Affaire Zinsou – Ebomaf au Bénin: Gbadamassi en mission commandée

Affaire Zinsou – Ebomaf au Bénin: Gbadamassi en mission commandée

Construction de la route Comè Lokossa Dogbo : Reprise des travaux au niveau de Sè

Le député Rachidi Gbadamassi a animé hier mardi 6 mars 2016, une conférence de presse à l’Hôtel Azalai de Cotonou. Il a été question de la supposée créance de l’ancien candidat des Fcbeà la présidentielle de 2016.

Face à la presse, le député de la 8e circonscription électorale soutient que le débiteur d’Ebomaf doit rembourser sa dette, et doit aussi être frappé avec ses complices de déchéance électorale pour avoir utilisé un montant supérieur à celui prévu par la loi pour la campagne présidentielle. En lisant entre les lignes ces propos du député, on s’aperçoit que la personne visée par cette sortie médiatique n’est autre que Boni Yayi.

Le député de la 8e circonscription électorale a expliqué à la presse que sa sortie médiatique portait sur la créance supposée de 15 milliards Fcfa, que Lionel Zinsou a contractée auprès de l’entreprise Ebomaf. Il fonde ses allégations sur l’article du périodique français « la Lettre du continent », qui dans sa parution du 21 février 2018, titrait : « Lionel Zinsou déstabilisé par une lourde créance ». Ce sont donc les faits rapportés par cet hebdomadaire spécialisé dans les informations confidentielles que Rachidi Gbadamassi a rappelés à l’assistance. Il est revenu sur les 15 milliards Fcfa de dette que l’ancien premier ministre aurait contractés auprès du président fondateur de l’entreprise Ebomaf, le Burkinabé, Mamadou Bonkougou. Il a établi que cette somme qui lui aurait été prêtée entre janvier et mars 2016, correspondant à la période de la campagne électorale de la présidentielle de 2016. Il aboutit donc à la conclusion que le bénéficiaire de ladite créance aurait utilisé ces fonds à des fins de campagne électorale.

Intrigues politiques

Dès lors, il invoque le code électoral notamment l’article 10, qui dispose que le budget de campagne électorale pour la présidentielle ne saurait excéder 2.5 milliards Fcfa. Pour Rachidi Gbadamassi, le budget de campagne de Lionel Zinsou aurait donc dépassé le montant fixé, et par conséquent la chambre des comptes de la Cour suprême devrait s’autosaisir et faire payer l’amende comprise entre 5 et 50 millions Fcfa à ce dernier, en plus d’une année de déchéance électorale. Il postule que Lionel Zinsou soit sanctionné autant que son complice qui l’a imposé comme candidat, ainsi que les partis politiques qui l’ont soutenu.

Il dit par ailleurs que tout doit être fait pour que le supposé débiteur d’Ebomaf paie ses créances. Pour se faire Rachidi Gbadamassi annonce entamer une tournée sous-régionale pour rencontrer les parlements de la sous-région, ainsi que les chefs d’Etat dans le but de les amener à plaider pour le paiement de cette créance. Seulement, même avec toute la volonté de prendre au sérieux ces allégations du député de la 8e circonscription électorale, quelques faits suscitent des interrogations.

Probable diffamation

C’est par exemple savoir à quel titre Rachidi Gbadamassi s’emploie à suivre cette affaire. Est-ce comme un mandaté d’Ebomaf ou comme actionnaire de cette structure ? Surtout que depuis la publication de cet article par le journal français, aucun officiel d’Ebomaf ne s’est

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 35
  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 4 mois

    Gbadamassi est en mission commandée? A moins que ce soit d’abord pour lui-même. Et pourquoi ceux qui l’applaudissaient hier lorsqu’il donnait des coups de poing au nom des fcbe le traitent de tous les maux aujourd’hui. Le gars trouve dans Ebomaf une affaire à exploiter politiquement, les milliards ayant été réceptionnés par Yayi Boni (potentiel candidat aux législatives dans le borgou) avant d’atteindre Zinsou, d’après JA.

