Isidore Gnonlonfoun : « La ville de Cotonou est en marche malgré les turbulences »

Isidore Gnonlonfoun : « La ville de Cotonou est en marche malgré les turbulences »

«Malgré les turbulences la ville de Cotonou est en marche». Ainsi s'exprimait le Maire par intérim de la ville de Cotonou Isidore Gnonlonfoun hier lors de la conférence de presse qu’il a animée à l’hôtel de ville.

Réhabilitation de l’éclairage public : Les élus municipaux de Cotonou donnent leur accord

Une rencontre au cours de laquelle il a présenté les grandes lignes du budget primitif 2018 voté presqu’à l’unanimité le mercredi 29 novembre 2017 par le Conseil municipal. A l’en croire, ce budget qui s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 16 069 750 007 FCFA est élaboré sur la base des besoins exprimés par les populations lors de l’élaboration du Plan de Développement Communal (PDC2) notamment sa tranche annuelle PAI 2018.

La réalisation des infrastructures scolaires qui se révèlent être les besoins dominants des populations de Cotonou occupe une place de choix dans ce budget. Des crédits nécessaires ont été également ouverts pour les dépenses obligatoires telles que la salubrité, l’assainissement notamment la question récurrente de la lutte contre les inondations. L’autre chantier pris en compte par ce document budgétaire est l’amélioration des conditions de travail des élus municipaux et locaux et du personnel administratif. Ainsi, la sempiternelle question de moyens roulants aux élus trouvera solution dans les premiers mois de l’année 2018. Toutes choses qui amènent le maire Gnonlonfoun a déclaré que « la gestion participative pour une gouvernance apaisée est en marche à Cotonou ». L’illustration de cette nouvelle dynamique est l’organisation de trois sessions du conseil municipal dont deux extraordinaires et une ordinaire en moins d’un mois. Répondant aux questions des journalistes, le maire s’est félicité d’avoir réussi à remettre l’administration municipale de Cotonou en marche et d’avoir rétabli les relations de bonne intelligence entre la commune et la tutelle. A cet effet, il a félicité le conseil municipal, les élus locaux et l’administration d’avoir œuvré pour l’atteinte de cet objectif malgré le contexte de turbulence. « Nous avons mené certaines diplomaties pour que l’ordre normal soit rétabli », a-t-il déclaré.

A propos des rumeurs sur l’élection d’un nouveau maire

Invité par les journalistes à se prononcer sur les rumeurs relatives à l’élection d’un nouveau maire la semaine prochaine, Isidore Gnonlonfoun a exhorté ses interlocuteurs à se rapprocher de la tutelle pour des informations crédibles. Toutefois il a indiqué n’avoir reçu à ce jour aucune notification à ce sujet. Et pour éclairer la lanterne des professionnels des médias sur le sujet, le conférencier a évoqué l’article 60 de la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin qui prévoit la démarche à adopter en cas de suspension et de révocation du maire.

Article 60 : En cas de décès, de démission, de suspension ou de révocation, le maire est remplacé provisoirement par le premier adjoint selon les modalités définies par le règlement intérieur du conseil communal.

Le délai de ce remplacement ne peut excéder les quinze (15) jours prévus à l’article 43 ci-dessus pour l’élection du nouveau maire, sauf les cas de suspension ou de révocation qui sont soumis aux délais contentieux

Commentaires

Commentaires du site 0