‘’Sans langue de bois’’ de soleil fm: Dialogue de sourds entre Valentin Djènontin et Edmond Zinsou

‘’Sans langue de bois’’ de soleil fm:  Dialogue de sourds entre Valentin Djènontin et Edmond Zinsou

Le député du Parti du renouveau démocratique (Prd) Edmond Zinsou et celui des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) Valentin Djenontin ont été les invités de l’émission ‘’Sans langue de Bois de Soleil fm ce dimanche 24 décembre 2017.

Bénin : Voici la déclaration des députés de la minorité par laquelle le scandale est arrivé

Un débat sans concession arbitré par Virgile Ahouansè. Les deux honorables députés ont clarifié  leurs positions sur plusieurs sujets sans parvenir à s’entendre.

L’un soutient mordicus le pouvoir de la rupture. L’autre s’y oppose en apportant des clarifications. Le premier, l’honorable Edmond Zinsou s’est employé tout au long de l’émission à justifier tous les actes posés par le gouvernement. Le second, l’honorable Valentin Agossou Djènontin, membre de la minorité parlementaire pour sa part a battu en brèche tous les arguments de son collègue sur le régime actuel. Les deux personnalités n’ont pas pu accorder leurs violons sur la notion de bonne gouvernance sous le régime Talon. 

Valentin Djènontin a relevé des contre-vérités et s’est exprimé en ces termes : “ Le chef de l’État a dit qu’à partir du second semestre de 2017 il y aura le démarrage des projets “. Il a insinué que le gouvernement n’a pas évolué dans son programme dont il avait pourtant rassuré le peuple d’exécuter sans ménagement. C’est bien le contraire, pense Edmond Zinsou qui estime que tout se déroule comme Patrice Talon l’a prévu. À titre d’exemple, le député Prd a rappelé le projet ‘’route des pêches’’ revu et redimensionné, l’équipement des centres de santé, le projet Arch qui remplace désormais le Ramu, une coquille vide , selon Edmond Zinsou, la lutte contre le délestage, la réalisation du contournement nord de Cotonou, la construction de l’aéroport de Glo Djigbé…

Il n’en est rien, rétorque Valentin Djènontin. Selon ses propos, “techniquement ils ne sont pas prêts. Ils n’ont rien redimensionné, seulement qu’ils revu le coût des projets et Dieu seul sait ce qui s’est passé à ce niveau “. Il a également rappelé que les mêmes promesses de l’année dernière sont revenues cette année dans le budget de 2018. Sur l’équipement des hôpitaux, le député de l’opposition a  affirmé qu’il est mieux placé pour parler et déplore l’état déplorable du Centre national hospitalier universitaire et bien d’autres abandonnés à leur sort. Même les cantines scolaires lancées, des écoles viennent lui demander des soutiens pour les condiments selon ses propos. Il estime que la plupart des projets exécutés sous Talon sont des projets du gouvernement défunt. Ce que son vis à vis a contesté arguant que Boni Yayi a laissé une ardoise de cent milliards.

Un gouvernement prêt à pressurer le peuple selon Djènontin

Le budget de l’État exercice 2018 est anti social qui contient une surprise désagréable et vise à noter les petites entreprises, constate l’honorable Djènontin. Il déplore que pendant ce temps, le gouvernement veut protéger les siens en exonérant de taxe les  camions neufs achetés ou importés. “parce qu’ils veulent transporter leur coton, parce qu’ils veulent alimenter leur station… Au sujet des travailleurs, le député Djènontin a martelé que le gouvernement a démotivé le personnel.

Travailler pour le peuple, c’est mettre tout le monde à l’aise“, a-t-il rétorqué, pour répondre à son collègue qui estime que le gouvernement travaille pour le bonheur des populations.

