AG de l’UNAMAB ce jour: 05 jours de grève à compter du Lundi 08 Janvier (lire la déclaration)

AG de l’UNAMAB ce jour: 05 jours de grève à compter du Lundi 08 Janvier (lire la déclaration)

L’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) a tenu son assemblée générale extraordinaire ce jeudi 04 janvier 2018. Il ressort de cette rencontre dont le seul point inscrit à l’ordre du jour est relatif au retrait du droit de grève aux

Bénin : L’Union nationale des magistrats (UNAMAB) désapprouve la création de la CRIET

L’assemblée générale extraordinaire de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin (Unamab) a décidé d’une grève de cinq jours chaque semaine reconductible à partir du lundi 08 janvier 2018.

Cette décision est en lien avec la loi votée par les députés le 2 janvier 2018 qui retire aux magistrats le droit de grève. Dans sa déclaration à la presse, l’Unamab a indiqué qu’elle ne peut pas tolérer le recul de la démocratie ni la vassalisation du pouvoir judiciaire et de ses acteurs et affirme : « il urge de riposter avec vigueur à la liquidation amorcée de la démocratie béninoise acquise de hautes luttes ». L’Unamab exige le retrait de cette disposition liberticide de la nouvelle loi portant statut de la magistrature et a indiqué dans sa déclaration qu’en décidant de sacraliser le droit de grève, le constituant a engagé l’Etat à reconnaître et garantir ce droit à tous les travailleurs y compris les forces de défense et de sécurité.

DECLARATION DE PRESSE DE L’UNAMAB

L’Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB) s’est réunie en Assemblée Générale Extraordinaire ce jour jeudi 04 janvier 2018.
Etait inscrit à l’ordre du jour, le point relatif au retrait du doit de grève aux magistrats.
Après analyse de la situation, l’Assemblée Générale a relevé que le droit de grève est consacré par l’article 31 de la Constitution du 11 décembre 1990, qui n’est qu’une simple internalisation de l’article 8 du Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.
En décidant de sacraliser le droit de grève, le constituant a engagé l’Etat à reconnaître et garantir ce droit à tous les travailleurs, y compris les forces de défense et de sécurité.
Cette option s’explique par l’histoire de notre pays.
En effet de 1972 à 1989, le Bénin a fait la redoutable expérience de la période révolutionnaire particulièrement marquée par la violation massive des droits humains. Tirant leçon de ce douloureux passé, le constituant a prévu une batterie de dispositions destinées à assurer la protection de ces droits.
Au nombre des institutions chargées de veiller au respect des droits fondamentaux et des libertés publiques, figure au premier plan la Cour constitutionnelle.
Saisie le 13 janvier 2006 du contrôle de conformité à la Constitution de la loi 2005-43 du 29 décembre 2005 portant statuts général des personnels militaires des forces armées béninoises, la Cour constitutionnelle, par décision DCC- 06-034 du 04 avril 2006, a jugé que «Le droit de grève proclamé et consacré par la Constitution est un droit absolu au profit de l’ensemble des travailleurs(…). Le législateur ordinaire ne peut porter atteinte à ce droit».
Curieusement, lors du contrôle de conformité à la Constitution de la loi N° 2011-25 portant règles générales applicables aux personnels militaires et assimilés en République du Bénin, votée par l’Assemblée nationale, la Cour constitutionnelle a opéré un revirement de jurisprudence et a estimé que le droit de grève, bien que fondamental, n’est pas absolu.
Prétextant de cette nouvelle position de la Cour constitutionnelle, l’Assemblé nationale a, le 28 décembre 2017, retiré subrepticement le droit de grève aux agents de la santé, de la justice et de sécurité.
Non satisfait de ce coup de force constitutionnel, le 02 janvier 2018, lors de l’examen de la loi portant statut de la magistrature, l’Assemblée nationale a confirmé son désir d’en découdre avec les magistrats en leur retirant le droit de grève par une disposition introduite dans cette loi.
Des débats parlementaires, il ressort que le nouveau statut vise à améliorer substantiellement les conditions de vie et de travail des magistrats. L’UNAMAB fustige cette manœuvre consistant à troquer le droit de grève, une liberté fondamentale, contre les avantages en nature ou en espèce.
Ne pouvant tolérer un recul démocratique, ni une vassalisation du pouvoir judiciaire et de ses acteurs, l’UNAMAB estime qu’il urge de riposter avec vigueur à la liquidation amorcée de la démocratie béninoise acquise de hautes luttes.
C’est pourquoi, elle décide d’observer, à compter du lundi 08 janvier 2018, jusqu’au retrait de cette disposition liberticide de la nouvelle loi portant statut de la magistrature, un mouvement de grève de protestation de cinq (05) jours, tacitement reconductible, du lundi au vendredi.
L’UNAMAB rend l’Assemblée nationale et le gouvernement responsables des déconvenues qui résulteraient de cette fâcheuse situation.

Fait à Cotonou, le 04 janvier 2018.

L’assemblée générale.

