Bénin : Report de la rencontre gouvernement – centrales syndicales

Bénin : Report de la rencontre gouvernement – centrales syndicales

Annoncée à grand renfort médiatique pour se tenir ce mardi 23 janvier 2018, la rencontre entre les responsables syndicaux et le président de la République Patrice Talon a été reportée à une date ultérieure.

Patrice Talon s’adresse aux béninois à travers les médias français (verbatim)

Selon un communiqué de la présidence signé de la direction de communication, cette rencontre ne pourra plus se tenir du fait d’une contrainte de dernière minute. Le même communiqué stipule que les responsables syndicaux ont été informés de la non-tenue de ladite rencontre dans la soirée de ce lundi 22 janvier 2018.

Le président interviendra au plus tôt dès que son agenda le lui permettra a indiqué le communiqué.
(Lire l’intégralité du communiqué)

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    FELIX PIOTHERESE Il y a 10 mois

    Chacun parle tout comme si , ce qu’il dit est le résultat attendu. Ne sautons pas si vite sur la manière d’agir de nos hommes politiques. ils savent ce qu’ils font pour distraire le peuple. Que çà soit le gouvernement, ceux qui grévent, et les avérés opposants d’aucun ne pense à la vie du peuple, ils pensent à leur intérêt personnel. Chacun se pense le plus sage pour gérer ce pays. Chaque tenant qui crie aujourd’hui n’avait pas pensé à ce qui se passe actuellement. Leur réflexion pendant les élections était juste de se remplir les poches. Le régime actuel me parait bien être ce qu’il nous faut afin que nos calcul cesse et que nos repositionnement cesse et que nous nous asseyons et penser a l’avenir de notre cher et beau patri. A bon entendeur… à la prochaine.

  • Avatar commentaire

    Les gars de la police vérifiez bien les malles arrières des voitures. On ne sait jamais

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 10 mois

    CEUX QUI SE REJOUISSENT DE CE REPORT SONT DES NAIFS DE 1ERE GENERATION OU DE DERNIERE GENERATION .
    NOUS SOMMES DANS UN JEU POLITIQUE ET DIEU SEUL SAIT CE QUI SE TRAME ENTRE CHEFS SYNDICALISTES A QUI IL NE FAUT JAMAIS FAIRE 1% DE CONFIANCE ET UN CHEF D’ETAT QUI LES CONNAIT AU MOMENT DE SON EXIL A PARIS .
    LE RESTE , DIEU NOUS DEVOILERA CE QUI SE CACHE DANS CE REPORT .
    TOUS : SYNDICALISTES COMME PRESIDENT SONT MEMES PIPE MEME TABAC A LA SEULE CONDITION QU’ILS NE PORTENT PAS LES MEMES NOMS .

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 10 mois

    Talon agbonon, est devenu talon obouto ou obounon, c’est un petit kata , que adjaka , et les travailleurs , viennent de lui montrer , azanaï est en échauffement sur le banc de touche et gonflé à bloc , puis soglo , adjavon  , et quelques irréductibles de la société, et le clou viendra des défections parmi les membres de son gouvernement ; ici c’est le Bénin 

  • Avatar commentaire
    Tonagnon Il y a 10 mois

    Talon ne s’est visiblement pas préparé à diriger un pays. Il n’aime pas discuter. Il préfère décider et imposer. A la tête d’un pays, ce caractère est délétère.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 10 mois

    Talon a pris la fuite en avant pour s’épargner le fiasco pour lui qui s’annoncait. Les syndicats n’ont-ils pas annoncé que l’on ne négotie pas à la présidence et que les lieux de négociations sont connus.

    En avant donc la grève générale jusqu’à la chute prochaine de Talon.

  • Avatar commentaire
    Gbogbolikiti Il y a 10 mois

    Moi je me réjouis déjà que les raisons de cet avortement ou de ce report n’est aucunement une manigance venant de la part des partenaires sociaux.

    Cela signifie que les responsables des syndicats étaient prêts pour cette rencontre, et un empêchement de dernière seconde étant survenu du côté de l’exécutif.

    Pourvu que le Chef ne fasse pas le jeu de ceux qui l’envoient aux affronts, car c’est pour l’intérêt suprême de la nation qu’il a bien voulu organiser cette rencontre.

    Maintenant il peut aussi s’agit d’un jeu politique de la part de l’exécutif qui a attendu que le président de l’Assemblée Nationale n’introduise la loi renvoyée par la cour constitutionnelle à une seconde étude à la commission des lois.

    Tout compte fait, ce report ne profite à personne, mais aggrave continuellement cette crise sociale.

    Est-ce par exprès que le communiqué n’a pas été signé? Je ne saurais le dire, car je suppose que le service de communication de la présidence est assez structuré pour commettre de pareilles erreurs.