Incident au parlement preuve de la vassalisation du parlement*

La suspension de la déclaration du député Guy Mitokpè ce jeudi au parlement n’est pas du goût de Valentin Djènontin. Même si Edmond Zinsou affirme que grâce à son profil de juriste chevronné , les débats les débats parlementaires sont conduits avec équité et droiture depuis son avènement . Faisant allusion à l’interruption de l’intervention du député Guy Mitokpè,Djenontin a déploré l’attitude du président Houngbédji et martèle très remonté : “C’est la dernière fois qu’il va poser de pareils actes”. Il a déclaré que “Houngbédji a confirmé la vassalisation du parlement “. Et de poursuivre sur un ton indigné : ” Ayons honte ! “ La même attitude transparaît dans les débats où la position du président de l’assemblée nationale est connue, a lancé le député Djènontin.

Vous allez constater que quand il y a débat important le président choisit de limiter strictement le temps. Pour le débat budgétaire, comment il peut donner deux minutes de parole “, s’est il demandé.

Pour Edmond Zinsou, on ne saurait tolérer l’attitude du député Guy Mitokpe que les doyens manipulent. “ Faire l’opposition c’est une bonne chose, c’est bon pour la démocratie, mais faites une opposition saine non pas une opposition qui va bloquer les projets de développement “, a lancé le député Zinsou. 

Non respect de la décision de la Cour constitutionnelle*

Les différents arguments du président Houngbédji, révèle à suffisance, “une volonté manifeste de ne pas respecter la décision de la Cour afin d’aller aux élections avec le Ravip alors que le président dispose du temps matériel pour faire respecter les injonctions de la Cour.“, pense Valentin Djenontin. Mais son collègue ne s’inscrit pas dans cette logique et a indiqué que la décision de la cour devrait être notifiée officiellement au président de l’Assemblée.

L’honorable Djènontin a rappelé que sa présence lors du séminaire de Dassa a permis d’éviter un piège. Mieux son intervention a été utile a-t-il dit pour améliorer la loi sur le Ravip et autres parce que ses collègues ne cherchent pas à comprendre le contenu des lois avant de les voter. Pire, ” ils font de la manipulation psychologique du peuple sur les lois“. Chacun des élus du peuple étant campé sur sa position, le débat s’est achevé dans un tohu-bohu.

Commentaires

Commentaires du site 19
  • Avatar commentaire

    Ah. Quel horreur!! Nous avions vu il y a pas si longtemps dans ce Pays,une pléiades de <> qui entouraient le Roi. La nostalgie est la. Il faut se défouler sur TALON,et ses ministres. Ne peuvent ils pas aller prêcher la bonne nouvelle et nous coller la Paix???

  • Avatar commentaire
    virgile Il y a 7 mois

    DJENONTIN parle comme s’il n’est pas un instruit. C’est les types d’intellectuels que l’autre appelle intellectuel taré. ET cela va bien avec DJENONTIN. Quand un gouvernement donne un RDV pour la mise en oeuvre d’un programme, le démarrage peu différer pour des raisons de mise à jour, de conception, ou mise en place de financement. Donc qu’un instruit de son rang se mette si bas, alors c’est grave.
    Voilà le raisonnement que tient quelqu’un qui fut ministre de la justice.

  • Avatar commentaire
    Gont Gont Il y a 7 mois

    Ce débat m’a permis de comprendre au moins une seule que l’honorable Edmond Zinsou n’a pu démentir: tous les projets actuels qui sont entrains d’être mis en exécution sous la rupture et qui font l’objet de ratification ont vu leur financement rechercher par le gouvernement précédent.

    Autrement dit, le régime actuel qui se targue d’être entrain de travailler n’a recherché aucun financement jusque-là. D’ailleurs comment le pourrait-il puisqu’il est composé de désert de compétences.

    De grâce ne me parlez pas de continuité de l’Etat. Le régime actuel nous a dit que l’Etat c’est la rupture avec toutes les annulations auxquelles on a assisté.

    Conclusion: ce régime fait du surplace et profite des fruits du régime précédent qu’il voue pourtant aux gémonies à chaque occasion.

