Bénin: Les propositions de l’IAJP pour la lutte contre l’impunité

Bénin: Les propositions de l’IAJP pour la lutte contre l’impunité

Dans le cadre des vingt ans d’existence de l’Institut des artisans de justice et de paix (Iajp), un colloque international a été organisé du 14 au 15 décembre 2017 sous le haut patronage de la Conférence épiscopale du Bénin, et du Dicastère pour le développement

Education : Des ministres et PTF échangent sur des réformes urgentes

humain intégral de Rome. Des réflexions, les participants ont publié un manifeste pour une culture de justice sociale par la lutte contre l’impunité. « Justice et paix, non-impunité et miséricorde : clé d’une nouvelle citoyenneté ». C’est le thème abordé par les participants au colloque international du vingtième anniversaire de l’Institut des artisans de justice et de paix.

Après deux jours d’intenses travaux, les participants ont fait part des résultats auxquels ils ont abouti. Par la voix de Gustave Sanvy, ils ont fait des propositions sur la lutte contre l’impunité. Dans sa présentation à la salle de conférence du Chant d’oiseau le vendredi 15 décembre, Gustave Sanvy rappelle l’affirmation de Saint Jean-Paul II : « Dans aucun passage du message évangélique, le pardon, ni même la miséricorde qui en est la source, ne signifient l’indulgence envers le mal, envers le scandale, le tort causé ou les offenses. En chaque cas, la réparation du mal ou du scandale, le dédommagement du tort causé, la satisfaction de l’offense, sont conditions du pardon ».

Les participants ont constaté que les formes de discrimination, si elles n’ont pas pour base la poursuite du bien commun, exposent le vivre-ensemble à l’arbitraire, au laisser-aller et finalement au relativisme. Ils se sont engagés à reconnaître la nécessité d’édifier la vie sociale pour une paix durable sur la justice, qui implique la lutte contre le mal, la corruption, le détournement de deniers publics, toute tendance favoritiste et toute forme de conduite qui met à rude épreuve le vivre-ensemble ; à affirmé la réhabilitation urgente des lois et institutions qui protègent le bien commun dans l’esprit de la manifestation de la vérité. Ils demandent que l’alerte soit donnée d’une part par la dénonciation des cas de corruption, de détournement et d’actes d’impunité, et d’autre part par la punition et les sanctions requises, afin de freiner toute velléité laxiste, et de réhabiliter progressivement plus de rationalité et de justice dans la vie sociale.

Par ailleurs, l’Iajp invite « tous les citoyens à collaborer à ce que l’impunité cesse en assumant pleinement nos responsabilités, même si nous devrions payer pour nos propres incohérences ». Soulignons que la rencontre a connu la participation de l’Evêque de Porto-Novo Aristide Gonzalo, de la représentante résidente de la Fondation Konrad Adenaeur au Bénin, Erleke Elke et bien d’autres personnalités

Commentaires

Commentaires du site 0