Bénin : L’alliance FCBE renaît de ses cendres

Bénin : L’alliance FCBE renaît de ses cendres

Huitième circonscription électorale : He Issifou Amadou amer contre Gbadamassi

Après près de deux ans d’hibernation, l’alliance Fcbe renaît de ses cendres. Son 2e congrès qui a pris fin hier à Parakou, a consacré la transformation de cette coalition en parti politique, avec comme secrétaire exécutif le truculent député Valentin Agossou Djènontin. Mais la vraie attraction de ce congrès, c’est Boni Yayi, leader charismatique du parti naissant qui réussit son come back, deux ans après son départ du pouvoir en Avril 2016.

Samedi 10 février 2018. Il y a vingt huit ans, s’ouvrait à Cotonou la conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990. Les souvenirs de cet évènement majeur de notre histoire politique sont peu vivaces dans les mémoires. Le temps a fait son œuvre et a réussi à nettoyer de la mémoire de beaucoup de Béninois cette date historique. Ici à la place Bio Guéra de Parakou, aucun message officiel n’a rappelé à la mémoire collective cette date. Tout le monde est préoccupé par les problèmes du moment. Les esprits étaient concentrés sur la réussite de ce congrès de refondation des Fcbe, par ailleurs la première sortie politique du président Boni Yayi, deux ans presque après son départ du pouvoir. A 10h, heure prévue pour le démarrage de ce congrès, ce n’était pas encore la grande mobilisation. Selon plusieurs témoignages, le pouvoir a mis en œuvre une batterie d’actions pour empêcher les populations d’assister à ce congrès : distribution de micro crédits aux femmes… Pourtant, les choses sont allées très vite. Les populations par vagues successives ont grossi la foule des militants, et sympathisants à ce congrès. Peu après 11h, le maître de cérémonie commence à annoncer l’arrivée du président Boni Yayi. Peu avant midi, un cortège s’immobilise à quelques mètres du podium central. Un homme descend d’un véhicule 4×4 Ford. Un parasol couvre sa tête contre de brulants rayons de soleil.

Le maître de cérémonie annonce le président Yayi. Lorsque le parasol s’approche on découvre que ce n’est pas Boni Yayi. Fausse alerte, c’est Alassane Djemba alias Gatéri qui faisait un petit numéro en attendant l’arrivée de son ancien mentor. A midi dix, la clameur des populations et les klaxons des zémidjans annoncent son arrivée. Il était exactement 12h17. Boni Yayi était effectivement là. Le véhicule, un Dodge flambant neuf de couleur noire envahi de poussière, s’immobilise à une bonne vingtaine de mètres de la tribune officielle. Impossible d’avancer.  Quelques policiers et gendarme s’agitent autour du véhicule. Les mouvements de la foule, les agitations des uns et des autres pour voir Boni Yayi, soulèvent un amas de poussière qui suffoque les badauds. A 12h30, face à l’incapacité d’ouvrir les portières du véhicule et de faire descendre son occupant, les rares forces de l’ordre sur les lieux dépassées par les évènements, donnent injonction au chauffeur de conduire le véhicule jusqu’à quelques mètres de la tribune. Ce mouvement entraine une grande bousculade et des heurts humains pas très gais. Une période vague de quelques minutes s’installe, le temps pour la sécurité de faire sortir Boni Yayi de son véhicule et de le faire installer sur la tribune officielle. Lorsqu’ils arrivent à trouver la bonne formule, c’est-à-dire faire une haie autour de sa personne et de son épouse pour les amener vers la tribune, c’est sans compter avec la détermination des populations presque déchaînées, décidées à toucher leur « papa » comme on entend les femmes le scander. La foule tangue, la poussière et la canicule montent et quelques faibles s’évanouissent devant des sapeurs pompiers un peu largués.

Regrets, pardon et carton rouge

Une fois que les forces de l’ordre et gardes du corps arrivent à l’amener à la tribune, Boni Yayi salue les populations des deux mains, vêtu d’un boubou de basin blanc. Les salutations finies, les bonnes choses débutent enfin. C’est l’honorable Amadou Issifou qui lance les hostilités, dans un discours qui vitriole presque le gouvernement. Après avoir critiqué les actions du gouvernement et lancé quelques pics à Rachidi Gbadamassi qu’il ne cite pas, l’honorable demande pardon à Boni Yayi pour n’avoir pas respecté sa consigne de vote lors de la dernière élection présidentielle. Il brandit à la fin un carton rouge à la gouvernance de Patrice Talon. A sa suite, l’honorable Réné Bagoudou aussi dénonce « l’horreur » du régime Talon, et brandit également un carton rouge à Talon. La vague des déclarations de partis amis commence par l’Upr de l’honorable Issa Salifou. Ce dernier bien que présent à Parakou, refuse de porter le message de son parti et responsabilise Jamila Sabi Mohamed de le faire, la foule insiste à voir Saley parler, ce dernier persiste et ne se ravise que sur instruction de