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 11 mois

    Maou , si par miracle talon reconduisait HOLO , nous allons lui tirer chapeau , puis quitter ce forum 

    • Avatar commentaire

      @Olla,

      Holo même sait que ce n’est plus possible et un message d’au revoir circule en son nom car conformément à l’article 115 de la constitution, nul ne peut siéger plus de 10 ans à la CC.
      Bye HOLO en juin, bienvenue….On verra bien qui.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 11 mois

    ALLOMAN , un autre grand  in**** qui ose noter un, il faut l’avouer beaucoup plus plus intelligent que lui . ( agadjavi ) 
    ALLOMAN va voir un peu ce qui se passe dans nos juridictions actuellement, où des choses ahurissantes se passent , où les v***** qui sont aux affaires foulent aux pieds un arrêt de la cour d’appel rendu par une de nos braves magistrates que tout le monde appelle ” dame de fer ” en initiant un nouveau arrêt annihilant l’arrêt rendu par cette respectable magistrate , avec la complicité des hommes de ce djogbenou avec les hommes go******* à sa solde qu’il vient de nommer 😡😡😡😡

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 11 mois

    Je valide le post de haute facture de Agadjavidjidji. Mollah OMAR peut commencer son échauffement, on n’en a cure…Allez en grève même un an, ça ne changera fondamentalement rien au quotidien du béninois, vu la qualité des services rendus tant dans le secteur de la santé que de celui de la magistrature….Mollah Omar, j’espère que tu te souviens de l’initiative de Yabo visant à procéder à une révision des décisions de justice rendues par les magistrats au Bénin, tant elles ont toujours été marquées par une inconstances et des aberrations rarement observées ailleurs (ex: décisions autorisant les petits fils à remettre en cause les ventes de terrains de leurs aïeuls au motifs que les prix des transactions il y a cent ans étaient inappropriés….)
    Ce réflexions valent également pour le secteur de la santé. La vox populi ne s’est pas trompée en proclamant “Ils font grève, on meurt, ils font semblant de travailler, les populations meurent tout autant….”

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 11 mois

    Agadjavi , le mourant , est-ce la cour constit ” tchigan ” version holo , ou celle version godillot que vous allez bientôt installer 😡😡😡
    On conseille , reconduisez HOLO , et vous donnerez du panache au débat , prenant ainsi à contre pieds l’août le monde , et prouvant ainsi votre bravoure 

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 11 mois

      Lire :  ” un conseil “

    • Avatar commentaire

      Holo ne sera jamais reconduit. C’est bel et bien Djogbenou qui le remplacera, “cumulativement avec ses fonctions actuelles”, juste pour rire. Sérieusement, Talon aura besoin d’un ministre de la justice aux ordres. 

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 11 mois

    Le camp de la rupture a chaud et j’espère que la riposte du Gouvernement sera aussi à la taille des missiles lancés par le syndicat de la justice et celui de la santé.

    Peut-être que Djogbénou et son mentor trouveront cette fois-ci du boulot aux diplômés sans emploi qui traînent partout dans la ville à la solde de leurs parents. Ils pourront faire remplacer d’office les grévistes par ces diplômés sans emploi et sans expériences, ils sont capables ces deux é**********.

    Je pense que c’est ce vent qui emportera définitivement cette fameuse rupture.

  • Avatar commentaire

    Au moins grâce à Talon la cour Constitutionnelle a de quoi s’occuper! Nous voyons pas le mal partout!

  • Avatar commentaire

    Nous sommes plus que fier d’eux, car seule la lutte libère. On ne peut jamais rester les bras croisés et voir les acquis sociaux, les libértés démocratiques et syndicales supprimées un-à-un. Ce serait faire le lit à l’installation d’un Etat Voyou, capitaliste féroce qui broie les plus faibles au lieu de les protéger. La grêve est la SEULE arme efficace pour faire plier les régimes prédateurs partout au monde.

    La constitution permet au législateur de limiter dans certains cas, mais pas la supprimer. Interprétation tendancieuse des députés godillots et du garde des sots. J’ai foi qu’à force de pousser loin le bouchon, les députés godillots finiront par pousser la population à BRULER LE PARLEMENT comme au burkina au sommet de la crise pour pousser compaoré qui cherchait à s’éterniser au pouvoir.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 11 mois

      Vous brassez du vent. Vous n’êtes pas plus qualifié que la CC qui a déjà reconnu dans la passé( cas des douaniers) que la limitation du droit de grève pouvait aller jusqu’à sa suppression et ce en vertu du principe de la continuité du service public, principe à valeur constitutionnelle; tout comme vos fameuses libertés individuelles derrière lesquelles vous vous réfugiez pour promouvoir la paresse.

      Les Fons disent qu’on ne peut pas frapper quelqu’un et lui refuser de pleurer mais cette fois, vos pleurs ne feront pas reculer le pouvoir( je l’espère en tout cas).
      Et puis un fonctionnaire béninois en grève, ça change pas grand chose au fond, vu que ça ne reste pas au poste plus de 3h/jour sur les 8 requis en temps normal.

      Ne prenez pas les derniers soubresauts d’un mourant pour un signe de victoire.

      Bientôt la CC sifflera la fin de la récréation.

      • Avatar commentaire
        Gont Gont Il y a 11 mois

        Agadjivi,

        Commencez d’abord par demander au régime que vous soutenez de respecter les décisions antérieures de la Cour avant de vous prévaloir d’une probable décision de la cour validant le vote des députés sur le droit de grève.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 11 mois

    Segni a chaud , son cul est au dehors , il implore la cour constit, pour les sauver maintenant , alors même que bon nombre des décisions de cette cour constit sont foulées aux pieds par ce régime , inique et cynique , qui n’a rien à foutre de la souffrance de ce peuple qui leur a confié leur destin 

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 11 mois

    Yes de yes , ” mon chachabouloukou ” et les siens viennent de rentrer dans la danse , adjaka ” enen tche nouhé ” bientôt les étudiants , les syndicats des enseignants, etc etc 
    Ce qui va nous conduire à une paralysie générale du pays , et va conduire le benin inexorablement vers des états généraux ou une conférence nationale . 
    Talon , agadjavi , tundé , vos culs sont au dehors , vous avez chaud 

  • Avatar commentaire

    D’ici quelques jours, la CC va confirmer ou non la conformité de la loi votée par les députés et le PR va les promulguer comme pour les douaniers. Puis, on verra!