Radiation de Trèkpo Patrice au Bénin : Le règne de l’Etat tyrannique confirmé

Radiation de Trèkpo Patrice au Bénin : Le règne de l’Etat tyrannique confirmé

Les manifestations des centrales et confédérations syndicales n’ont pas réussi à ralentir l’élan du gouvernement de la rupture, dans l’affaire Capitaine Patrice Trékpo.

Bénin : L’arrêt de rigueur du capitaine Patrice Trèkpo passe de 45 à 60 jours

Cet officier supérieur de l’administration des eaux, forêts et chasse, syndicaliste de surcroît, sera radié. Cette décision, si elle venait à être appliquée, confirme l’hypothèse de l’Etat tyrannique qui s’installe à cette ère du nouveau départ.   

Quelle sera l’implication de la décision de radiation du Capitaine des Eaux, forêts et chasse, Patrice Trékpo ? Une question qui mérite d’être posée au regard de la gravité du fait, et dans un contexte de dénonciation contre cette injustice qui règne dans le corps des protecteurs de la faune et de la flore. Celui que le gouvernement décide de radier est un syndicaliste, Secrétaire général du Syndicat national des eaux, forêts et chasse, (Syna-efc). Patrice Trèkpo pourra désormais payer pour avoir dénoncé, pour avoir défendu les intérêts de ses camarades, et enfin pour avoir révélé les agissements du gouvernement dans la gestion des forêts. En effet, l’incident pour lequel cet agent sera retiré des effectifs de l’administration forestière est en lien avec les révélations faites sur une chaîne de télévision privée, à propos de la gestion des parcs et des difficultés des forestiers dans l’exercice de leurs missions, à l’avènement du régime de la rupture. Après son intervention sur, il a écopé d’un arrêt de rigueur de quarante cinq jours, étendu à soixante. Il sera par la suite traduit devant le conseil de discipline qui requiert la sanction de mise en non activité, pour une durée de trois mois avec incidence sur salaire. Ce traitement à l’endroit d’un syndicaliste a semé un tôlé général dans le monde syndical. Les secrétaires généraux des confédérations syndicales ont tous apporté leur soutien au Capitaine, appelant ainsi le gouvernement à tenir compte de son statut de syndicaliste. Rappelons que le Capitaine Trèkpo Patrice avait mis en évidence les conditions de travail des agents des Eaux, forets et chasse. Le gouvernement a fait fi de ces récriminations pour ne retenir que ses dénonciations sur la gouvernance des Parcs et forêts du Bénin.

Patrice Trékpo en voie de radiation

Au cours de sa communication en conseil des ministres, José Didier Tonato le ministre du Cadre de vie et du développement durable, a présenté le rapport du conseil de discipline « ledit Conseil (de discipline Ndlr) constate que les faits à lui reprochés sont avérés, et que la punition de 60 jours d’arrêt de rigueur déjà infligée à l’intéressé n’est pas suffisante ». En appréciant, il considère que « le capitaine Trèkpo s’est mis en état de rébellion, tout en lançant un appel à la sédition des membres du corps auquel il appartient et qu’il a enfreint gravement aux dispositions légales et réglementaires qui régissent les personnels des Forces armées d’une part, des Forces de sécurité publique et assimilées d’autre part. Notamment en ce qui concerne l’obligation de discipline et de loyauté à l’égard de sa hiérarchie, dont le président de la République est le chef suprême ». Le ministre a indiqué au Conseil des ministres que c’est au vu de ce qui précède qu’il a été amené à prononcer la révocation du capitane Trèkpo, du personnel des Eaux, forêts et chasse. Le conseil des ministres en a pris acte. Ainsi, progressivement l’Etat tyrannique a droit de cité.

L’ère de l’Etat tyrannique

Le régime de la rupture n’admet pas la contradiction et il en donne chaque jour la preuve. Dans ce cas ci, il est évident que le gouvernement veut conditionner tous les citoyens et n’entendre que sa seule voix. La raideur de la répression indique  l’orientation du pouvoir. La gestion de l’affaire Trèkpo par le gouvernement, traduit l’avènement d’un régime tyrannique qui contrôle et règle tout par la répression, qui rejette toute opposition ou son de cloche contraire. Le régime tyrannique s’oppose à toute dénonciation et autre contradiction, et ne recherche que la soumission aveugle.