  • Avatar commentaire

    pour votre lecture
    De sacrés deals sur le dos du peuple
    Ces faits ramènent au goût du jour les nombreuses combines des chantres de la continuité contre le peuple béninois. Ceux-là qui se présentent aujourd’hui en sauveurs avaient tout mis en œuvre pour piller les ressources du peuple pour revenir. Qu’a-fait Lionel Zinsou avec cet important argent ? Pourtant, le maximum des frais à engager pour la campagne est de 2,5 milliards de Fcfa. Qu’est-ce que Lionel Zinsou et compagnie faisaient avec 15 milliards au moins ? Leur foi à l’achat des électeurs était telle qu’ils avaient misé gros pour torpiller le peuple et revenir. Heureusement qu’il était éveillé et les avait sanctionné. C’est donc le vrai visage de la continuité qu’ils miroitaient. C’est cette obsession qui justifie les manœuvres de ce machin de parti politique. Voilà le vrai visage de l’attelage de la continuité. Avec ces clubs, rien n’aurait changé dans la façon de gouverner ce pays. On comprend maintenant pourquoi certains d’entre eux s’en prennent toujours à la gestion du Président Talon. Ceci se comprend aisément puisqu’il n’admet pas les arrangements grotesques sur le dos du peuple.

    • Avatar commentaire

      Moi…!!!

      Ce débat ne m’interesse pas du tout…

      Les télécommandes…ont couté combien à talon….depuis paris…??

      yayi..talon kérékou 1 et 2….ont couté combien…..en combines…de toutes sortes

      Personne ne peut faire le procés…de quelqu’un dans ce pays

      Nous avons vu…des réalisations..indignes…des fortunes…spontanées…dans ce pays….par des gens…sortis de nulle part

