Bénin : Le vrai faux dialogue de Patrice Talon avec les syndicalistes

Bénin : Le vrai faux dialogue de Patrice Talon avec les syndicalistes

Annoncée pour durer au plus 2h de temps, la rencontre entre le chef de l’Etat et les secrétaires généraux des centrales syndicales a avalé cinq longue

Bénin : Le nouveau départ a-t-il rompu avec ces vices ou les a-t-il renforcés ?

Annoncée pour durer au plus 2h de temps, la rencontre entre le chef de l’Etat et les secrétaires généraux des centrales syndicales a avalé cinq longues heures. A la place du dialogue sincère qui devrait aboutir à des prises de décisions importantes pour la sortie de crise, on a eu droit à un cours magistral du président Talon, qui a cherché plus à convaincre qu’à régler et apaiser. La rupture n’a guère innové sur le plan du dialogue entre le président de la république et les acteurs sociaux. De Yayi à Talon, le format n’a pas trop changé même si le contenu parfois diffère.

Si Yayi promet plus et donne moins, Talon semble quant à lui être dans la posture de celui qui ne promet rien du tout. Il passe son temps à expliquer ses actions et à convaincre ses interlocuteurs qu’il a les meilleures idées. On annonce deux heures, mais on s’emballe pour cinq heures sans que les syndicalistes aient eu, comme on pouvait le penser, la chance d’avoir eu le temps de mieux s’exprimer, de dire avec force détails les choses qui les préoccupaient.

Cette rencontre annoncée et maintes fois reportée, devrait selon beaucoup d’observateurs aider les syndicalistes à trouver solutions aux problèmes actuels. Mais mardi dernier, les syndicalistes n’ont pas eu la chance d’avoir une oreille attentive qui les écoute et qui les aide concrètement. Le président Talon s’est montré

volubile. Naguère peu bavard, on l’a vu parler au point de consommer presque l’essentiel du temps. Au lieu que le déroulé de la réunion permette que le chef de l’Etat intervienne après avoir fini d’écouter ses invités, c’est plutôt ces derniers qui demandent à intervenir après avoir été assommés par un long discours du président.

D’un ton ferme et autoritaire, le visage grave, Patrice Talon a parlé, donnant l’impression du professeur enseignant à ses élèves. Finalement, sur sept points inscrits à l’ordre du jour, un seul a trouvé satisfaction. Les propos tenus par certains syndicalistes à la fin et même les articles de presse sur la rencontre, ont rarement fait cas de ce dialogue raté qui rappelle ceux de l’époque Yayi. Ce dernier, l’on se rappelle bien, donnait au début l’impression d’être pressé, obligeait les syndicalistes à parler en peu de temps et prenait la parole à la fin pour des heures. Avec lui, on s’en sort toujours à la fin sans aucune décision. Patrice Talon a, quant à lui, adopté le même style sur un ton plus autoritaire, mais la finalité est la même : les travailleurs n’y gagnent pas grand-chose, mis à part le prestige de serrer la main à un président et de paraître à la télévision.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Maurice Nakya Il y a 9 mois

    OK bien merci il faudra que le président de la république accepte à avoir rencontré les cyndicalistes