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 27
  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 3 mois

    Gont Gont,
    Pour emprunter le terme de Agadjavi, sache que la liste des actes de mauvaise gouvernance au ”Yinweland” crée entre 2006 et 2016 avec comme leader maximum et incompétent Boni Yayi est si longue que je m´évertue à citer quelques uns:
    1- Corruption dans l’administration publique
    2- Népotisme
    3-Banalusation de la fonction présidentielle (Institution président de la république).
    4-Promotion de la médiocrité
    5-Clientélisme dans les nominations
    6-Populisme exacerbé
    7- Légèreté dans la gestion des crises avec les partenaires sociaux.
    8- Mauvaise organisation des concours de recrutement
    9-Corruption dans les passasions des marchés publics.
    10-Démantèlement des fondamentaux de la démocratie.
    11- et j’en passe.
    Il s´agissait d´actes gravissimes palpables et susceptibles de preuves manifestes contrairement à ta liste qui ne représente qu´un ramassis de mots sans aucun sens réel.

  • Avatar commentaire
    démocrate Il y a 3 mois

    Le red chef Mar-cel Zou-mènou est devenu le rapporteur général des activités de l’opposition et cela lui marche très bien.

    • Avatar commentaire
      medesse80 Il y a 3 mois

      Mdr. Vous avez fait un constat qui de toute façon saute à l’œil. C’est de bonne guerre quand même.

  • Avatar commentaire
    démocrate Il y a 3 mois

    Le tes chef Mar-cela Zou-mènou est devenu le rapporteur général des activités de l’opposition et cela lui marche très bien.

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 3 mois

    Que tout le monde se calme là.
    2019, votre président sera : Jojolabanane dit Joe Jacques. Je soulève tout et écrase tout.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    Commentaire supprimé

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 3 mois

      Lire : ” gus ” 
      Et puis gus agadjavi , et le ************ yayi boni , drapé dans son bout blanc est porté en triomphe par un peuple enthousiaste , , qui voit l’espérance renaître pour une meilleure justice sociale, richesses partagées , que le hehomey auteur de cette phrase inopportune, s’en va se terrer comme un lapin dans un trou du palais de la marina 😂😂😂

      • Avatar commentaire

        @Olla…
        Fais gaffe…
        Le “competiteur ne” n’aime pas qu’on l’attaque sur ce terrain…
        Il semble que c’est pour avoir plaisante sur les capacites dimunees de celui ci que Lehady s’est fait allumer…
        la politque au Benin se fait au ras des c…
        Triste quand l’appareil d’etat sert a conforter le machisme des uns…, a remedier au manque de confiance des egocentristes qui nous gouvernent!

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 3 mois

      Ton dieu-le père gagnerait à deployer son energie pour regler ses problemes d’addiction au whisky. Talon n’a pas son temps.

    • Avatar commentaire

      Au moins lui a les moyens pour soigner sa prostate. Je ne vous le souhaite pas du tout. Alors pas du tout. Mais comme c’est une maladie que tout homme peut contracter à un certain âge, et si par hasard cette maladie vous visitait, je suis sûr que votre cas sera critique.

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 3 mois

    AGAVOUVIDJIDJI, tu te contredises en voulant toujours défendre ton seigneur dans toutes les dimensions et positions.
    Tu reconnais dans l’une de tes phrases que 2019 est déjà à nos portes. Ce qui signifie que le travail des forces politiques doit commencer dès maintenant sans plus de retard. Dans une autre phrase, tu dis que les uns vont s’épuiser bientôt ou épuiseront toutes leurs cartouches à force de vite démarrer les travaux sur le terrain, et les autres pourront, à la suite de leur fatigue, leur montrer leur force de frappe.

    Que veux-tu très exactement, que les FCBE aillent se reposer d’abord pour suivre le rythme de la mouvance avant d’agir? Que l’opposition laisse le terrain à la mouvance tout comme si plus personne n’existe dans ce pays pour dire NON à Talon et sa clique? Mais non tu te trompes, et vraiment. La bataille a déjà démarré et celle-ci jusqu’à le détournement du plan machiavel, du faux jeu que Talon est en train de planifier.

