Bénin : Patrice Talon tourne en dérision les syndicats et le peuple

Bénin : Patrice Talon tourne en dérision les syndicats et le peuple

Les cinq syndicats opérant sur la plate-forme portuaire de Cotonou, ont été surpris le vendredi 24 novembre 2017 de la déclaration du chef de l’Etat.

Bénin : Les syndicats de la santé invitent leurs militants à reprendre le travail dès demain

Lors de la rencontre au palais de la République sur la privatisation du port envisagée par Patrice talon, ce dernier a déclaré qu’il n’était pas au courant de toutes les grèves qui ont paralysé le port.

Cette déclaration, ajoutée à une supposée adhésion des syndicats au choix d’un mandataire au port, ont suscité des réactions ce mardi. Et il y a lieu de s’interroger sur la méthode de gouvernance du chantre de la rupture.

Le chef de l’Etat a surpris les syndicats de la plate-forme portuaire. Au cours de la rencontre avec eux sur la nomination d’un délégataire pour gérer le Port autonome de Cotonou, le président Talon a affiché son indifférence face aux perturbations créées par sa réforme. Nonobstant une série de grèves lancée par les travailleurs de la plate-forme portuaire pour s’opposer à l’appel à concurrence AAPC N°0825/PRMP/MIT/SPRMP pour le recrutement d’un mandataire au Port de Cotonou, le chef de l’Etat a déclaré qu’il n’était informé de rien. Dans ses propos face aux syndicalistes, le président de la République a soutenu mordicus n’avoir pas eu vent de la grève des syndicats qui a pourtant paralysé le port de Cotonou.

Cette manière subtile de tourner en dérision les travailleurs démontre une fois encore que malgré les grèves pour dire non à la privatisation du port, le chef de l’Etat a minimisé la situation. On se souvient que les syndicats du port avaient annoncé et observé un mouvement de grève de 48 heures, les mercredi 14 au jeudi 15 juin 2017, pour des points de revendication dont l’annulation pure et simple de toutes les procédures tendant à introduire le privé dans la gestion du port de Cotonou, le retrait pur et simple de l’avis d’appel à concurrence AAPC N°0825/PRMP/MIT/SPRMP, la suspension immédiate des réformes dans le secteur portuaire qui mettent en péril l’économie nationale, et les emplois dans le secteur portuaire… Puisqu’il n’y a pas eu d’entente entre le ministre des Infrastructures et des transports d’alors et les partenaires sociaux, un deuxième mouvement de grève avait été observé par les acteurs de la plate-forme portuaires. Une troisième motion de grève illimitée avait même été notifiée au ministre du travail et au ministre des Infrastructures et des transports, parce que le gouvernement, selon les explications des syndicats ce mardi, est resté dans sa logique de ne non satisfaction des revendications des travailleurs. Le ministre des infrastructures et des transports a fini par inviter les partenaires sociaux à s’entendre sur les points de revendication, assortie d’un protocole d’accord signé le 04 juillet 2017.

Plusieurs étapes pour résoudre la crise au Port

Après cette étape, un atelier de réflexion sur le dossier de recrutement de mandataire pour la gestion du port de Cotonou a été organisé à Bohicon du 10 au 12 août 2017. Une occasion pour toutes les parties d’explorer les contours de la privatisation du port grâce aux communications d’experts maritimes. Selon les syndicats, le ministre des Infrastructures a procédé au lancement et à la clôture des assises. Il revient alors à se demander le but de la déclaration du chef de l’Etat. Dans l’euphorie de la grève, l’un des directeurs techniques du port en la personne de Philipe Aboumon, avait même été relevé de son poste par le ministre. Toujours dans cette crise, le directeur général des travaux publics a joué sa médiation. Séraphin Agbahoungbata, ancien intendant du palais aussi. A moins qu’il n’ait pas mesuré la portée de sa déclaration, le président de la république vient ainsi de jeter un certain discrédit sur sa personne.

Un prétexte pour forcer la réforme

Le chef de l’Etat dit n’avoir jamais été informé des mouvements de grève des travailleurs, de la signature d’un protocole d’accord ou encore du séminaire de Bohicon. Cette déclaration de Talon est diversement appréciée par les syndicats, dont certains pensent qu’il ne peut pas ne pas en être informé. Le ministre Hervé Hêhomè ne pouvait pas se permettre de prendre un engagement sans aviser le chef du gouvernement. D’autres encore martèlent que le président Talon jette en pâture son ministre après s’être débarrassé de lui, et pensent que sa déclaration n’est qu’un prétexte pour faire passer en force sa réforme. Au regard de tout ce qui précède, il apparaît clair aux yeux des syndicalistes que le président Patrice Talon se moque royalement de leurs propositions. Néanmoins, Il a fait entendre que la seule chose qui pourrait lui faire changer d’avis, c’est que ces derniers lui montrent la dangerosité et les inconvénients liés à la privatisation du port. Joint au téléphone hier jeudi, Urbain Kanlinsou le secrétaire général du Syntrapac a expliqué que le rapport de leurs propositions sera envoyé au président ce lundi

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire
    Sonagnon 1 semaine

    Ce que je n’arrive toujours pas à comprendre, malgré PIK et ABT, pourquoi Patrice TALON se montre aussi mauvais dans la conduite des affaires publiques???

    Il terrorise à ce point ses proches collaborateurs au point où ils n’arrivent plus à lui dire la vérité???

    D’abord ce qu’il est, le rend suspect dans tout ce qu’il fait, raison de plus qu’il doit rechercher le plus large consensus dans les réformes qu’il entend conduire.