      Ici et maintenant…c’est de changer de logiciel…et pour toujours

  • Avatar commentaire

    pour votre lecture
    Le Matinal avait raison)
    Il passe un sale temps actuellement. Le candidat malheureux à la présidentielle de mars 2016 perd le sommeil avec cette affaire qui lui « pourrit » définitivement la vie. Le patron d’Ebomaf déploie l’artillerie lourde pour entrer en possession des milliards de FCfa qu’il lui a prêté depuis mars 2016.
    L’information publiée par votre journal que certains ont pris pour une farce a été confirmée avec force détail par un article de « La Lettre du Continent ». Ce journal a,dans sa livraison, exposé les contours d’un arrangement savamment fignolé par deux grands hommes, mais qui a explosé à la face du monde du fait de la mauvaise foi d’un partenaire. De quoi s’agit-il en réalité ? En fait, Lionel Zinsou a contracté auprès du Sieur Mahamadou Bonkoungou, président-fondateur du groupe burkinabè Ebomaf, une dette colossale évaluée à 15 milliards de FCfa (22 millions Euros) durant la campagne présidentielle de mars 2016. Selon les informations, cette somme prêtée en plusieurs tranches, entre janvier et mars 2016, a fait l’objet de sept reconnaissances de dettes manuscrites de l’ex-conseiller de Laurent Fabius. Ces lettres ont été reconnues le 16 mars 2016 devant Seydou Balama, notaire à Ouagadougou. Tous ces emprunts ont été effectués alors que le banquier était, le même mois, à quelques jours du second tour de la présidentielle dans son pays. Il a finalement perdu ce scrutin face à son concurrent Patrice Talon. Alors que l’échéance avait été fixée, quinze jours plus tard, au 31 mars, le temps pour Lionel Zinsou de procéder à une importante vente d’actions, aucun remboursement n’est intervenu à la date prévue. Mahamadou Bonkoungou a perdu patience et a enclenché sans tarder la procédure judiciaire. Son avocat Me Patrice Mouchon (cabinet Davies et Mouchon) a mis en branle la procédure à travers plusieurs saisies conservatoires. Celles-ci concernent un bien immobilier situé en Normandie, dans l’ouest de la France ainsi qu’un appartement à Paris. Du coup, le banquier bon teintapâli. Tout ce feuilleton a rafraichi la mémoire et a permis de situer le contexte de la grande générosité du gouvernement Yayi envers cette entreprise dans le temps. A l’époque, courant février 2016, des contrats avaient été passés entre elle et le gouvernement pour la réalisation de certains chantiers routiers. La célérité avec laquelle les contrats avaient été passés dans la période était d’ailleurs apparue suspecte aux yeux des observateurs avertis, mais aussi du gouvernement de la Rupture dès son installation. Il les avait d’ailleurs à juste titre, fait suspendre pour renégocier et redimensionner les axes autant que la texture des travaux pour en relever la qualité.
    Autant d’argent à quelle fin ?
    Pourquoi donc Lionel Zinsou a-t-il contracté ses « prêts » colossaux en cette période électorale ? S’agissait-il effectivement de prêts ou d’arrangements pour obtenir une fortune de guerre afin de gérer au mieux les sollicitations liées à l’élection ? Lui-même affirme dans l’article avoir été « extrêmement sollicité ». Par qui ? Sollicitations dans quel sens ? On pencherait bien pour des arrangements quand on voit avec quelle célérité on a sorti autant d’argent pour l’homme, alors candidat, et quand on considère qu’il était absolument convaincu, ses mentors avec, que l’affaire était pliée et qu’il allait être élu. Là-dessus, s’il y a eu arrangements, à quelles conditions ? Qu’a-t-on pu promettre au patron de Ebomaf pour qu’il consente à sortir autant d’argent en une période aussi critique ? Dans la certitude que la victoire leur était acquise, les chantres de la continuité n’ont pas monté ces arrangements au détriment du peuple béninois. En effet, il peut paraître logique, en l’espèce, de spéculer sur le fait qu’il ait pus’agir soit de ristournes sur les marchés conclus (et dans ce cas on s’interrogera sur la fiabilité des prix alors pratiqués), soit de prêts à rembourser sur les marchés futurs si le débiteur avait été élu. En somme, le promoteur d’Ebomaf a dû recevoir des garanties. Lesquelles, dans ces conditions, n’auraient pas été à l’avantage du Bénin. De toutes les manières, on ne doit pas être dupe. En contextualisant bien les faits dans la période décrite, il y a de fortes chances qu’ils aient des liens étroits avec les élections. Cette publication lève sans doute un coin de voile sur comment la présidentielle de 2016 a été gérée, financièrement parlant, dans certaines écuries.
    De sacrés deals sur le dos du peuple
    Ces faits ramènent au goût du jour les nombreuses combines des chantres de la continuité contre le peuple béninois. Ceux-là qui se présentent aujourd’hui en sauveurs avaient tout mis en œuvre pour piller les ressources du peuple pour revenir. Qu’a-fait Lionel Zinsou avec cet important argent ? Pourtant, le maximum des frais à engager pour la campagne est de 2,5 milliards de Fcfa. Qu’est-ce que Lionel Zinsou et compagnie faisaient avec 15 milliards au moins ? Leur foi à l’achat des électeurs était telle qu’ils avaient misé gros pour torpiller le peuple et revenir. Heureusement qu’il était éveillé et les avait sanctionné. C’est donc le vrai visage de la continuité qu’ils miroitaient. C’est cette obsession qui justifie les manœuvres de ce machin de parti politique. Voilà le vrai visage de l’attelage de la continuité. Avec ces clubs, rien n’aurait changé dans la façon de gouverner ce pays. On comprend maintenant pourquoi certains d’entre eux s’en prennent toujours à la gestion du Président Talon. Ceci se comprend aisément puisqu’il n’admet pas les arrangements grotesques sur le dos du peuple.
    Abdourhamane Touré

  • Avatar commentaire
    Prince Il y a 4 mois

    Depuis quand la prise d’un emprunt constitue t-elle un délit? Pauvre Gbadamassi.Il t’a pris comme son témoin? Pour que tu t’en offusques si tant? Quelle démangeaison?

  • Avatar commentaire
    Zanclan Il y a 4 mois

    C’est pas pour rien que la premièrela doyenne dame l’avait traité de louba, de rienfaiseur, de coupeur aujourd’hui moi je te qualifie de merdé mais tkt viendra le jour où tu vas te confesser à Youssouf campos samiou il t’attends à l’au delà

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 4 mois

    @Tundé,

    Alors Tundé, je vous avais estimé plus clairvoyant que cela. Voudriez vous faire la votre cette connerie de Gbadamassi pour partir des prêts supposés et conclure à une affaire de mafia?
    Depuis quand un repris de justice, Gbadamassi soulève-t-il des questions légitimes dignes de poursuite judiciaire? Voyez-vous, ce que la politique partisanne, ce que la justice rabaissée à l’unique justice aux trousses des vaincus et des adversaires politiques peut nous faire dire: des bêtises à n’en finir.
    Vous n’êtes pass sans savoir que pour dire à coup sûr que le candidat Zinsou avait déboursé 15 milliards pour les élections, il fallait qu’il y ait eu un comptable qui ait tenu un livre pour pouvoir nous prouver ce chiffre. Mais cela ne vous intéresse pas aujourd’hui. La Talonmanie vous fait perdre votre âme. Il est temps que vous vous en rendez compte.

