Le président de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) reste vent debout contre le retrait du droit de grève aux magistrats.Interrogé cet après-midi par la radio nationale, Michel Adjaka persiste et signe « le droit de grève est un droit constitutionnel » qu’on ne peut ôter aux magistrats. Vouloir  supprimer ce droit, c’est faire preuve d’immoralité a fermement affirmé l’homme en toge.

Concernant  la réquisition des magistrats demandée par le garde des sceaux, Michel Adjaka pense que Joseph Djogbénou méconnaît les textes. Pour lui, il est possible de réquisitionner dans d’autres secteurs mais pas dans le secteur de la justice. « C’est une violation de la loi » a-t-il martelé.

Pour rappel, le ministre de la justice avait sorti une note circulaire le 05 janvier 2018 pour demander aux présidents de Cour d’appel, procureurs généraux, présidents de tribunaux, procureurs de la république et greffiers en chef, de réquisitionner les acteurs de la justice(à lire ici). Cette note circulaire est venue en rétorsion à la décision de l’Unamab d’aller en grève.

 

4 Commentaires

  1. Les magistrats tant pis pour vous.vous pouvez grever jusqu’à la fin de l’année.c’est votre colis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire