Bénin : Sœur Cathérine Koudjalé et Christelle Houndonougbo reçues par Marcelline Gbèha

Bénin : Sœur Cathérine Koudjalé et Christelle Houndonougbo reçues par Marcelline Gbèha

Madame le président de la Haute Cour de Justice (HCJ), Marcelline Gbèha Afouda, a reçu hier à son cabinet la sœur Cathérine Koudjalé, religieuse de l’Institut des Sœurs oblates catéchistes petites servantes des pauvres, et professeur certifié de philosophie, ainsi que la présidente du Cpp, Christelle Houndonougbo.

Persistance des grossesses en milieu scolaire au Benin : l’abandon des parents indexés

Les deux sont allées prendre de sages conseils auprès de la présidente de cette institution. La sœur Cathérine Koudjalé est auteure d’un premier ouvrage intitulé « l’Amitié fleur ou fruit de l’amour ? ». Cette dernière est allée rendre visite à madame le président de la HCJ, selon elle pour deux raisons principales.

La première, c’est qu’elle souhaite être épaulée par une mère, qui plus est chrétienne pratiquante. La deuxième raison est que, appartenant à la catégorie des sages de notre pays, la sœur Cathérine Koudjalé souhaite tisser à partir de cet ouvrage un lien d’accompagnement maternel avec elle. A en croire les explications de l’hôte de madame Marcelline Gbèha Afouda, c’est un ouvrage dont elle a débuté la rédaction depuis l’an 2017. Elle n’a pas manqué de donner des explications profondes au titre de l’ouvrage.

« L’amour et l’amitié sont après la mort et la vie, et les deux réalités concernant plus spécifiquement l’être humain (…) L’être humain est le fruit de l’amour et de façon très naturelle, il aspire à aimer et il souhaite être aimé en retour ».

L’auteure a démontré dans ce livre que l’amour et l’amitié sont deux réalités qui ne peuvent pas être superposée, bien que ce soit le même cœur de l’être humain qui vit toutes les deux réalités. « L’icône que j’ai choisi pour la première de couverture symbolise en même temps la différence entre l’amitié et l’amour. Le cœur blanc représente l’amitié, le rouge représente l’amour. Les deux sont différents mais sont dans une certaine relation de complémentarité, d’où les deux cœurs sont présentés dans ce jeu de glissement l’un sur l’autre, sans pourtant se superposer » a-t-elle précisé.

La participation des femmes au parlement préoccupe Mme Christelle Houndonougbo

La présidente du Congrès du progrès pour le peuple (Cpp), Christelle Houndonougbo, a également échangé hier avec madame le président de la Haute Cour de Justice. Il était question pour la présidente du Cpp d’échanger et prendre conseils par rapport à la participation des femmes à l’Assemblée nationale. Ceci, dans le cadre de l’initiative parlementaire assortie de recommandations et qui devra permettre d’améliorer la participation des femmes au parlement.

Au terme de l’audience, M. Christelle Houndonougbo a fait savoir « il est normal que nous allions vers les femmes personnalités de la République, pour parler des recommandations avec elles, prendre les conseils, pour que nous puissions ensembles, sans hypocrisie aucune, accompagner l’Assemblée nationale dans l’aboutissement de ce projet. Enfin, elle a avoué que madame la présidente de la HCJ a apprécié sa démarche, avant de leur prodiguer de sages conseils et des pistes par rapport à d’autres femmes personnalités et des institutions qui s’occupent de cette question. Enfin, elle plaide pour que toutes les femmes actrices accompagnent ce processus

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 5 mois

    Au secours, Talon. Donne un poste à dame houdonougbo. Elle court trop, ayant fini de manger ce qu’elle a pris au cenou

  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 5 mois

    Au secours, Talon. Donne un poste à dame houdonougbo. Elle court trop.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 5 mois

    Ce machin (HCJ) qui coûte les yeux de la tête aux contribuables et qui n’a rien à faire (foutre), au point de simuler (fabriquer) des procès fictifs pour se faire la main…. Voilà les tares dont le Bénin doit se débarrasser… Et dissoudre une telle structure (qui nous a été fourguée par la fameuse Conférence nationale-décidément), c’est faire oeuvre de salubrité publique. Et faire cela, ça s’appelle…. réformer (le secteur de la justice)….