Bénin : Les députés de la majorité parlementaire font régresser notre démocratie

Bénin : Les députés de la majorité parlementaire font régresser notre démocratie

La réputation du modèle démocratique béninois a traversé les frontières continentales et gagné des contrées lointaines. Le Bénin est donc souvent cité en exemple comme démocratique modèle sur le continent.

Amendement de la constitution : La CDD-Bénin dénonce un coup d’État politique

Mais comme en Afrique « les bonnes choses ne durent jamais », les actions des députés de la majorité parlementaires à travers le vote mécanique des lois, visent à détériorer cette réputation de la démocratie béninoise. Au point de donner raison à ceux qui parlent de vassalisation du parlement, ou de prolongement de l’Exécutif.

Le vœu avait été formulé par le chef de l’Etat. C’était le 16 décembre 2016 lors de la présentation du programme d’action du gouvernement au palais de la Marina. Celui-ci, s’adressant au président de l’Assemblée nationale, avait déclaré : « monsieur le président de l’Assemblée, je me suis toujours vu comme votre poulain… je souhaite que les députés pour certaines lois qui arriveront à l’Assemblée et qui portent sur des réformes, votent les yeux fermés… ».

Ce vœu du chef de l’Etat que certains avaient trouvé indécent a pris corps à travers la création circonstancielle de deux grands blocs parlementaires. Ces deux blocs se formés au lendemain du vote de la loi sur la révision de la constitution, précisément l’étape portant sur la recevabilité du texte le 4 avril 2017. La soixantaine de députés qui avaient voté en faveur de la révision malgré l’échec final, a constitué le bloc de la majorité parlementaire. Pendant que la vingtaine de députés qui avaient voté contre, s’est regroupé autour du bloc de la minorité ou de l’opposition parlementaire.

L’allégeance des députés à l’Exécutif

Les députés de la majorité parlementaire se déclarent comme étant ceux  qui « soutiennent le chef de l’Etat dans ses réformes ». Un député de la majorité parlementaire a d’ailleurs avoué vertement sur les antennes d’une radio privée à Cotonou qu’ils rencontrent le chef de l’Etat pour prendre des orientations par rapport aux lois à voter au parlement ou sur des propositions de lois à faire. Ce député a expliqué combien leur groupe de députés était au service du chef de l’Etat pour l’aider à faire passer ses réformes. C’est donc à travers le vote mécanique des lois que ces députés de la minorité parlementaire manifestent leur allégeance au président de la république. Cela ne devrait pas être un problème en tant que tel, puisque sous d’autres cieux des députés appartiennent à la même formation politique que le chef de l’Etat.

Mais cela ne fait pas autant de ces députés des représentants de l’Exécutif au parlement. Ils demeurent malgré tout, des représentants du peuple et devraient s’assurer que les lois qu’ils votent rencontrent d’abord les aspirations du peuple. Ce qui est loin d’être le souci des députés de la majorité parlementaire qui ont reçu le mandat du peuple pour voter des lois en son nom, mais qui ont fait un deal  avec une autre institution en mettant en veilleuse les préoccupations des populations. Conséquences, de nombreuses lois impopulaires votées en 2017. Lesquels mettent en péril les intérêts des populations.

Des lois antisociales votées

A l’instar des lois sur l’embauche et de celle sur les collaborateurs extérieurs ou plus récemment encore celles portant sur le retrait du droit de grève. Pourtant, ce qui faisait la réputation et la vitalité de la démocratie béninoise, c’était ces fonctions bien comprises de contrepouvoir que la justice et le parlement savaient jouer auprès de l’Exécutif. Avec les députés de la majorité parlementaire de la 7è législature, le mandat du peuple est devenu un moyen pour se faire du « blé » ou pour se recouvrir de carapace. Ces députés, constatent des observateurs semblent voter les yeux fermés des lois antisociales ou susceptibles de susciter de l’instabilité sociopolitique. C’est la réputation de la démocratie béninoise qui se trouve ainsi sacrifiée sur l’autel des intérêts individuels

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    Julio GADA Il y a 10 mois

    Exaspéré au comble, j’établis la liste de ces députés dits du bloc de la majorité parlementaire, celles de leurs progénitures,épouses et même amantes. On doit les connaître et les identifier par rapport à l’histoire de notre démocratie.

  • Avatar commentaire
    Patrick Il y a 10 mois

    O mon pays va très mal 11

  • Avatar commentaire

    Le Bénin va très mal. Je ne sais pas ce qui va se passer dans quelques jours, semaines ou mois. L’avenir est sombre. Toutes les institutions ont montré leurs limites. Nos députés ne sont pas dignes de représenter le peuple. Ils ne connaissent même pas les lois de la République, aucune notion d’économie, finance, ils sont incapables de mener un raisonnement correct, bref, le Bénin a vraiment des problèmes de représentation. Un Président de la République qui n’a aucune culture intellectuelle, philosophique, culturelle et économique. Tout ce qu’il sait faire de bien, corrompre les politiques, la justice, les fonctionnaires amasser le maximum d’argent à lui-même et à ses proches (conflits d’intérêt). En dehors de cela, il n’y a rien de concret, c’est de la poudre aux yeux.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 10 mois

    Il faut tout simplement les identifier et les empêcher de retourner au parlement.

    Ce ne sont pas des représentants du peuple, c’est des pantins et des mercenaires.

    Le pays va tomber avec des parlementaires comme ça!!!

  • Avatar commentaire

    Vous plaisantez ! Ce sont des hommes d’affaires en quête de leur intérêt personnel tout simplement. Il ne faut pas rêver avec ces gens. N’attendez rien d’eux. Vous êtes trop naïfs. Toujours des discours, rien de concret.