Dialogue social au Bénin : Les syndicats suspendent leur participation

Dialogue social au Bénin : Les syndicats suspendent leur participation

Les six (06) centrales et confédérations syndicales signataires de la charte nationale du dialogue et leurs représentants, ont pris la décision de se retirer des activités du Conseil national pour le dialogue social (Cnds).

UAC – Bénin : Les étudiants déclarent le “Campus mort” dès ce jour

Pour cause, ils estiment que le dialogue social instauré par le gouvernement n’est rien d’autre que de la simulation. Les activités du Conseil national pour le dialogue social, si elles doivent avoir lieu, se feront désormais jusqu’à nouvel ordre sans les partenaires sociaux que sont les centrales et confédérations syndicales.

En effet, dans une déclaration qu’elles ont faite le vendredi 15 décembre 2017, les six (06) centrales et confédérations syndicales signataires de la charte nationale, ont annoncé leur volonté de ne plus participer aux activités du conseil. Selon les secrétaires généraux de la Csa-Bénin, de la Cosi-Bénin, de la Cgtb, de l’Unstb, de la Csub et de la Cspib, le dialogue social établi par le gouvernement n’est tout bonnement que de la ‘’parodie’’. A en croire les syndicalistes, le gouvernement de la rupture depuis son avènement a perpétré des actes de violation de la charte du dialogue social, surtout en son article 6. Ils s’offusquent également contre ‘’le manque de considération affiché par le gouvernement de la rupture’’ à leur égard, et son ‘’mépris’’ par rapport à leurs ‘’légitimes doléances’’.

Christophe Houéssionon, Anselme Amoussou, Noël Chadaré, Emmanuel zounon, Moudassirou Bachabi et Christophe Dovonon, dénoncent aussi ‘’la persistance du gouvernement dans la multiplication des actes attentatoires aux libertés syndicales d’expression et d’association’’. Pour ces secrétaires généraux, la seule solution désormais est la convocation d’états généraux du dialogue social du Bénin dans les plus brefs délais, ainsi que la tenue d’un atelier d’appropriation du contenu de la charte nationale du dialogue social par les parties prenantes, afin d’affirmer ou d’infirmer les engagements pris par chacun

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    fofovi Il y a 4 mois

    Cest donc ESSE Iko qui avait raison

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Alors il faut dire bravo à essé icko de la CSTB qui a eu raison trés tôt de  refuser de participer à ce machin du gouvernement pour entuber les représentants des 6 centrales signataires de l’époque