était à la mesure de son immensité

    J’aurais souhaité…un hommage universel….à la mesure de son talent et de ce qui a donné….

    Pourquoi pas..un hommage surtout dans tous les pays africains..

    C’est ma jeunesse,mon adolescence..les yéyé,les saluts les copains….

    Jonnhy..t’es pas mort…pour paraphraser…dassaboté sur ..abdoulaye issa

    “ce n’est que le corps s’en vole…”…johnnny…je te kiffe..et re”pose en paix…

    Comme je t’aime bien..je m’occupe de léticia

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 11 mois

      Aziz , que viens chercher johnny dans lettre du PCB et dans nos palabres au benin , dis-nous situ as trop forcé sur le tchakpalo frelaté 😡

      • Avatar commentaire

        Pour..tchité..noir c’est noir..il n’a pas d’espoir….et c’est écrit….

        Je suis dans le noir….je ferai tout……

        .Il n’est jamais trop tard…que tchidé se pende….et puis on n’en parle plus

      • Avatar commentaire

        Ollah….!!!

        Tu ne peux pas comprendre..

        Je suis de cette génération d’enfants et de pré adolescents…qui avaient et tenaient un cahier d’amour…

        Les chansons de hallydays

        De palaprat’ la fin du monde’

        gerard lormmann…etc…ect….

        Dis je avaient un sens..

        On avait pas d’argent….on avait que des poémes…et des lettres qu’ont envoyait..à nos amoureuses..

        Oui…à l’école des souers de pkébié…le sultan et ses amis..ont avait que ça

        C’est une époque….bien passée

        Il n’ avait pas internet,les sms,les wattsap,face book…

        Eh bien..je dis..aux enfants d’aujourdhui…..salauds…va..
        .?

      • Avatar commentaire

        Mon cher johnny…je te confie syvie vartan à ollah ommar..

        Natali baye…à gbeto…

        Et je me charge de léticia…moi le sultan.aziz

        Ollah et gbeto..se charegeront…pour ta mémoire de changer les couches..de vartan et baye

        ça les occupera

        • Avatar commentaire

          Hihihihi kikiki….

          Pourvu qu’elle ne fasse pipi et caca sur olla

          • Avatar commentaire
            OLLA OUMAR Il y a 11 mois

            Si aziz pouvait savoir que tundé et agadjavi étaient scatophages 😡

          • Avatar commentaire

            ollah…j’aurais appris…que ces deux guss guss..bandent grave devant brigitte macron..

            les pervers,les salauds et adeptes des cougars…les pauvres

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 11 mois

    J’ajoute au post de Aziz, que nos amis les communistes se sont malheureusement compromis aujourd’hui avec leurs liaisons incestueuses avec les ordures de la Republique, genre Azatassou, Soglo et autres renégats qui ont saigné et mis notre pays à genoux. Leur virginité d’antan… c’est terminé sous la gadoue du rassemblement hétéroclite du FSP….

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 11 mois

      Voulez vous que les communistes s’associent à Patrice TALON pour piller le pays???

      Pour le moment la question est de s’unir pour écarter TALON du pouvoir, et la coalition est ouverte à tout le monde!!!

      Après on verra les différences. Aujourd’hui l’ennemi à abattre c’est Patrice TALON, il ne faudrait donc pas se tromper d’objectif.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 11 mois

    Je ns suis pas communiste, mais je ne crois pas que les communistes du Bénin auraient perdu à jamais. D’autant plus que l’histoire leur a donné Raison. Ils ont une Ideologie qu’ils défendent toujours et sans compromission bidon. C’est cela un vrai parti politique. Un jour peut être ils finiront par convaincre le plus Grand nombre.

  • Avatar commentaire

    Qu’est ce qu’il entend par ‘petits gens?’ C’est comme une lettre d’un élève de secondaire.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 11 mois

    Hum toi noudjenoume là , ta lettre en son point 2 fera l’objet de ” brouillage ” comme pour la radio soleil FM tu vas voir . 😜

    • Avatar commentaire

      Ollah…moi..je ne vais pas perdre mon temps à lire..une lettre des pcb.à une institution…qu’ils n’ont jamais aimé

      Etre communiste c’est une maladie psychique,…comme la peste..

      Voir des gens…intellectuels purs…succomber à cette maladie…qui rend les gens incapables de voir les réalités…me fait du mal

      Et pourtant..leurs diagnostics…leurs analyses..sont les plus éléborés…..mais leur incapacités congénitales…à voir les rapports de force…les perde toujours…et quel dommage

      Sans les communistes beninois..il n ‘y aurait jamais la conf nat..de 1990…et pourtant leur dogmatisme,leur absolutisme..et leurs instincts…de dictateurs les ont perdu..à jamais