  • Avatar commentaire
    Gont Gont Il y a 7 mois

    Communiqué de presse du Front pour le Sursaut Patriotique (FSP) relatif au discours du chef de l’Etat sur l’état de la Nation

    Comme prévu par la Constitution, le Chef de l’Etat a délivré, 22 décembre 2017, son discours sur l’état de la nation. Pour tous ceux qui ont eu le courage de le suivre ou de lire ce discours, on a l’impression que le Président Patrice Talon ne parle pas de ce pays, des peines de ses hommes et femmes, du désespoir de sa jeunesse. Alors au lieu d’un discours sur l’état de la nation, c’est-à-dire sur la situation actuelle dans laquelle a conduit sa politique,le Président s’est lancé encore dans la déclinaison de son programme, dans ses «Projet et Dessein» (sic) pour aligner les annonces pour 2018 et conclure, sans aucun élément probant et faute de perspectives réjouissantes pour le peuple, que «notre pays va de mieux en mieux et surtout ira mieux demain.» (sic). Ainsi, le discours du Chef de l’Etat est un discours déconnecté et négateur de la réalité du pays et de la vie de ses hommes.

    Le Chef de l’Etat, dans son discours a passé son temps à nous redire, encore et encore, qu’il «s’est attelé quotidiennement depuis bientôt deux ans, à construire les bases solides de notre développement durable et harmonieux» (sic).Or, la réalité que vit le peuple, c’est que depuis deux ans bientôt, le président Talon s’est attelé quotidiennement à construire, à l’aide du pouvoir d’Etat, les bases solides de son empire économique et financier dans tous les secteurs vitaux de notre économie, et ce, au détriment de tous les concurrents potentiels, sans état d’âme pour le sort des travailleurs, les petits et les pauvres gens. La réalité dans le domaine économique, c’est la privatisation sauvage qui n’a jamais conduit, à l’époque actuelle des grandes puissances dominatrices, au développement des pays dépendants et arriérés.

    La réalité du pays, ce sont des milliers de petits producteurs réduits au chômage en 2017 par la destruction de leurs outils et lieux de production avec les déguerpissements insensés et sans alternative. La réalité, c’est le chômage aggravé pour les jeunes à cause des liquidations des sociétés publiques, de la chasse aux entreprises privées qui se trouvent obligées d’opérer des licenciements économiques. Avant le discours du Chef de l’Etat, son ministre chargé du développement, Bio Tchané avait parlé de 60.000 emplois créés.

    S’agit là et dans tout le discours du Chef de l’Etat lui-même, de chiffres qu’aucune source indépendante, y compris l’Institut national de la statistique dépouillé de ses attributs et moyens, ne peut attester. Du reste, au vu des emplois détruits depuis le 06 avril 2016, du nombre des jeunes venus sur le marché du travail, sans parler des promesses du PAG, ce chiffre traduit,dans les faits, un échec patent de la politique de Talon.

    La réalité, c’est l’analphabétisme qui frappe encore plus de la moitié de la population en âge de travailler ; et sans éradiquer «l’ignorance des lettres» (sic), le pays ne peut s’élever au niveau de l’utilisation massive et conséquente des nouvelles technologies. La réalité, c’est la poursuite de la destruction de l’Ecole, avec des classes sans maîtres, sans professeurs, sans matériels didactiques, avec des coûts d’accès aggravés. Quelles bases solides et quel avenir pour la formation de la jeunesse lorsque la majorité des jeunes est exclue de l’enseignement supérieur à cause de l’augmentation des coûts de formation et de la multiplication des barrières d’accès depuis l’enseignement secondaire ?
    Dans son discours, le Président Talon avance que son gouvernement a dépensé 200 milliards de fcfa pour les dépenses sociales prioritaires, «bien au-delà» des objectifs fixés et des engagements pris avec le FMI. Mais pourtant, lui et son gouvernement se sont tu lorsque la directrice générale du FMI, au cours de son séjour au Bénin, a répété l’insuffisance du social dans l’action du gouvernement et la non tenue des engagements pris. Le mensonge sur le social est-il destiné au peuple ?