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 3 mois

    Les lampistes des incultes applaudisseurs du Yinweland qui ecument ce forum me font rire. les gus ********** car ils estiment que tout le Benin est acquis à leur cause parceque Parakou leur a dressé le tapis rouge. Chers klébés du Yinweland. Calmez vous et surtout gardez vous de reveiller la bête politique qui sommeille en Talon. De toutes les façons il ne sert à rien de bomber vos torses de fourmi alors même que 2019 est déjà à nos portes. et c’est seulement en ce moment, pendant que le trésor de guerre que vous avez amassé aura été epuisé que nous verrons qui est qui et qui pèse quoi.

    La bataille à venir s’anonnce beaucoup plus complexe et plus penible que vous ne le pensez.

    Alors du calme!!!!!

    • Avatar commentaire
      Madampol Il y a 3 mois

      Les applaudisseurs de votre maître ne valent pas mieux. En être réduit à souhaiter la renaissance des fcbe dit tout sur l’etat du pays. Aucun des deux camps n’a de quoi être fier

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 3 mois

        Si vous estimez que la situation est déjà telle qu’il faille se jeter à nouveau dans les bras de cette meute de mediocres qui auront destructuré le pays pendant dix longues années, on ne vous y empêchera pas.

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 3 mois

    Grandissez un jour chers concitoyens. Apprenez à observer le minimum du respect aux autorités du pays, qu’ils soient ou non au pouvoir.

    L’ex Président Boni YAYI n’a plus rien à gagner dans la politique béninoise, mais il a beaucoup par contre à apporter pour le développement de notre chère nation à tous. Ce n’est pas parce qu’il a déjà fait 10 ans de gestion du pouvoir avec un bilan plus ou moins passable ou que si vous voulez, un résultat médiocre, qu’il ne va plus apporter son grain au moulin.

    Responsable qu’il est ce grand homme, il est parti se reposer en laissant son successeur gouverner en toute tranquillité, sans gène aucune, malgré les provocations de Patrice Talon et certains de son équipe à son endroit.

    Chers concitoyens aveugles, regardez bien autour du Président Talon, vous verrez les vrais fossoyeurs de l’économie nationale, les vrais vautours qui arrivent à pénétrer facilement son camp malgré la lutte contre la corruption qu’il a engagé. Ils tous les mêmes pipes mêmes tabacs, ils sont les premiers responsables de l’échec du second mandat de Boni YAYI.

    Yayi revient sur la scène politique pour arrêter le plan machiavélique de Talon qui consiste à réviser coûte-que-coûte la constitution, en touchant certains points clés pouvant mettre en danger notre démocratie chèrement acquise. Certains politiques de ce pays, ne dorment pas, ils voient tout, ils agissent en sourdine, ils déjouent les faux plans de Talon dans l’ombre; Boni Yayi en fait partir de ceux-là, qui n’ont qu’à coeur la préservation de la paix dans ce pays.

    Le président Boni Yayi ne pourra plus jamais briguer un mandat présidentiel dans ce pays par respect à notre constitution, mais il misera de tout son poids pour éviter le retour à l’Assemblée Nationale de certains Députés godillots, prêt à faire la volonté du Seigneur Talon, yeux bandés, oreilles bouchées, et la bouche pleine.

  • Avatar commentaire

    Qui mieux que Yayi pour parler de pillage, de gabégie, Si c’est à cette équipe que vous voulez vous en remettre alors je vous plains.On a vu la gouvernance de ces gens là, les éléphants morts, les scandales à répétition qui ont participé à nous envoyer dans le goufre dans lequel nous essayons de sortir. Aucune comparaison possible avec le régime actuel.Au delà des critiques que nous proposent t-ils ces monsieurs?

    • Avatar commentaire
      Gont Gont Il y a 3 mois

      Ah ah!!!!

      La trouille gagne les arrogants, les rusés et les enragés.
      C’est la peur-panique dans le camp des rupturiens. Ils ne dorment plus.
      J’en ris jusqu’aux larmes.

      Une seule sortie publique de YAYI et c’est la débandade, des agitations, l’arrogance. Et pourtant, et pourtant, on nous avait dit que c’était une coquille vide.

      Demandez, chers rupturiens, à votre mentor s’il a eu autant de monde venir le saluer lors de son arivée à Parakou au début de son quinquennat.

      Et puis puis, si vous êtes vraiment mécontents, eh bien, plutôt que de vous livrer à des insultes, demandez à votre mentor de faire une sortie publique dans n’importe quelle partie du territoire national pour tester sa popularité, et on verra sa capacité de mobilisation.

      De grâce, ne venez pas m’écrire qu’il a été distribué de l’argent aux bonnes gens qui était au congrès puisque c’est vous qui êtes maintenant au pouvoir et disposez des moyens d’Etat.

