Venezuela : Maduro déjoue les pronostics

Venezuela : Maduro déjoue les pronostics

Le parti chaviste a en effet remporté près de 300 mairies sur les 335 en jeu

Venezuela : ils comparent Maduro à un âne et risquent 20 ans de prison

Au Venezuela, le parti chaviste de Maduro a assez largement remporté les élections municipales, repartant ainsi avec plus de 300 mairies sur les 335 en jeu : « Nous avons gagné plus de 300 des 335 mairies du pays.» a déclaré après coup, le président Maduro à une foule venue en masse afin célébrer la victoire de leur parti, le tout sous une statue du héros national, Simon Bolivar.

Il s’agit d’ailleurs d’une nouvelle belle avancée pour le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV, le parti chaviste du nom du prédécesseur de Nicolas Maduro, Hugo Chavez) qui en dirigeait jusqu’à aujourd’hui 242.

Une opposition, visiblement hors-jeu

Un tel résultat s’explique en fait par l’absence de parti d’opposition. En effet, la coalition qui tentait de faire face à Maduro, la Table de l’Unité démocratique (MUD), a décidé de ne pas présenter de candidat. Cette coalition était ainsi composée des principaux partis du pays, le Voluntad popular (Volonté populaire), Primero justicia (d’abord la justice) et Accion democratica (Action démocratique). En réponse à ce boycott, le président Maduro a d’ailleurs assuré que les partis qui ont décidé de boycotter les municipales, ne pourront présenter de candidats aux prochaines présidentielles : « Tout parti qui n’a pas participé aujourd’hui et qui a appelé au boycottage des élections ne peut plus participer (à la présidentielle de 2018). C’est un critère de l’Assemblée constituante ».

Totalement hors-jeu, l’opposition ne semble plus être en mesure de contrer Maduro qui, visiblement a toutes les cartes en main pour rester maître du Venezuela.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire

    Ça en dit long sur la crédibilité des informations qui nous sont données sur le Venezuela. La seule probablement exacte et qui nous est répétée inlassablement est que Maduro était chauffeur de bus. Pour le reste rien ne semble exact à moins que les électeurs venezueliens ne soient fous.

  • Avatar commentaire

    C’est deja une leçon pour les puissances comme les USA et surtout la france qui s’en melent dans tout. le  Venezuela n’a jamais eu de parti d’opposition fort.la population venezuelienne  tient toujours à leur président et à son parti chaviste. ce sont les médias français qui dans leur logique de négativité peint en noir tous les efforts de ce président comme ils le font d’ailleurs en Afrique.Brovo au militant du parti chaviste . le président Maduro  a deja profité de l’occasion pour verrouiller la presidentielle de 2018.