    Patrice Talon parle de l’assainissement des finances publiques. La réalité, c’est la multiplication des collaborateurs extérieurs payés hors grille, pendant que la majorité des fonctionnaires est réduite à leur salaire de misère. La réalité, c’est la multiplication des marchés gré à gré dans l’opacité totale, la gestion opaque du trésor public. Et si «l’argent facile ne circule plus comme c’était le cas» (sic), mais pourquoi l’argent mérité manque pour les travailleurs et le peuple ?

    La réalité au niveau de la justice, c’est la vassalisation poussée de la justice. La réalité, c’est ce que Me Robert Dossou, ancien bâtonnier, ancien doyen de la faculté de droit, ancien ministre, ancien président de la Cour constitutionnelle, a constaté et a dû dire : en 44 ans de carrière d’avocat au Bénin, il n’a jamais eu affaire à une justice aussi à ordre. Jamais dans notre pays, l’inégalité devant la loi n’a été aussi criarde. La soi-disant lutte contre la corruption ne frappe que les opposants politiques et les concurrents économiques, pendant que les dignitaires pilleurs au pouvoir et leurs affidéssont tranquilles.

    La réalité dans notre pays, c’est le mépris des institutions qui ne se soumettent pas au désidérata du Chef de l’Etat; c’est la mise en exécution de lois non approuvées par la Cour constitutionnelle.

    La réalité au plan politique, c’est le retour d’un pouvoir autocratique où des individus sans aucun titre officiel peuvent donner des ordres à des ministres. Et avec l’autocratie, le pays renoue avec la vassalisation de l’Assemblée nationale où les députés qui ne veulent pas « voter les yeux fermés » comme le demande le Chef de l’Etat, sont interdits de parole au parlement. Le pays renoue avec la période sombre où un préfet, au nom du Chef de l’Etat autocrate, peut piétiner le pouvoir judiciaire et s’introduire jusqu’au palais de la justice pour “faire régner l’ordre”. Avec l’autocratie, le pays renoue avec le passé douloureux et sombredes détentions et sanctions politiques des opposants, tel les cas de Laurent METONGNON ou du capitaine TREKPO.

    NON et non, c’est faux, notre pays ne va pas mieux. Il va certainement mieux pour vous et la caste autour de vous. Mais, il va de mal en pis pour le peuple. Et à cette allure, la catastrophe n’est pas loin. Un Président qui connaît vraiment ce pays, qui connaît ses forces et faiblesses, qui connaît surtout ses attentes et à qui il reste un brin d’amour pour lui, devrait à l’occasion solennelle du discours sur l’état à la nation, prendre la mesure de la situation et accéder à l’exigence de la réunion des Etats généraux du peuple afin de revoir les bases véritables du développement et pour une autre gouvernance. Cette alternative clamée par le FSP est aujourd’hui illustrée par maints acteurs qui, en rejet de la politique du pouvoir dans leur secteur, proposent ici des Etats généraux de la santé, là les Etats généraux des transports, et là encore même,des Etats généraux du dialogue social !

    Voilà la réalité du pays.Voilà les attentes et perspectivespour les véritables bases du développement du pays. Et cela, le peuple le réalisera.

    Cotonou, le 23 décembre 2017
    Pour le FSP,
    Le Coordonnateur, porte-parole
    Jean Kokou ZOUNON

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 7 mois

    AGAVOUNVIDJIDJI, c’est malheureux que tu ne veux jamais reconnaître que ce régime continue de passer à côté de l’essentiel, à côté de la réalité. T’es devenu totalement un lèche botte de ton mentor, ce SAINT que tu vénères comme la vierge Marie.

    Mais peux-tu, une seule fois, doter d’un esprit de discernement pour mieux réfléchir dans tes analyses, afin de dire la vérité à cette mauvaise équipe de la rupture?

