Polémiques autours des travaux de COLODO : Le carrefour Glo oppose les riverains et EBOMAF à Lokossa

Polémiques autours des travaux de COLODO : Le carrefour Glo oppose les riverains et EBOMAF à Lokossa

La construction de la route Comé-Lokossa-Dogbo continue de susciter indignations et remous au sein des populations bénéficiaires. La dernière pomme de discorde entre les populations et l'entreprise en charge de la route est le chantier du carrefour Glo à Lokossa.

Blocage de la route nationale à Lokossa : La population exigent la reprise des travaux au carrefour Glo

Pendant ces dernières dénoncent la qualité des travaux et exigent un rond point à sens giratoire, l’entreprise n’entend pas faire outre son cahier de charge. Le chantier de construction de la route Comé-Lokossa-Dogbo à la hauteur du carrefour Glo dans la commune de Lokossa continue de faire jaser. A ce niveau, l’entreprise EBOMAF en charge des travaux a consacré un tournant et les travaux s’exécutent avec célérité jour comme nuit.

Mais des plaintes très insistantes parvenues au cabinet du maire de la ville font état de ce que la population exigent un rond point à sens giratoire. Mieux, de sources concordantes les populations projettent de bloquer les travaux à ce niveau afin de se faire entendre. Face à l’ampleur du mécontentement suite aux nombreuses plaintes des riverains contre les travaux dans la ville de Lokossa, le Maire de la Commune était allé contacter de visu les récriminations le jeudi 15 février 2018.

Au cours de cette visite, le Chef de la Mission de contrôle de la construction de la route Comé-Lokossa-Dogbo oppose aux plaintes des populations les clauses inscrites dans les cahiers de charges sur lesquelles s’appuie l’Entreprise Ebomaf pour réaliser les travaux. Ces dernières exigent un ouvrage routier plus grand répondant aux besoins de circulation des biens et des personnes et de leurs sécurités. Mais du côté de la mission de contrôle, vouloir un carrefour à sens giratoire à ce lieu relève d’un rêve si on s’en tient aux engagements contractuels. Elle a précisé que l’Etat béninois est resté dans la marge de 30 m de largeurs. Mais vouloir faire de ce lieu un carrefour, nécessite 50 m de largeur. Ce qui va nécessiter une autre dépesnse supplémentaire.

Sur le volet démolition des habitations pour la construction d’un carrefour à sens giratoire, la mission de contrôle a été on ne peut plus claire: ” le gouvernement béninois ne dispose plus de mannes financières conséquentes pour dédommager les présumés propriétaires”. Conséquence immédiate les travaux se poursuivent pendant que la colère sociale va grandissante.

Commentaires

Commentaires du site 0