Rapport d’enquête de l’Anlc sur le concours Cnss: Les recommandations de sanction ignorées par le gouvernement

Rapport d’enquête de l’Anlc sur le concours Cnss: Les recommandations de sanction ignorées par le gouvernement

Concours à la Cnss au Bénin : L’Anlc relève de graves irrégularités

(Une preuve patente de partialité du pouvoir dans la lutte contre la corruption) Saisie le 12 avril 2017 pour dénonciation des conditions d’organisation du concours en vue du recrutement de 94 agents au profi t de la Cnss, l’Anlc a décidé d’enquêter sur le dossier. Les structures et acteurs impliqués dans l’organisation dudit concours ont été auditionnés. Après plus d’un mois d’investigation, l’Anlc a produit son rapport signé le 15 mai 2017 par son président. Seulement de mai 2017 où le rapport a été produit et transmis aux institutions de la République à ce jour, seule l’annulation du concours a été suivie.

Pendant que les recommandations de sanctions à l’endroit des dirigeants de la Cnss ont été ostensiblement ignorées. Une preuve tangible que la lutte proclamée contre la corruption reste encore une initiative sélective.

Au cours d’une conférence de presse organisée par l’Anlc en septembre 2017, le président de cette institution, Jean Baptiste Elias avait présenté à la presse ledit rapport, tout en expliquant la méthodologie d’investigation. Il avait conclu cette présentation par les recommandations formulées par l’Autorité nationale de lutte contre la corruption, Anlc. Quatre types de recommandations avaient ainsi été faites.

La première adressée au ministère du travail, proposait l’annulation dudit concours au vudes irrégularités observées et qu’un autre concours soit organisé par ses soins. La seconde recommandation demandait à l’Agence de régulation des marchés publics d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre des personnes ayant conduit l’opération de passation du marché d’organisation de ce concours à un cabinet privé. Cette recommandation se fondait sur le fait que cette passation de marché n’avait pas respecté les exigences édictées par le code de passation des marchés publics en République du Bénin. La troisième adressée au gouvernement suggérait que le Dg et le Dga de la Cnss ainsi que le directeur du cabinet qui a géré l’organisation dudit concours procèdent de leurs poches, au remboursement des 29 millions dépensés pour l’organisation de ce concours. Enfin la quatrième recommandation formulée à l’endroit du gouvernement, demandait que des sanctions administratives soient infligées au directeur général et à son adjoint.

Sur les 4 recommandations de l’Anlc, Jean Baptiste Elias a déclaré aux professionnels des médias avant-hier mercredi 29 novembre 2017 au cours d’une conférence de presse qu’il a organisée au siège de l’Anlc au quartier Saint-Michel sis à Cotonou que :

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 semaines

    Que la p**** p******* emporte ce régime de ruptu…… 

  • Avatar commentaire
    Paul Ahéhénou 2 semaines

    Ce qui intéresse Talon et son Gouvernement, c’est l’argent. Ce n’est nullement des sanctions pour assainir quoique ce soit. Et puis, lutte contre la corruption? Mon oeil!! Si ce n’est pas pour intimider un opposant ou un proche devenu indésirable, M. Talon s’accommode bien de la corruption. La preuve: PPEA2, Maria Gléta, … la liste est longue.

  • Avatar commentaire
    FaithFulsnessofGod 2 semaines

    Bien bizarre!