Zimbabwe : comment l’armée a convaincu Mugabe

Zimbabwe : comment l’armée a convaincu Mugabe

Au pouvoir depuis 1980, Robert Mugabe a récemment cédé sa place de chef d'État du Zimbabwe à Emmerson Mnangagwa. Si la transition s'est passée plus ou moins correctement, la situation aurait très bien pu déraper.

Zimbabwe: Emmerson Mnangagwa appelle Mugabe à démissionner

En effet, afin de faire lâcher le morceau à Mugabe, l’armée a exercé de très fortes pressions, envoyant notamment des messages très clairs à celui qui dirigeait alors le pays d’une main de fer depuis presque 30 ans.

Les pressions exercées étaient tellement fortes que Robert Mugabe aurait en fait eu peur de vivre un destin « à la Kadhafi ». Pour rappel, le colonel Mouammar Kadhafi, a été renversé au mois d’août 2011 après que la population se soit soulevée. Aidé par une intervention militaire aérienne des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, le peuple Libyen a ainsi réussi à mettre Kadhafi en fuite, jusqu’à ce que celui-ci soit retrouvé environ deux mois plus tard avant d’être lynché par une foule en furie.

Ce scénario a été confirmé par l’ancien porte-parole de Robert Mugabe, monsieur Charamba. Interrogé par la presse, celui-ci a assuré que l’armée a été très claire dans son message : “la possibilité existait d’un scénario à la libyenne, où le président aurait été arraché de sa résidence et lynché“. Une décision juste de Robert Mugabe donc qui aura sans doute permis au Zimbabwe d’éviter une crise sans précédent.

Commentaires

Commentaires du site 0