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 4 mois

    Jetez juste un coup d’oeil à côté pour constater avec moi que ce régime n’est du tout pas prêt à accepter les contradictions, ou accepter quelque dénonciation qui ne va pas dans son avantage.

    Talon a réussi très brillamment à engraisser très tôt certains membres de la société civile qui se mordent déjà la langue et leurs doigts, n’en parlons plus des syndicalistes ambitieux prêts à vendre leur dignité à des sommes sonnantes et trébuchantes. Ceux parmi eux qui cherchent à tenir tête à ce poison de Ta-lon, on leur colle une histoire à dormir débout et profiter pour les jeter en prison. Le cas Metongnon en dit long. Où allons-nous avec cette tyrannique gouvernance?

    Dommage que ce capitaine paie aujourd’hui tout seul le prix de la lutte qu’il a bien voulu mener avec ce régime dévastateur qui veut s’accaparer de tout dans le pays, piller tous les deniers publics et disparaît après son mandat dans la nature.

    Avec cette peur au ventre, quel est encore ce syndicaliste courageux qui puisse lever son petit doigt pour vouloir mener une lutte de rétablissement de ce collègue qui est malheureusement tombé les armes à la main?

    Talon et sa clique savent que s’ils le laissent dans ce corps même en le rétrogradant, il va toujours continuer à dénoncer leurs mauvaises pratiques, les forfaits qu’ils occasionnent en complicité avec certains collègues (des traites, espions etc) du capitaine Trékpo.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 4 mois

    Le bénoinois n’ont pas la culture de la sanction (positive ou négative). Ceci explique la complaisance de l’ensemble de la société face aux actes d’invivisme qui font de notre pays un Etat glauque dans lequel nous pateaugeons depuis 60 ans sans aucune espèce de progrès.
    Que ceux qui violent les règles soient désormais sanctionnés de manière à mettre un peu d’ordre dans la gestion des affaires de la cité.

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 4 mois

    Voici les propos tenus par le capitaine
    … nous allons nous préparer pour mettre hors d´état de nuire, et les matériels de transport et les hommes qui se livreront à ces actes de capture…
    …nous, nous sommes une force armée, nous savons ce qu´il faut faire et quand il faut
    le faire … fin de citation.

    Un officier d´une armée peut-il tenir de tels propos dans une république?
    Nous qui faisons des commentaires avec parti pris, soyons un peu responsables.
    Cet officer est tombé en infraction, et la sanction est bien proportionnelle à la faute commise. Reconnissons-le.
    Tout n´est pas encore perdu, nous pouvons signer une pétition adressée au prseident de la république pour demander la reconsidération de la sanction infligée à cet officier.
    Il faut que le capitaine fasse une déclaration publique avouant sa faute en toute humilité.
    Voilà mon point de vue.

    • Avatar commentaire

      Vous continuez encore avec la manipulation de masse, à sortir les propos hors de le contexte. Vous devrez avoir honte de tromper le peuple, car le capitaine dans l’élément vidéo parlait clairement de la mafia African Park Network en ces termes que vous citez. Cessez de jouer avec les esprits

    • Avatar commentaire

      Et pour finir mes propos, il n’y a aucune excuse publique à lui exiger! Il n’a parlait en tant que SYNDICALISTE du corps des eaux forets chasse.
      Si le corps paramilitaire n’a plus droit de contester, de lutter pour ses droits, alors pourquoi autoriser leur syndicat?

      La sanction est extrême et démesurée. Il a déjà été sanctionné de 60 jours d’arrêt de rigueur comme détenu, suivi de conseil de discipline ayant REQUIS 03 mois de mise à pied sans salaire. Ce n’est pas suffisant déjà????? Bon tuez-le et qu’on en parle plus. Merde! Ce régime mérite le sort de mugabé!

