Nigéria : L’Etat confirme le rapt de 110 élèves à Dapchi par Boko Haram

Nigéria : L’Etat confirme le rapt de 110 élèves à Dapchi par Boko Haram

Le gouvernement nigérian a confirmé ce dimanche le terrible bilan de l'opération de Boko Haram ce dimanche dans le nord-est du pays au lendemain d’une attaque menée par les membres de ladite secte.

Après un raid pour retrouver Shekau : tension entre l’armée nigériane et les forces de l’ONU

110 jeunes filles sont portées disparues ont confirmé ce dimanche les autorités nigérianes. Quelques jours après le passage des membres supposés de la secte islamiste Boko Haram, l’heure est au bilan. Si Boko Haram a pu partir avec 110 jeunes filles, c’est la désolation dans les rangs des autorités et des parents de ces filles.

Selon un communiqué du ministère nigérian de l’information, ce chiffre est avancé après une confrontation des données du ministère local de l’Education et une liste des parents.

Ce rapt de masse, on le rappelle intervient quatre (ans) après celui des lycéennes à Chibok qui a connu la naissance de la campagne « Bring back our girls » qui a été reprise un peu partout dans le monde. Dans la soirée du dimanche 19 février dernier, des assaillants, présumés membres de la secte islamiste Boko Haram ont attaqué une école à Dapchi et ont emporté des centaines de jeunes filles.

Ces attaques répétées de Boko Haram dans le nord du pays mettent à rudes épreuves le dispositif sécuritaire mis en place par le président Buhari, qui a toujours clamé haut fort qu’il a mis fin à l’insurrection de Boko Haram.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 2 mois

    Incroyable cette faiblesse des Etats africains qui nous gouvernent. La première fois, on a pu dire Effet de surprise. Mais quand cela peut ainsi se renouveller, c’est qu’aucune lecon n’a été tirée de la première fois.

    Les populations sont donc vulnérables, l’Etat a failli. Et ceci peut arriver dans chaque pays africain. C’est très inquétant.

    Mais ne faisons pas le procès de Boko Haram sans analyser à fond ce qui les a finalement déterminé. La pauvreté, la misère Sous la corruption des gouvernants.