Fin du piratage de sa fréquence : Soleil Fm opte pour la radio de proximité

Fin du piratage de sa fréquence : Soleil Fm opte pour la radio de proximité

Donklam Abalo, directeur de la radio Soleil Fm, a procédé dans l’après-midi d’hier lundi 18 décembre 2017, à l’installation du club « Soleil Cotonou », dans les locaux de l’annexe de la radio à Maro-militaire à Cotonou.

Bénin : Brouillage des fréquences de Soleil Fm dans l’indifférence totale

Cette installation inaugure un projet de constitution de clubs « Soleil », sur toute l’étendue du territoire national et au sein de la diaspora béninoise, afin de se rapprocher davantage de sa communauté d’auditeurs, surtout au lendemain de la cessation du brouillage de la fréquence 106.0Mhz.

La radio Soleil Fm a son premier club d’auditeurs. Il s’agit du club « Soleil Cotonou », composé de 15 membres et dirigé par un bureau de 5 personnes. Donklam Abalo le directeur de la radio, l’a installé dans l’après midi d’hier lundi dans les locaux de l’annexe de la radio sis au quartier maro-militaire à Cotonou. Selon M. Abalo, Soleil Fm n’est écouté que dans les zones qui se trouvent dans un rayon de 50 km au tour de Cotonou. La radio a très peu d’auditeurs dans les villes plus reculées, ainsi qu’au sein de la diaspora béninoise. D’où la nécessité, à l’en croire, de la rapprocher de la communauté. Pour ce faire, la radio a envisagé la constitution de clubs d’auditeurs dans les 77 communes du Bénin, et au sein des béninois de l’étranger. Au Bénin, ces clubs se chargeront de constituer à leur tour d’autres clubs au niveau des arrondissements et des quartiers, a précisé le directeur. Aussi, a-t-il rappelé qu’il n’y aura pas de coordination nationale, mais que ces groupes d’auditeurs de Soleil Fm seront autonomes. Ils établiront en toute indépendance leurs programmes d’actions annuels, et se chargeront de trouver les financements pour mener leurs activités. Leur rôle sera de relayer les émissions de la radio auprès de la communauté et de recueillir les avis de celle-ci. La radio s’engage à faire la couverture de leurs actions, d’après ses propos.

Cotonou marque le lancement de ce projet. Ce sera le tour de Sèmè-Kpodji, Porto-Novo et d’autres villes dont certaines de la diaspora, dans les jours à venir, à en croire le directeur. Il a officiellement remis au bureau de «Soleil Cotonou », la charte de 10 articles qui régiront les actions du groupe. Ancien rédacteur en chef de la radio, Honoré Benjamin Nahum a rappelé aux membres de « Soleil Cotonou », qu’ils ne forment pas une cellule politique et que leur statut de membre ne leur donne pas la qualité de journaliste

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Dossou Mivo Sebastien Il y a 9 mois

    Faux, ils ont repris encore du service ce 19 décembre 2017 vers 19 heures. Tout laisse à croire que c’est à la faveur de la visite au Benin de Christine Lagarde et de la dame de la francophonie que les pirates ont marqué cette pause. Ont dirait même que c’est pour les mêmes raisons qu’il y avait eu tant de bruit au tour du dossier dit Atao. 

  • Avatar commentaire

    Si c’est la politique qui vous intéresse, allez directement au but au lieu de prendre les beninois pour des manboules. De n’importe quoi ? 

  • Avatar commentaire
    Gbogbolikiti Il y a 9 mois

    Toi Démocrate là, tu dois être un vrai énergume à vite épargner de ce forum. T’as pas ta place ici mon zozo, et vas alors vite te faire voir ailleurs.

    Tu étais toujours dans ce pays ou tu viens d’ailleurs. Hô kambio wê

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 9 mois

    Encore une machine politique en installation, on connaît cette stratégie.
    Si soleil Fm veut faire de la politique qu’elle le fasse et l’assume au lieu de nous prendre comme des “maboules”.

  • Avatar commentaire

    Bonne initiative.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Qui peut oser encore que les beninois n’ont pas de génie.? Voilà encore une trouvaille qui va encore donner des insomnies à ce régime qui va encore chercher une parade bizarre contre ça ; et pendant ce temps les beninoises et beninois végètent dans la misère