Bénin : Le Cahe initie un colloque à l’endroit des philosophes africains

Bénin : Le Cahe initie un colloque à l’endroit des philosophes africains

Initié par le Centre africain des hautes études (Cahe) du professeur Paulin Hountondji, ce colloque qui a pour thème : « Etre humain dans l’Afrique d’aujourd’hui »,  vise à aider les philosophes du continent à se préparer pour le congrès mondial de philosophie en août prochain à Beijing.

Défi civilisationnel en Afrique selon Macron : Paul Kagamé répond à la France (vidéo)

Un colloque international de philosophie se tient depuis le mercredi 29 novembre 2017, au Chant d’oiseau de Cotonou. Se concerter, aplanir les divergences et mieux appréhender les défis du Congrès mondial de philosophie qui se tient en août prochain à Béijing.

C’est à cette tâche que s’attellent des philosophes africains depuis mercredi 29 novembre passé à Cotonou. Venus de Bénin, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Congo-Brazzaville, de la Rdc, de la France, du Nigéria, de la Tanzanie, du Togo, du Sénégal et du Zimbabwé, ces philosophes ont la responsabilité de réfléchir sur un thème d’une portée ontologique majeure : « Etre humain dans l’Afrique d’aujourd’hui ».

Au cours de la cérémonie d’ouverture qui a marqué le démarrage de ce colloque, le professeur Paulin Hountondji a situé les uns et les autres sur son importance. « Le colloque a une grande ambition, celle de contribuer à une bonne préparation africaine du congrès mondial de philosophie qui se tient tous les cinq ans sous l’égide de l’Unesco », a-t-il dit en allocution d’ouverture.

A sa suite, Adama Samassekou président de la Conférence mondiale des humanités, a fait un diagnostic approfondi sur cette crise de l’humain observée sur le continent. Pour lui, la crise du sens et l’esprit du lucre ont engendré la marginalisation des humanités mondiales au profit de l’homo economicus. Face à ce péril, le retour à nos fondamentaux, apparaît comme la solution pour « construire une nouvelle société ».

C’est pour cela qu’il préconise l’usage au paradigme de « Hubuntu », développé par le professeur burkinabè Joseph Ki-Zerbo, comme solution aux problèmes de l’homme. Le professeur Aloyse-Raymond N’Diaye, vice recteur honoraire de l’Agence universitaire de la francophonie (Auf), s’est quant à lui contenté de donner lecture du message de Luca Scarantino, secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de philosophie. Le clou de cette cérémonie c’est le discours de Bienvenu Koudjo, Directeur de cabinet du Ministre de l’enseignement supérieur, Mme Marie Odile Attanasso. Précédant le débat des philosophes, il affirme d’emblée que « l’humanité ne sera jamais, qu’un horizon, l’objet d’une quête et d’une conquête jamais achevées ».

C’est pourquoi dira-t-il, l’idéal d’humanité est une quête perpétuelle face aux nombreux problèmes qui se posent à l’humanité d’aujourd’hui. Pour planter le décor de ce colloque, la conférence inaugurale a pour thème « la fraternité, hier et aujourd’hui », et a été présentée par le Pr Abdoulaye Elimane Kane du Sénégal. Le colloque prend fin ce jour.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    gombo offline 1 semaine

    Koudjo est il scientifique, philososophe reconnu ?