Adrien Akouété sur le retrait du droit de grève au Bénin : « C’est un recul de la démocratie»

Adrien Akouété sur le retrait du droit de grève au Bénin : « C’est un recul de la démocratie»

La confédération syndicale Internationale (Csi) est vent debout contre le retrait du droit de grève aux agents de la santé, de la justice et de sécurité. Interrogé ce matin par Rfi, le secrétaire général adjoint de cette organisation dénonce un texte « liberticide ».

Bénin: Dieudonné Lokossou parle de grève des syndicats

Selon Adrien Akouété, le retrait du droit de grève à ces fonctionnaires de l’Etat marque d’une pierre blanche, le “recul de la démocratie au Bénin“. C’est également un recul des libertés fondamentales individuelles a-t-il poursuivi. Quant aux raisons évoquées par le législateur pour voter cette loi, M Akouété ne veut en reconnaître aucune.

Pour lui, vouloir assurer la continuité du service dans un secteur donné n’est pas un argument de poids pour retirer le droit de grève aux travailleurs de ce secteur. Il croit plutôt que « les nouvelles autorités (du Bénin) pensent que le droit de grève est entrain de les embêter ». Ce qui n’est pas étonnant selon lui puisqu’a l’échelle du continent certains dirigeants tentent d’arracher ce droit aux travailleurs.

Il a évoqué à titre d’exemple le Tchad qui avait voulu supprimer ce droit aux fonctionnaires. Cette tentative a occasionné une levée de bouclier qui a fait reculer les autorités a fait savoir M Akouété. Il espère que les syndicats béninois se battront pour que ce droit soit sauvegardé parce que la grève est la seule arme qui « permet aux organisations syndicales  lorsque les négociations patinent ou n’aboutissent pas à de bons résultats, de se montrer face à leurs employeurs et faire plier l’employeur s’il le faut ».

Il a par ailleurs assuré les syndicats béninois du soutien de la (Csi) qui est toujours  prête à lutter pour que le droit de grève soit respecté.

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 semaines

    Dites â ce gouvernement de mafieux et d’incapables , qu’il est interdit de supprimer le droit de grève 

  • Avatar commentaire
    omoAjileyeShittu Il y a 2 semaines

    Ce sont des fumigènes pour créer la diversion histoire de faire philosopher le peuple pendant que les frontières maritimes,les frontières aériennes,le secteur sanitaire, les entreprises béninoises,l’école béninoise paar l’introduction de l’anglais au cycle primaire…se font PRIVATISER!
    les béninois sont devenus BÊTES!

  • Avatar commentaire
    Azanhouan Il y a 2 semaines

    En tout cas prenez vos dispositions pour éviter la violence durant vos manifestations sinon …..

  • Avatar commentaire

    La suppression du droit de grève dans certains depatements de la fonction publique occupe l’actualité nationale au point où d’autres préoccupations comme l’emploi sont reléguées au dernier plan.
    Selon ma compréhension des faits, cette suppression n’est pas illégale et serait conforme à notre constitution selon certaines de ses dispositions en même qu’elle pourrait être discutable selon certains aspects de cette même constitution.
    Pour ma part, j’aurais souhaité que nous acceptions cet état de chose. Ainsi pourrions nous entériner la suppression totale du droit de grève dans toute l’administration publique, et passer  autre chose.

    • Avatar commentaire

      Au lieu de se laisser traîner par un gouvernement incapable de trouver des solutions idoines à l’emploi, prenons le devant des choses en demandant d’attendre cette suppression du droit de grève dans toute la fonction publique. De toutes les façons, après la douane, la justice, la santé, et autres il ne reste que l’éducation pour que la boucle soit bouclée.

  • Avatar commentaire
    dimocrate Il y a 2 semaines

    Une bande de paresseux, ils ne peuent que travailler à la fonction publique.
    Voilà pourquoi il n´y a pas d´entreprises dans le pays.
    Triste Bénin.

    • Avatar commentaire

      Je vous offrirez des lunettes et une cervelle volontiers

    • Avatar commentaire

      Cette bande n’était pas paresseuse quand elle les arrangeait sous le régime de Yayi Boni. Vous devriez avoir la mémoire courte, ou faites-vous semblant de ne plus vous rappelez des mercredis rouges avec certains activistes chevronnés qui font aujourd’hui la honte de l’intellectuel qui n’est ténu que par son ventre. Ce qui était un recul sous l’autre devient une prescription vitale, qu’il faut appliquer et on trouve des raisons pour l’attester.

  • Avatar commentaire
    Koffi Bienvenu Il y a 2 semaines

    Oui si vous étiez à leur place qu’allez vous faire. C’est cet arme qui leur permet d’accéder au pouvoir alors pourquoi laisser cet arme sur place et qui risque de me faire partir aussi. Alors cher syndicat à vous de vous battre par les moyens légaux et sans violence pour arracher ce droit cher.