    Il vaut mieux pour toi de suivre avec attention les contradicteurs du pouvoir actuel à la taille de l’honorable Djènontin, que de perdre ton temps à bailler devant les énormités que raconte le zozo d’Edmond Zinsou.

    Mes chers klébés de la Rupture, il est temps pour vous maintenant d’ouvrir grandement vos yeux et vos oreilles pour voir et écouter ceux que vous qualifiez de vis-à-vis, car l’heure est très grave.

    Avez-vous eu connaissance du contenu du budget 2018 avant de chercher à contredire les dires de l’honorable Djènontin qui affirme une démotivation des travailleurs, une augmentation fiscale tendant à briser les petites entreprises, etc.

    C’est bien dommage hein.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 7 mois

    A en croire les audios que j’ai reçus, le député PRD est d’une n******criarde. Il pense que c’est en ab***** qu’il peut cacher son manque d’arguments pour défendre les bêtises de son mentor et des rupturiens. Il a cru que nous avons oublié quand devant Hâgbê toujours président de l’AN, janvier Y. traitait le Doc de v..ool.eur. Ah, j’oublais, la présidence est devenue la seule Institution de la république depuis avril 2016. Bande d’******** !

  • Avatar commentaire
    Sossou Il y a 7 mois

    Mon oeil ce Edmond Zinsou très ridicule devant un djenontin visiblement plus en vue que son vis à vis. Le pré n’a pas trouvé mieux ? Alors là, c’est inquiétant. C’est la preuve que le prd se vide des têtes pensantes et cadres. Tout lui a échappé tout au long de ce débat. Quelle honte pour ce prd. C’est leur fin qui est proche.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Oui agadjavi , vous avez tellement peur qu’on les entende  , ceux qui mettent  à nue la politique de vol , ruse , pillage de l’économie du pays , privations de nos libertés élémentaires , que vous leur coupez la parole en plein débat parlementaire sur le vote du budget par un de vos valets circonstanciel , que vous appâtez avec l’argent volé.
    Et le député djenontin est peut-être un prototype , mais alors quel prototype ! Prototype de grande valeur , aux caractères bien trempés qui vous ” en bouche un coin ” 

  • Avatar commentaire

    Qui est la voix des sans voix, attention ils parlent déjà de sale dossier

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 7 mois

    Le souci avec les incultes applaudisseurs des Fcbe dont Djenontin est le parfait prototype est qu’on les a vus à l’oeuvre dans un passé récent encore bien frais et pu constater qu’en dehors de l’organisation des messes d’action de grâce, ils ne savent rien faire d’autre.

    Qu’on les laisse tout simplement aboyer dans le vide. Personne ne les entendra.

  • Avatar commentaire
    Cocorico Il y a 7 mois

    Ces gars là n’ont pas honte de ce qu’ils font?des dehonté sans vergogne qui viennent soutenir quoi? Depuis les élections vous avez été faux aujourd’hui vous soutenez talon sous peu vous allez voir,on vous prépare la une grosse surprise désagréable au pré, la vôtre serait pire le PRD finira en lambeaux, c‹est presque mûr déjà vous n’etes pas serieux si avec votre ravip vous croyez nous distraire aux élections nous avons aussi la réponse

  • Avatar commentaire

    Djenontin tu as bien parlé talon et c’est entourage sont des  escros

  • Avatar commentaire
    Azanhouan Il y a 7 mois

    Attention djenontin pense que quand il sera rattrapé par un sale dossier on va crier chasse aux sorcieres Il se trompe

    • Avatar commentaire

      C’est plutôt vous qui vous trompez et ce lourdement. Continuez de jouer les apprentis pyromanes. Le réveil sera douloureux.

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 7 mois

    Ce Djènontin doit avoir honte

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 7 mois

      Plutôt vous oui , qu’il était lamentable votre Edmond Zinsou lors de ce débat