Bénin : Deux projets importants pour révolutionner le secteur agricole béninois

Bénin : Deux projets importants pour révolutionner le secteur agricole béninois

Le gouvernement procédera demain à l’hôtel Azalai, au lancement de deux projets phares du secteur agricole. Après des premières phases bien réussies, le gouvernement a obtenu des financements additionnels pour financer les 2es phases du Projet de

Constitution : Députés et juristes décortiquent le projet de Talon

productivité agricole en Afrique de l’ouest (Ppaao), et le Projet d’appui à la diversification agricole (Pada). Le lancement officiel de ces deux projets aura lieu demain à l’hôtel Azalaï. Courant Juin 2017, l’Assemblée nationale a autorisé la ratification d’accord de financement additionnel, pour deux projets phares que sont le Projet d’appui à la diversification agricole (Pada), et le Ppaao-Bénin. Le Projet d’appui à la diversification agricole (Pada) a été exécuté au cours des cinq dernières années à travers le Programme Cadre d’Appui à la Diversification Agricole (ProCAD).

Ayant pour objectif de contribuer à la restauration et à l’amélioration de la productivité aux champs, et de la valeur ajoutée post-récolte des chaines de valeur riz, maïs, ananas, anacarde et poisson, le Pada a permis au cours de sa phase initiale, d’atteindre plus de 158 000 bénéficiaires directs du projet, induisant ainsi la hausse des revenus ruraux. C’est fort de ces résultats que le Projet a bénéficié d’un financement additionnel d’une durée de quatre ans, avec un crédit d’un montant de 41,9 millions d’euros, équivalant à 27 484 598 300 F Cfa sur un coût global du projet estimé à 35 711 610 994 F Cfa.

La différence représentant un don de l’Association internationale de développement (Aid) de la Banque mondiale. Le financement additionnel vise essentiellement la consolidation et la mise à échelle des réalisations de la phase initiale. Il ambitionne surtout de capitaliser les acquis énumérés supra, et d’amener le secteur agricole à l’adoption à grande échelle des technologies améliorées de production, de post-récolte, de transformation et d’entreposage.

Quant au Projet de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO-Bénin), c’est le volet  béninois du Programme sous régional initié par la CEDEAO, financé par la Banque mondiale et mis en œuvre dans 13 des 16 pays, qui le compose. L’objectif du PPAAO est de développer et de diffuser des technologies améliorées pour assurer une productivité accrue des spéculations prioritaires.

Pendant les cinq dernières années, le PPAAO-Bénin a travaillé au développement entre autres des technologies agricoles améliorées, telles que le Cuiseur à vapeur de Ablo, le Kit d’étuvage de riz, le rouleur calibreur, le bloc multi nutritionnel densifié pour l’alimentation du bétail, les cultures d’ananas et de maïs sur films polyéthylènes, la production d’alevins monosexes de Tilapia, et ceci pour le développement des filières maïs, riz, ananas, anacarde et poisson.

Suite au succès de cette première phase qui était un don de plus de 8 milliards de F CFA, le PPAAO-Bénin a sollicité et obtenu de la Banque mondiale, un financement additionnel pour poursuivre le projet.

D’un montant de 13 milliards 500 millions, dont 12,004 milliards au titre de la contribution de L’IDA, qui cette fois-ci est un prêt et un peu plus d’un milliard, représentant la contrepartie béninoise, le financement additionnel a besoin de l’autorisation de la Représentation Nationale avant sa ratification par le Gouvernement. C’est donc ainsi que, ce jeudi 15 juin 2017 suite à la demande d’autorisation de ratification de l’accord de financement additionnel soumise par le Gouvernement à l’Assemblée nationale, les députés ont donné leur approbation pour la ratification.

Le financement additionnel permettra au cours des trois prochaines années, de consolider les acquis de la première phase du projet à travers la diffusion et l’adoption à grande échelle des technologies, et de contribuer à la mise en œuvre du volet agricole du Programme d’Action du Gouvernement, en intensifiant les actions sur les cultures comme l’ananas, l’anacarde, le riz, le mais, ainsi que le poisson. Avec la phase additionnelle, le PPAAO-Bénin s’ouvrira à d’autres spéculations comme les cultures maraichères, la volaille et les petits ruminants, en même temps qu’il travaillera à l’amélioration des conditions nutritionnelles de nos populations, en partenariat avec le secteur privé.

Commentaires

Commentaires du site 0