      Avec:

      les licenciements à la pelle,
      les déguerpissements sauvages, incontrôlés et sans ménagement des occupants des voies publiques;
      la paupérisation généralisée;
      Le non respect des décisions de la cour constitutionnelle,
      la vassalisation de l’Assemblée Nationale,
      Le harcèlement fiscal;
      les conflits d’intérêt permanents;
      la confusion des caisses de l’Etat avec la poche du président;
      la corruption généralisée,
      la confiscation des libertés;
      les destitutions à l’emporte-pièces des maires qui ne chantent pas en choeur avec la rupture;
      les tentatives d’assassinat et d’empoisonnement;
      le mépris des concitoyens;
      la rage et la ruse,
      etc, etc. bref la liste est si longue que chacun peu la compléter;

      Avec tous ces maux, je crois que vous êtes mal placés, chers kléblés, pour donner des leçons à Yayi.

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 3 mois

        Tu as beau lister toutes les lubies de ton imagination. les Fcbe version nouvelle sont bel et bien du passé. Tu eructes comme si le Benin se limitait à la 8 ème circonscription electorale. Alors que pris dans son ensemble, elle ne fait pas plus de 4 deputés. As-tu une idée de la demonstration de force que serait aujourd’hui un meeting du BMP avec ses wagons de deputés et les colossaux moyens dans leurs mains??? Vous ergotez sur du sable. Les Beninois sont peut être tolerants. Mais pas amnesiques. En son temps, ils vous rappeleront Dangnivo, ICC Services, Cen SAD, Tracteurs Agricoles et toute la panoplie de la gabegie made in Yinweland.
        Vous êtes trop petit!!!!

        • Avatar commentaire
          Baba Didier Il y a 3 mois

          Cher ami en espérant que ceux de la rupture ne seront pas aussi cités en ce temps car ce sont les blessures récentes dont on se rappelle souvent… Bref pour dire c’est ça la democratie la présence de forces en contradiction et si vous êtes sereins que ce que vous faites est l’aspiration du peuple béninois vous devez saluer cette renaisssance de l’opposition et votre victoire n’en sera que plus belle. Donc pas de mépris BMP ou pas FCBE mouvance hier opposition aujourd’hui… Il faut toujours que nous saluions la vivacité de l’an democratie… C’est le bonheur du peuple que tous les acteurs politiques doivent viser… Si le peuple sanctionne c’est qu’il n’est pas d’accord soit avec vos objectifs soit avec votre méthode et il convient de l’écouter…

      • Avatar commentaire
        democrate Il y a 3 mois

        Gont Gont,
        Pour emprunter le terme de Agadjavi, sache que la liste des actes de mauvaise gouvernance au ”Yinweland” crée entre 2006 et 2016 avec comme leader maximum et incompétent Boni Yayi est si longue que je m´évertue à citer quelques uns:
        1- Corruption dans l’administration publique
        2- Népotisme
        3-Banalusation de la fonction présidentielle (Institution président de la république).
        4-Promotion de la médiocrité
        5-Clientélisme dans les nominations
        6-Populisme exacerbé
        7- Légèreté dans la gestion des crises avec les partenaires sociaux.
        8- Mauvaise organisation des concours de recrutement
        9-Corruption dans les passasions des marchés publics.
        10-Démantèlement des fondamentaux de la démocratie.
        11- et j’en passe.
        Il s´agissait d´actes gravissimes palpables et susceptibles de preuves manifestes contrairement à ta liste qui ne représente qu´un ramassis de mots sans aucun sens réel.

  • Avatar commentaire
    Gont Gont Il y a 3 mois

    C’est tout simplement féerique, magnifique, majestueux, somptueux, splendide.

    Je tombe en pâmoison devant un tel spectacle.

    Et ça ce n’est que le début. Le meilleur arrive bientôt pour 2019 et 2021 où la ruse et la rage seront balayées pour mettre au centre du développement l’Homme, l’humain.

    Le train FCBE est en marche pour broyer la ruse et la rage.

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 3 mois

    De la vaine agitation qui ne rime et ne mènera à rien. Yayi est déjà du passé. C’est aujourd’hui un chien sans crocs, un tigre en papier, un colosse aux pieds d’argile. Il n’amuse et ne distrait que des ouailles à son image.

    • Avatar commentaire

      Vous serez surpris d’être étonnés. Sauf si vous changez votre politique de « ruse et de rage » avec le pillage systématique des ressources du pays au profit d’un clan. Ici c’est la République du Bénin et non Bénin Control. Wait and see.

    • Avatar commentaire

      Prince Toffa 1er, vous connaissez mal les gens du nord!!