Transport des produits agricoles au Bénin : Jacques Ayadji, amer contre les entreprises

Transport des produits agricoles au Bénin : Jacques Ayadji, amer contre les entreprises

Dans une délégation conjointe Ministère des Infrastructures et des Transports - Association interprofessionnelle du coton, le Directeur général des Infrastructures Jacques Ayadji, effectue depuis le mardi 26 décembre 2017 une tournée dans les localités du Bénin,

Ancien pont de Cotonou : Jacques Ayadji invite les populations à circuler en toute quiétude

pour constater les travaux d’aménagement de pistes rurales. Après l’étape du département du Zou, il s’est rendu dans les collines ce mercredi 27 décembre, pour le même exercice. Mais le constat a été désolant.

En clôturant sa tournée dans le département du Zou ce mardi, le Directeur général des Infrastructures Jacques Ayadji, avait l’espoir que les entreprises en charge des travaux d’aménagement des pistes rurales et pistes communales, pouvaient relever le défi. Son espoir, soutenu par la qualité des travaux entrepris par l’entreprise Sigma 2 Afrique, ne l’a pas empêché d’être prudent en évitant toute conclusion hâtive. De Djidja à Gbadagba (huit kilomètres), en passant par Cana, Kotokpa, Koussoukpa… (vingt deux kilomètres) dans la commune de Zogbodomey, le Directeur général des Infrastructures reconnaît l’effort fourni par l’entreprise.

Par contre, dans la commune de Savalou que lui et sa suite ont visité ce mercredi 27 décembre, Il était difficile d’apprécier le travail de l’entreprise Ecosa construction Sarl. Cette société, sélectionnée pour aménager les pistes rurales de la Commune de Savalou, notamment les pistes de la localité de Batedji, Aglamidjodji… a été défaillante comme l’ont constaté Jacques Ayadji et Nestor Noutai, représentant de l’Aic. Selon les propos de Jacques Ayadji, très déçu par “le désordre bien organisé” par l’entreprise, les choses ne se passeront plus comme avant. Il a fait constater que sur ce tronçon, Ecosa n’a pas fait ce qui lui a été demandé.

Pire, la délégation n’a remarqué aucune brigade de matériels sur le long du parcours dans la ville de Savalou, qui puisse militer en sa faveur. L’absence de matériels sur le terrain et les plaintes des bénéficiaires de la commune de Savalou, ont amené le directeur général des Infrastructures à dessaisir l’entreprise Ecosa des travaux de réaménagent des pistes rurales dans les communes de Savalou, Glazoué et Ouessè. Pour Jacques Ayadji, c’est une solution au regard des observations faites dans ces localités. Cela permettra à la société de se concentrer sur les travaux de Savè.

Savè, la désinvolture

Les travaux de la même entreprise n’ont pas convaincu les autorités dans la commune de Savè. Ici, Jacques Ayadji et sa délégation ont parcouru Savè, Alafia, Atta en passant par Katakou, Kpoglassigon, Bossikpongon… avec la même remarque. La délégation a été davantage choquée et a encore plus douté de la compétence des entreprises locales. Il faut remarquer que pendant que le directeur général des infrastructures et sa suite, faisaient leurs observations aux responsables de Ecosa, la population est venue les accueillir avec des plaintes, soutenant avec fureur que le travail n’est pas bien fait contrairement à l’année dernière où la direction des travaux publics a réussi à satisfaire les usagers de ce tronçon long de dix kilomètres environ.

Appréciant ce qui a été fait, le Dgi soutient que ce qui reste à faire pour l’entreprise dont le représentant a justifié sans convaincre les autorités, c’est de s’apprêter à partir. Le département de l’Alibori accueillera la délégation ce jeudi 28 décembre 2017, pour le même exercice de suivi et d’expertise des pistes rurales en aménagement, afin de faciliter le transport des produits agricoles des champs

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Azanhouan Il y a 10 mois

    Ecosa construction SA dites- vous? Voilà encore la preuve que le beninois ne veut pas travailler avant de gagner l’argent Dommage rien que des pseudo escrocs apatrides pour la plupart tchiiiii