    Nous ne sommes plus en 1960 où le Président de la République décide tout seul ce qu’il veut!!!
    Personne ne peut le lui dire ouvertement????

  • Avatar commentaire
    aziz 1 semaine

    Pimpim..!!

    Peux tu préciser..le sens,le bien fondé,et les non dits de ton post..?

    Si je comprends..bien ..tu veux nous dire..que les beninois..se sont trompés de choix….malgré les mises en garde de yayi…dont les vidéos…sont encore fraiches…et disponibles sur youtube…?

    Quel est le beninois…qui ne revoit plus ces vidéos…de yayi….et qui n’est pas envahi par la honte…

    Quand je dis..que ce pêuple…est *******************************************************…beaucoup de gens..ne comprennent pas…mes posts

    Il faut réflechir avant de faire des choix…et non..faire des choix..et c’est apres qu’on se met à réflechir

    Quel dommage….

  • Avatar commentaire
    aziz 1 semaine

    Le forum…ltn..que je connais depuis maintenant 10 ans..doit etre reconnu d’utilité publique..

    j’ai eu l’occassion de lire…certaines personnes…à tel point que je me dis..tout n’est pas perdu

    Les billets..de carlos..un sage équilibriste..qui n’a jamais voulu se facher..avec quelqu’un..mais qui nous dit tout..sur ce que nous sommes

    Roger gbegnonvi…un intéllectuel…bon teint dont les billets font mouche…mais qui (roger gbeyonvi)..dont la réflexion..n’a jamais dépassé l’aire culturelle…adja tado..

    Donc je dirai que c’est un nain..un ethnocentriste…qui a du mal..à s’affirmer.

    Vincent folly…que j’ai écouté..sur sikkav tv….et qui me parait etre..un indomptable..c’est à dire quelqu’un dont le benin a besoin…

    Je kiff ce monsieur…vincent folly…par son courage…

  • Avatar commentaire
    Sonagnon 1 semaine

    Lorsqu’on vient à la tête d’un pays, et les préoccupations réelles des populations sont secondaires comment voulez vous que ce soit autrement?

    • Avatar commentaire
      aziz 1 semaine

      Ma petite tète de crétin..me dis que talon..va entrer dans l’histoire de ce pays..

      En bien ou ne négatif..!!?..je ne saurai le dire…

      Mais dans des actes qu’il pose..me confirme.qu’il installe une forme de révolution des comportements ,mentales…et quoi encore…indispensables pour le décollage de ce pays..

      Les syndicalistes professionels…mis aux pas..

      Les fonctionnaires verreux mis aux pas….

      Et pourquoi pas…les magistrats et tous les auxilliaires…de justice contraints de faire leur boulot….selon la charte..qui régie leur profession…

      Dis je…sont des choses…qui donnent espoir..à plus long terme..et je l’espère…

      Ici je parle de la posture..de l’homme talon..

      Cependant..la loi sur les partis politiques…est nécessaire..et tout le monde est d’accord..que 150 partis dans un petit pays…comme le notre n’a rien avoir avec la démocratie….il importe d’etre prudent…tant la ruse et la rage..des rupturiens…ne rassurent personne

      • Avatar commentaire
        Alo 1 semaine

        Plus que le nombre de partis, c’est l’absence de vrais partis qui pose problème. Certains créateurs de partis (opportunistes) ont certainement oublié l’existence de leur propre parti.

        En France, il y a plus de 400 partis mais il n’y en a que quelques uns qui animent la vie politique.

        http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/breve/2015/01/05/la-france-compte-15-fois-plus-de-partis-politiques-qu-il-y-a-25-ans_4549419_4355770.html

  • Avatar commentaire
    Amaury 1 semaine

    Il blague tout simplement. Quand la grève des agents de santé a atteint un niveau, n’a-t-il pas été obligé d’intervenir ? C’est ce que les syndicats peuvent faire qu’ils lui avaient montré et il semble l’avoir déjà oublié.
    On verra bien !

  • Avatar commentaire
    Dossou sprido Goussikinde 1 semaine

    Talon tu RS trop bon pour le Benin

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou 2 semaines

    Comme Yayi, Talon n’est informé de rien! Ce sont vraiment deux faces d’une même pièce, ce Yayi-Talon. Gouvernance semblable en dépit de la rupture, sauf que le chantre de la rupture est plus gourmand (Tout pour moi seul). Sinon très peu de chose distingue les deux amis.

  • Avatar commentaire

    Le monsieur connait combien coûte vos grèves et autres gesticulations. Sous couvert de vouloir défendre l’intérêt general, les acteurs politiques et autres syndicats étaient tous téléguidés par lui.
    Je ris seulement…

  • Avatar commentaire
    aziz 2 semaines

    Yayai boni…n’est pas bon..

    Lz c’est la france afrique et c’est un blanc..donc on ne veut pas de la recolonisation..

    Talon..a au port de cotonou..des conteners d’argent..qu’il va déverser..sur tout les beninois.

    Disons,la médisance,le mensonge…ont toujours un prix..à payer..n’est ce pas..?

  • Avatar commentaire
    ADJRAKATA 2 semaines

    Le dandy s’amuse!…”Que pouvez vous faire leur a t il demandé!”… Aux syndicats de lui prouver qu ils ne sont pas des tigres en papier!

  • Avatar commentaire
    Pimpim 2 semaines

    Talon atèkpon
    Bon jsp k le bénin tirera leçon de ton élection