  • Avatar commentaire
    M.A. K Il y a 4 mois

    Dans un pays qu’il nous plaît souvent de citer en exemple, la France pour ne pas la nommer un haut gradé de l’armée a eu à dénoncer des coupes budgétaires qu’il jugeait préjudiciable pour le pays.Comment a t-il dénoncer? Ce général s’est exprimer sur plusieurs média pour donner son point de vue mais jamais sans écart de langage jamais sans faire montre de manque de respect envers sa hierarchie.Et au final comme il n’a eu gain de cause, parceque c’est ça la démocratie, chacun son couloir, chacun ses prérogatives il revenait au général de dénoncer ce qui lui semblait ne pas être une bonne décision mais c’est le PR qui a le pouvoir de prendre les décisions,comme il n’a pas eu gain de cause donc il a démissionner en toute responsabilité.C’est ça la démocratie!
    Comme j’aime souvent à le dire la démocratie n’est pas synonyme de désordre encore moins d’indiscipline.
    Il est vraiment important que nous revons notre manière de penser car j’en suia convaincue c’est la principale cause de notre retard

    • Avatar commentaire

      Ce general n’était pas un syndicaliste. Il n’a pas aussi été radié des forces armées. Pourquoi voulez vous toujours exceller dans les comparaisons qui n’ont pas lieu d’être?
      Ici il s’agit de la dénonciation d’une pratique mafieuse. Pour être concret, c’est que des “autorités” ou autre personnalités veulent couvrir leur commerce illégal de défense d’éléphant entre autre richesses de nos parc nationaux. C’est aussi simple à comprendre non?

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 4 mois

    @Zota, Olla, Karl et Sonagnon
    On vous dit qu’il a invité ses collègues à la sédition, qu’il a donc enfreint gravement aux dispositions légales et réglementaires qui régissent les personnels des Forces armées et des Forces de sécurité publique et assimilées. Les textes qui lui ont été appliqués n’ont pas été élaborés le lendemain de sa faute mais ils existaient déjà à titre de garde-fous; alors pourquoi ne voulez-vous pas qu’on les lui applique.
    Ce Capitaine s’est trompé de méthode de revendication puisqu’il existe des voies de recours bien autorisées au Bénin.

    • Avatar commentaire
      SONAGNON Il y a 4 mois

      En tant que syndicaliste, le capitaine est un travailleur protégé, par conséquent il ne peut pas faire l’objet d’un licenciement fantaisiste.

      Mieux, la cause qu’il défend est juste et conforme à ses attributions de syndicaliste, dans ces conditions lorsque l’alternance que tout le peuple souhaite aujourd’hui vivement va intervenir, tous ceux qui ont fait les frais de la tyrannie qui s’installe vont connaître une réhabilitation.

  • Avatar commentaire
    SONAGNON Il y a 4 mois

    Il sera réhabilité à l’alternance, heureusement qu’au Bénin il y a encore les fondamentaux de la démocratie, même Patrice TALON fait tout pour asseoir une tyrannie.

    • Avatar commentaire

      J’ai foi qu’il sera réhabilité quand ce régime tyrannique tombera comme un fruit pourri. J’imagine meme mr trekpo porter les menottes à T…..

  • Avatar commentaire

    Et où sont ses collègues, le strvailleurs et autres employés pour un soulèvement collègial. Trop c’est trop. Pauvre Bénin.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Capitaine trekpo comme le capitaine Dreyfus ,  syndicats , travailleurs , peuple du benin , debout contre cette injustice 😡

    • Avatar commentaire
      Cosbelmonde Il y a 4 mois

      Quel peuple veut se lever. Il faut rester là où tu es. On a fini avec l’ère où en portant le manteau de syndicaliste on peut dire des bêtises sans être inquiété.
      Je demanderai au PR de foncé et fini avec cette prise en otage du pays.
      On voit tous et on comprends tous. C’est fini ça!!!

      • Avatar commentaire
        démocrate Il y a 4 mois

        Cosbelmonde,
        Je te dis bravo, au moins il y a des béninois qui ne se laissent pas manipuler.

  • Avatar commentaire

    En dehors du vestimentaire européen mal en point et de la pommade, la tête politique n’a guère changé…o contraire elle se transforme! Niiiin gbon? Toi qui a été presque victime de telles actions pourquoi faire d’un mandat pire que le prédécesseur…? Bravo o Béninois, nous savons voter démocratiquement mais peu élire celui qu’il faut au pays. Espérons encore qu’il s’agisse d’un seul mandat 😏