  • Avatar commentaire
    Le phénix Il y a 4 mois

    Le traitre. Il merrite rien d autre que de faire la prison. Il a échappé la prison et pense qu avec Talon il est epargner et protégé ?? Non il se trompe. c est Talon qui finira par l enfoncer et le noyez dans ses propres crimes et ses sales affaires.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Oh ! Gbadamassi , c’est tout ce que ton labo à trouver 😂😂😂😂 ?
    Minable et lamentable , kerekou a dit à l’époque : ” à redoubler ” ; nous nous disons : ” à exclure, à renvoyer , définitivement du pysage politique “

    • Avatar commentaire

      un vendeur…de radio casette…en fayawo…..devenu homme politique..dans ce pays…et dans ma ville natale…

      parakou…qui a été une ville..de laboratoire..politique…

      disons le…c’est un combles…et on est tombé tres bas…

  • Avatar commentaire

    gbadamassi…ira se reposer…quelque part…???!!!

    Ou..?….et quoi faire…de ses dix doigts…..?…il n’a rien appris…que le fayawo

    De son cerveau…?…..non!…c’est analphabete illétré…mais intelligent….

    Comme j’ai eu à le dire…

    il y a en chaque beninnois…un yayi…un….talon…et pourquoi pas…un gbada

    Ces gens là…sont la manifestation,…de ce que nous sommes…

    hélas..!!!!

    Les grands hommes….nous ont quitté depuis longtemps…c’est à dire…ce qui pensaient pour et avec le peuple

  • Avatar commentaire
    Zanclan Il y a 4 mois

    S’il n’a rien à faire qu’il aille se reposer quelque par au lieu qu’il soit al à porter de fausse diffamation sur les gens. Rachidi un trouillard l’histoire te rattrapera affaire coovi on a pas cessé de se rappeler de ax encore

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 4 mois

    TOUS CES COMMENTAIRES CONFIRMENT QUE LE BENIN EST UN DESERT DE COMPETENCES .
    TOUS CEUX QUI TIRENT A BOULETS ROUGE CONTRE GBADAMASSI ME FONT PITIE . ET SI DEMAIN IL SUCCEDAIT A TALON A LA TETE DE L’ETAT ?
    LES BENINOIS SONT AMNESIQUES ET DEVANT L’ARGENT ILS PEUVENT VOTER UN ANIMAL POUR LES DIRIGER .
    ALORS CESSEZ VOS COMMENTAIRES STU…PIDES ET DEMANDEZ A LIONEL ZINSOU LE MERCE…NAIRE ET SON MENTOR YAYI BONI DE REMBOURSER .

    • Avatar commentaire

      gbada..pr du benin…!!!???….et pourquoi pas..

      Un peuple composé de zoulou,de papou…et de bono bono…est capable de tout

    • Avatar commentaire

      AZIZ tu as raison le Bénin est vraiment un désert de compétence sans quoi avec les incompétents qui dirige malheureusement ce pays tu imagines que l’illétré politique n°1 gère ce pays demain; Même Satan nous épargnera de cette catastrophe; et toi le compétent tu juges normal que le député joue désormais le rôle d’avocat d’ebomaf. ebomaf est une banque? dans quel intérêts et avec quelle autorisation a t-elle fait ce prêt?

  • Avatar commentaire
    Le rebel Il y a 4 mois

    Gbada quoi il s’appelle se délinquant de première classe. L’enfant de zinsou est plus diplômé que tous les membres de sa famille. Il s’est fait traduire le texte dont il est question et comprend tout de travers le seul langage qu’il connait, c’est celui du crime. Mais attention les morts ne sont jamais morts. Ils sont à tes trousses. Va chercher à connaître tes parents d’abord.

  • Avatar commentaire

    Le guguss…a besoin du micro cosme…et des journalistes alimentaires…pour exister…et les deux parties…chacun trouve son compte.

