Gambie : Yahya Jammeh rattrapé par une affaire de remède contre le SIDA

Gambie : Yahya Jammeh rattrapé par une affaire de remède contre le SIDA

La lutte contre le sida est un sujet de société touchant les pays du monde entier. En effet, chaque année, près d'un million de personnes décèdent de cette terrible maladie sexuellement transmissible.

Gambie : la justice saisit les biens de Yahya Jammeh

Si de nombreux laboratoires travaillent sur un remède à ce fléau, d’autres personnes n’hésitent pas à utiliser leur pouvoir afin de faire croire aux gens qu’ils peuvent soigner quiconque. C’est notamment le cas de l’ancien leader de la Gambie, Yahya Jammeh. En effet, si celui-ci est accusé de nombreux crimes, celui-ci concernant son soi-disant remède contre le VIH est absolument incroyable.

Cette histoire nous ramène au milieu des années 2000, à une époque ou le VIH n’était pas autant combattu qu’aujourd’hui. En effet, en 2007, Jammeh annonce avoir inventé un remède miracle contre le sida, remède principalement composé de plantes médicinales. De manière totalement incompréhensible, celui-ci prétend également que ce remède ne pourra être effectif que les lundis et jeudis. Bien entendu, une telle annonce a provoqué l’ire de la communauté internationale, qui n’a pas hésité à mettre l’ex-chef d’État en garde contre ce faux médicament. Cependant, au sein même du pays, les contestations n’ont pas lieu d’être. En effet, à l’époque, la liberté d’expression n’était qu’un vague concept et critiquer la présidence pouvait vous offrir un aller sans retour en prison.

Un traitement qu’aurait donc subi Ceesay. En effet, alors qu’il a été recruté afin de faire partie des premiers cobayes, Ceesay ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Ce n’est que lorsqu’il arrive à la clinique d’État qu’il apprend les règles à suivre. Résultat, interdiction formelle de fumer, de boire du thé, du café et d’avoir une relation sexuelle. Enfin, prendre d’autres médicaments que ceux fournis par la clinique est également interdit. Pire encore, durant six mois, celui-ci n’aura quasiment pas l’occasion de sortir de l’hôpital !

Dès lors, tous les matins, une drôle de pâte verte était appliquée sur le corps des patients, tandis que ceux-ci étaient également obligés de boire une bouteille entière d’un liquide totalement inconnu. Bien évidemment, les effets n’ont pas été ceux escomptés. Diarrhée constante, tuberculose, les patients souffrent et certains sont même obligés d’être hospitalisés autre part afin de retrouver un semblant de forme. Ceesay lui, fera partie des plus chanceux, même si sa femme, elle aussi atteinte du VIH, décédera des suites de ce programme médical.

Tentant tout de même de faire belle figure, le président engagera alors des personnes afin de louer les résultats de son programme. Mais rien n’y fera et, journalistes ou population, plus personne ne croira aux bienfaits de cette potion. Selon certaines sources, 9,000 personnes auraient ainsi été traitées, bien que ces chiffres ne soient pas officiels. Considérée comme étant l’une des atteintes les plus graves faite aux droits de l’homme par le régime Jammeh, cette histoire mets de nouveau en lumière l’horreur vécue par la Gambie durant de nombreuses années.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    yazdani Il y a 3 mois

    il n’y a jamais l’existence du vih sida, je vous le jure raison de plus le remède ne sera jamais au grand jamais trouvé. oubliez chers lecteurs ces conneries de merde soit disant vih. nous les africains maintenant nous en avons marre et ouvrons plus les yeux.

  • Avatar commentaire

    Tout ceci n’est que des connerie. Juste pour dénigré jammeh. Et si c’est vrai l’histoire nous en dira plus