Rwanda : Un cabinet américain pour évaluer l’implication de la France dans le génocide de 1994

Rwanda : Un cabinet américain pour évaluer l’implication de la France dans le génocide de 1994Paul Kagame, Président du Rwanda, Photo Blue/Bloomberg via Getty Images

Le gouvernement rwandais vient en effet d'engager un cabinet d'avocat américain afin d'évaluer le rôle de la France dans le génocide qu'a connu le pays en 1994.

Génocide rwandais : un prêtre suspecté finalement épargné par la justice française

Le génocide dont a été victime le Rwanda en 1994 fait toujours parler de lui. En effet, le gouvernement a engagé le cabinet d’avocat américain Cunningham Levy Muse afin que celui-ci puisse quantifier le rôle joué par la France dans ce terrible drame. Un rapport vient d’ailleurs d’être publié, dans lequel ce même cabinet Cunningham Levy Muse préconise à l’Etat rwandais de poursuivre une « investigation complète sur la connaissance, la conduite et la complicité des responsables français ».

Ce document, long de 52 pages, a été publié après environ six mois de recherche. Si celui-ci n’apporte aucun élément nouveau au dossier, il permet tout de même de relancer un débat houleux, sur un sujet des plus sensibles. Ce rapport s’appuie en fait sur des sources et documents déjà publics, dont les travaux émanent de la mission parlementaire conduite par Paul Quilès, député français, en 1988. « Sur la seule base des documents publics, on peut dire que de hauts responsables français étaient conscients et ont appuyé, dans leurs buts et dans leurs actes, à la fois le gouvernement Habyarimana et les génocidaires », expliquent ainsi les avocats en préambule de leur rapport.

« Les archives françaises sont, sans aucun doute, pleines de documents et d’informations sans lesquelles l’histoire complète de cette période ne sera pas connue » ont-ils notamment continué, estimant au passage que « la France devrait coopérer pleinement avec l’investigation du gouvernement du Rwanda ».

Suite à la parution de ce document, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, s’est fendue d’une déclaration parue au sein d’un communiqué de presse, dans lequel, elle assure que son pays semble partager en tout point de vue les conclusions du rapport : « Nous partageons les recommandations du rapport selon lesquelles une investigation complète sur le rôle de responsables français dans le génocide est légitime ». Pour rappel, le génocide rwandais a fait entre 1990 et 1994, 800 000 morts selon l’ONU.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 8 mois

    Waw, alors là…
    Il y en a qui doivent commencer à serrer les f.e.s.s.e.s