Dialogue social au Bénin : Les confédérations syndicales ont suspendu leur participation

Dialogue social au Bénin : Les confédérations syndicales ont suspendu leur participation

Une énième rencontre gouvernement-centrale syndicale ce jeudi 22 février 2018, en vue du dialogue social. Mais à la surprise générale, les deux parties se sont séparées dos-à-dos.

Akindès sur la menace de radiation : « C’est opter pour le règne de la violence que de procéder de la sorte »

Ils n’ont pas pu s’entendre au sujet des négociations pour le dialogue social. Le gouvernement et les centrales et confédérations syndicales se sont rencontrés pour poursuivre les négociations aujourd’hui à l’Infosec. Mais les points inscrits à l’ordre du jour n’ont pas reçus l’assentiment des sept secrétaires généraux des confédérations et centrales syndicales, qui ont émis des réserves. Sur la question, il n’y a pas eu d’entente.

Les centrales et confédération ont alors suspendu leur participation aux dialogues avec le gouvernement. Selon les propos de Noël Chadaré, secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin, « le gouvernement a mis du levain dans la grève ». Les secrétaires généraux se sont opposés à la défalcation opérée sur les salaires des travailleurs de la santé, de la justice et des agents des ministères.

« La réponse sera à la hauteur de la provocation », a martelé le syndicaliste qui rappelle que « la grève sera repris intensément si le gouvernement ne rétrocède pas les salaires défalqués ».

  Le gouvernement n’est pas dans la logique de pacifier la tension sociale à ses dires. Sinon, il ne peut pas procéder à la défalcation des salaires des travailleurs pour fait de grève, un acte contraire à l’esprit de la loi sur la grève. Bien de surprises se profilent à l’horizon avec cette position des sept centrales et confédérations.

Commentaires

Commentaires du site 0