Bénin : sous le signe des vacances

Bénin : sous le signe des vacances

Vacances, vide, vidange. Voilà trois mots communs voisins. Ils nous sont familiers. Nous connaissons le sens de chacun d'eux. Mais il n'est pas sûr que nous soyons nombreux à savoir le degré de proximité, sinon de complicité, qu'il y a entre eux.

S’inventer ou réinventer la roue

Etymologiquement, c’est-à dire sous l’angle de leur origine et de leur parenté, ils sont taillés dans la même matière, ils sont sortis du même moule. Vacances vient du latin “vocare” qui signifie ” être vide”. Vacances renvoie, par exemple, à vacant, c’est- à dire qui n’est pas rempli, occupé, qui est libre, qui est vide. Et on peut atterrir en douceur sur vidange qui n’est que l’action de vider, parlant d’opérations techniques.

Restons au Bénin. Un air de vacances flotte sur le pays. Vacances parlementaires en ce moment même. Nos députés, après avoir enchaîné réunions sur réunions, animé des commissions et des plénières, sont autorisés à faire relâche.  Ils iront dans leurs circonscriptions respectives. Ils prendront langue avec leurs mandants. Ils sentiront battre le cœur collectif du pays par ces temps durs d’une morosité qui commence à trop durer.

Vacance d’un poste de conseiller à la Cour constitutionnelle, suite à la démission de l’un des sages de cette institution. Le fait est rare. On comprend qu’il ait ouvert le bal des spéculations et mis en éveil les réseaux sociaux. Tout ceci dans le silence du sage démissionnaire, sûrement nourri au lait de l’antique sagesse. Elle nous enseigne cette vérité forte : “Le sage ne dit pas ce qu’il sait et le sot ne sait pas ce qu’il dit.”

Vacances avant les vacances réglementaires dans nos écoles, pour fait de grève. Le vide est ainsi créé dans nos salles de classes et dans nos amphithéâtres. Elèves, étudiants et maîtres sont brutalement précipités sur les chemins plutôt problématiques de l’école buissonnière. Vacance de l’école, c’est aussi vacance pour un réseau dense de vendeurs divers et de divers. Mais par-dessus tout, vacances de l’école, notamment pour fait de grève et au sens étymologique latin de “vocare”, c’est – à dire “être vide”, c’est entretenir des millions de cerveaux vides. Qui assumera cette tare, alors que l’avenir, frappe à coups redoublés à nos portes ?

Vacances pour une kyrielle de jeunes diplômés sans emploi. Ne faisant rien ou ne trouvant rien qui vaille à faire, ces jeunes tournent à vide et dans le vide. Ce seul fait devrait donner des insomnies à ceux qui nous gouvernent. Nous sommes confrontés à un sujet de haute préoccupation. Nous sommes assis sur une bombe à retardement, une bombe qui, ailleurs, a pris la forme d’un terrorisme dévastateur. Des têtes jeunes équipées de savoir, avec des mains sans pouvoir, ce sont autant de desperados qui sont jetés sur la grille incandescente d’un choix brutal : voler ou caresser la gâchette d’une arme qui tue. Faisons le point des quatre exemples que nous avons donnés.

– Les représentants du peuple doivent remplir au mieux leurs vacances. Il ne peut s’agir d’aller en villégiature et de prendre du bon temps. Le travail doit dominer leurs vacances, sinon   leur vie entière. Ceci au sens et dans le sens où l’entendent les Yoruba : “Ijo iku ni jo issimi”. Pour dire que le vrai repos est dans la tombe.

– La Cour constitutionnelle doit tout mettre en œuvre, aux termes de la loi, pour ne pas laisser trop longtemps vide le siège laissé vacant par l’un de ses membres. Il faut éviter, paroles fortes des évêques du Bénin, tout ce qui peut participer à la déstabilisation de nos institutions républicaines. Autrement dit, ne prenons pas le risque imbécile de torpiller les garde-fous de notre démocratie. On ne scie pas la branche sur laquelle on est assis. L’oiseau ne met pas le feu à son nid !

– L’école a des vacances régulières. Celles qui interviennent en cours d’année sont de trop. L’avenir d’un pays se joue à l’école. Faisons-en un tremplin pour aller à la conquête de l’avenir. Une toute autre démarche fera de l’école une tombe, la tombe de l’espoir.

– Quant aux jeunes diplômés sans emploi, ils doivent retenir ceci comme un article de foi : le travail est partout disponible, c’est l’emploi qui est rare. Qui a ainsi compris les choses et qui se met au travail n’attendra plus longtemps l’emploi. Il pourra même en créer. C’est ce que nous croyons !

Commentaires

Commentaires du site 0