Bénin : Interdiction, perturbation, le film de la manifestation à la Bourse du travail

Bénin : Interdiction, perturbation, le film de la manifestation à la Bourse du travail

Les femmes des marchés du Bénin ont décidé de marcher sur la présidence du Bénin, hier mardi 20 février 2018. Une marche pacifique selon les organisatrices, qui vise à aller dire au président Patrice Talon leurs difficultés au quotidien et la situation de mévente qui sévit les dans les marchés.

Adrien Houngbédji : « Admettre que nous ne sommes pas infaillibles est un signe de grande sagesse »

L’objectif de la marche des femmes des marchés, était d’attirer l’attention du chef de l’Etat sur la dégradation avancée de la situation sociale dans le pays, et l’inviter à prendre des mesures pour faire diminuer la tension sociopolitique et améliorer les conditions de vie des travailleurs et des Béninois.

Et, pour cette marche prévue pour ce mardi 20 février 2018, les femmes (revendeuses, artisanes, ouvrières, femmes de ménage, paysannes, femmes au foyer, apprenties, retraitées, veuves, fonctionnaires, déflatées des entreprises publiques et privées, jeunes filles sans emploi, mères…) ont répondu favorablement à l’appel du Comité national des revendeurs, vendeurs et artisans du Bénin (Conarab), et du Mouvement des femmes pour la liberté du peuple et le progrès social (Mflpp), munies de marmites, casseroles et autres ustensiles de cuisine.

Elles étaient plusieurs dizaines à se mobiliser à la Bourse du travail, point de départ de la marche sur la présidence. Mais le dispositif sécuritaire mis en place sur instruction du préfet du département du Littoral Modeste Toboula, n’était pas favorable à cette manifestation pacifique des femmes. Une horde de policiers les a en effet accueillies, déterminée qu’elles étaient à aller voir le chef de l’Etat Patrice Talon à la présidence de la République tôt ce mardi matin. Toutes les issues donnant accès à la Bourse du travail ont été bloquées par les forces de l’ordre, avec des chicanes disposées ça et là pour empêcher et réprimer les manifestantes. Mais cela n’a pas émoussé l’ardeur et la détermination des femmes. Elles ont trouvé les voies et moyens pour exprimer leur colère noire contre le président de la République et ses sbires. A défaut de la marche, les femmes ont tenu un sit-in pour dénoncer le zèle du préfet du Littoral, et interpeller la communauté internationale sur la violation des droits de l’Homme au Bénin.

Ce que les femmes exigent de Talon

Sous la conduite de Waounwa Thérèse du Conarab et du Mflpp, les femmes ont présenté leurs doléances au chef de l’Etat. Elles souhaitent en effet:

  • la réinstallation et le dédommagement des personnes dégagées des espaces publics
  • la réduction des impôts et taxes sur les marchés, et pour les artisans et artisanes l’arrêt de la liquidation des entreprises publiques afin de sauvegarder les emplois de leurs maris, sœurs et enfants
  • l’équipement des centres de santé pour assurer des soins adéquats aux populations
  • la résolution des problèmes des enseignants
  • l’octroi de bourses et secours aux élèves et étudiants pour que leurs enfants retrouvent le chemin des classes
  • et aussi la résolution des problèmes des autres travailleurs en grève ainsi que la fin des poursuites et détentions politiques avec la libération de Laurent Mètongnon et ses co-accusés.

« Nous venons vous dire que la faim nous tenaille. Depuis un mois, nos enfants trainent à la maison ou dans les rues pour fait de grève des enseignants. Mais, vous refusez obstinément de vous pencher avec sérieux sur les problèmes qui sont à la base de leurs revendications, ainsi que ceux des autres travailleurs en grève », a fait savoir Thérèse Waounwa.

Vivement que le chef de l’Etat donne une suite favorable aux cris de détresse des mamans.

Le chef de l’Etat veut recevoir les femmes

Selon des informations de sources proches des agents de sécurité, le président de la République veut rencontrer les femmes. Mais pas à l’issue d’une marche. Le chef de l’Etat aurait confié que son désir est de les rencontrer au cours d’une audience. C’est-à-dire que les femmes doivent adresser une demande d’audience au président Patrice Talon, qui éventuellement les rencontrera pour discuter à fond de leurs préoccupations.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    BEN-SYLE Il y a 2 mois

    Une marche pacifique des Femmes interdite, c’est dommage. Si j’étais à la place du Gouvernement, j’allais accueillir cette marche. Cette perturbation montre le manque de sérieux au niveau du Gouvernement. Que le Gouvernement revoit sa politique …

  • Avatar commentaire
    hedible koffi franck Il y a 2 mois

    la perturbation de la marche pacifique des femmes montre qu’il n’y en aucun sérieux au niveau du Gouvernement actuel du Benin. Dommage, nous le méritons…

  • Avatar commentaire
    hedible koffi franck Il y a 2 mois

    la perturbation de la marche des marche pacifique des femmes montre qu’il n’y en aucun sérieux au niveau du Gouvernement actuel du Benin. Dommage, nous le méritons…

    • Avatar commentaire

      Dans un pays où les gens se respectent, c’est par une marche de protestation qu’on rencontre un président. Vous ne voulez pas être sérieux dans ce pays et vous soutenez des mauvais comportements comme si c’était la norme. Chicoyi.