Congrès des Fcbe au Bénin : Valentin Djènontin annonce les couleurs

Congrès des Fcbe au Bénin : Valentin Djènontin annonce les couleurs

Invité de l’émission « Actu Matin » sur la télévision privée Canal 3 Bénin, Valentin Djènontin député des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), parle des tenants et aboutissants du congrès de cette alliance de partis politiques, prévu pour le samedi prochain.

Bénin : Le pouvoir Talon panique devant le réveil de l’opposition

Occasion pour lui de rappeler contrairement à ce que pensent certains, que les Fcbe ont encore beaucoup de cadres. C’était hier jeudi 08 février 2018. « Nous allons nous mettre en partis politiques pour plus de discipline, d’organisation, pour pouvoir mieux nous structurer afin de faire face à la politique nationale et avoir notre mot à dire chaque fois ».

Cette déclaration du député Valentin Djènontin montre bien toute l’importance que revêt le congrès des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), prévu pour le samedi 10 février 2018 à Parakou. C’était hier jeudi 08 février 2018, sur l’émission « Actu Matin » de la télévision Canal 3 Bénin, que le député de cette formation politique s’est exprimé en ces termes.

Contrairement à ceux qui estiment que les Fcbe sont fragilisés à cause du départ de certains cadres, le député rassure : « Nous avons encore 13 députés qui se réclament des Fcbe aujourd’hui, et des maires malgré toutes les turbulences, les révocations et autres. Nous avons encore beaucoup de cadres ». Déplorant la transhumance politique qui s’observe dans le pays, il a fait savoir que ceux qui s’adonnent à cette pratique n’ont sûrement ni idéologie, ni philosophie. A l’en croire, ces derniers virent quand le pouvoir change de mains parce que pour eux, soutient-il, le pouvoir c’est le matériel.

Se prononçant sur le mutisme profond de leur leader charismatique face à l’actualité politique, il fait observer que c’est la posture idéale au regard des injures, des insultes qu’à subi leur leader lors de sa dernière sortie sur l’aéroport de Tourou. Selon ses explications, la date du 10 février a été choisie à dessein parce que c’est à cette date qu’a débuté la conférence nationale de 1990. Laquelle conférence nous permet aujourd’hui de parler de démocratie, a-t-il précisé. Il estime que les acquis de cette conférence sont en train d’être évadés, et c’est grave.

Ce congrès devrait donc contribuer au développement du pays et non à mettre les bâtons dans les roues du chef de l’Etat, comme le disent certains. Le thème du congrès est : « Œuvrons pour la paix, la justice et pour une société sans pauvreté, qui met l’homme au centre du développement ». Seront présents à ce congrès les cadres de cette alliance de partis politiques, dont notamment le président Boni Yayi

Commentaires

Commentaires du site 0