Cos-Lépi au Bénin : Les Organisations de la société civile interpellent les parlementaires

Cos-Lépi au Bénin : Les Organisations de la société civile interpellent les parlementaires

Deux mois après la décision de la Cour constitutionnelle faisant injonction à l’Assemblée nationale de désigner ses représentants devant siéger au Cos-Lépi, les organisations de la société civile à savoir Social Watch,

Bénin : Les dessous de l’exécution différée d’une décision de la Cour constitutionnelle

Wanep Bénin, Changement social et Amnesty international, sont une fois encore montées au créneau pour interpeller le Président de la République, le président de l’assemblée nationale et les parlementaires sur le sujet. C’est à travers une déclaration commune qu’ils ont faite ce mardi 20 février 2018 devant la presse, à la maison de la Société civile à Cotonou.

12 décembre 2017. Plus de deux mois déjà que la cour constitutionnelle, a sommé les parlementaires de procéder à la désignation de leurs représentants devant siéger au Cos-lépi. Et, malgré la réaction des organisations de la société civile le 31 janvier dernier pour interpeller les parlementaires sur cette préoccupation en raison du retard accusé, ceux-ci n’ont pas cru devoir désigner leurs représentants jusqu’à ce jour, mercredi 21 février 2018. Inquiets des incertitudes et des risques socio politiques que pourrait engendrer la non installation du Cos-Lépi pour la tenue à bonne date des élections à venir, Social Watch, Wanep, Changement social et Amnesty international, prenant à témoin les institutions de la république, toutes les sensibilités sociopolitiques et la communauté nationale et internationale, ont fait hier mardi 20 février 2018, devant la presse, une déclaration commune invitant le chef de l’Etat, le président de l’assemblée nationale et les parlementaires, à vite prendre leurs responsabilités pour corriger le tir.

Les organisations de la société civile signataires de ladite déclaration, appellent aussi le peuple à une veille accrue sur le sujet, afin d’éviter à notre pays une situation de blocage électoral en 2019 et 2021. Elles ont également insisté sur les risques liés à la fragilisation de l’ensemble du système démocratique Béninois, du fait de la non exécution répétée des décisions de la cour constitutionnelle, seule garante du fonctionnement normal et régulier de nos institutions… Sans oublier le risque, sans cesse croissant, de violation permanente des droits humains, notamment civils et politiques des citoyens.

Pour faire aboutir leur plaidoyer en vue de la désignation des représentants des parlementaires au Cos-Lépi, les organisations de la société civile ont « lancé officiellement à compter de ce mardi 20 février 2018, une pétition pour la collecte de signatures, afin de démontrer au Parlement béninois et à son président, au Président de la République, l’appel populaire à se conformer au code électoral et à la décision de la Cour constitutionnelle dans l’intérêt supérieur de la Nation, et de la paix durable au Bénin »

Commentaires

Commentaires du site 0