    Son fond de commerce c’est d’exister..politiquement..et les médias lui en donnent les moyens..

    Usurpateur,imposteur…il a abattu toutes ses cartes…et sait…que désormais il est démasqué…et n’inspire confiance en personne

    Ce n’est pas charles toko…maternellement babamoussa…qui lui faciletera les choses….

    Quelle belle leçon…aussi…à tous ces gens..qui veulent etre des leaders…à parakou…en servant juste de leur nom de famille

    Les gens ont évolués…et gbada l’a compris

  • Avatar commentaire

    Gbadamassi est un bavard politique démuni de tout bons sens. Il Patrouille de pouvoir en pouvoir juste pour que son affaire d’assassinat ne soit mise à découvert, il me fait pitié, il n’a pas une liberté politique, il contraint à supporter chaque pouvoir en place, il n’est pas libre de ses mouvements 

  • Avatar commentaire

    les défenseurs de ZINSOU ont la langue déliée alors que leur candidat est dans l’illégalité si Zinsou avait gagne les elections c’est nos deniers publics qui serviront a rembourser EBOMAP par le truchement des contrats de construction.Voila comment nos sous sont gérés .Nous voyons maintenant l’anus de celui qu’on veut nous imposer by force!

    • Avatar commentaire
      Tundé Il y a 4 mois

      Merci Dine….. ils font de l’esquive alors que gbadamassi soulève des questions légitimes….Il éclaire l’opinion pour que les instances appropriées se saisissent. Cette affaire concerne le Bénin , car son territoire est la scene du crime. Mieux, nous avions assisté à ces files indiennes à la présidence de Yayi qui distribuait des billets aux populations…dans un pays normal, cela devrait suffir pour que le juge ouvre une enquête pour comprendre ce voie de fait….même à Paris, le Bénin peut se constituer dans cette affaire mafieuse comme yayi sait en créer…

      • Avatar commentaire

        Et les télécommandes depuis paris..pour les syndicalistes,les porteurs pancartes…et autres opposants…pour perturber la gouvernance de yayi..

        Qu’en dis tu…

        La démocratie..a été confisquée par le pouvoir de l’argent…et c’est talon…qui a bien inauguré…cet état de choses..

        Et toi tundé…donneur de leçons de démocratie et des bonnes manières…tu trouve rien à dire

        Il faut suivre constantin amoussou..pour savoir…qu’il..y a des gens dans ce pays..qui gardent intact…le discernement

  • Avatar commentaire
    Abedi**TALON** Il y a 4 mois

    Face à ces dérives répétées de Badamassi,il appartient à la population de Parakou d’aviser en 2019 ce sont eux qui l’imposent au peuple béninois

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 4 mois

    L’homme d’affaires Mahamadou Bonkoungou avait mesuré tout le risque dans cette affaire, avant d’accorder ce prêt à son client. Mieux une garantie lui aurait été donnée et certifiée forcément avant l’octroi de ce colossal prêt. Si Zinsou gagnait les élections Gbadamassi et moi ne seront peut-être pas mis au parfum de cette affaire. Sachons alors raison gardée.

    À travers cette conférence moi j’ai compris que l’homme d’affaire a déjà saisi la justice française pour avoir gain de cause. L’honorable même l’a révélé. Et d’ailleurs dans un contrat de prêt qui lie l’emprunteur et le preteur, une mention est toujours faite du juge qui sera saisi en cas de litige.

    Si l’honorable Rachidi Gbadamaissi ne vise pas un autre but dans sa dénonciation, qu’il arrête son machin qui consiste à inciter la justice béninoise à se saisir de cette affaire.

    Je le dis simplement parce que la cour des comptes n’avait absolument rien reproché au candidat Zinsou Lionel depuis 2016 que les élections s’étaient déroulées. S’il y avait pas eu d’exagération dans les dépenses par le candidat Zinsou contrairement aux prescriptions des textes en vigueur dans notre République, l’un des 32 autres candidats allait déjà saisir la justice ou tout au moins un citoyen comme l’honorable pour interpeller le juge. Trop tard pour qu’on nous amène sur ce terrain aujourd’hui.

    Si l’honorable continue avec de pareils agissements, ses vis-à-vis diront qu’il est en train de jouer ses dernières cartes afin de les disqualifier de la course pour les élections législatives prochaines.

    Que l’honorable se calme et laisse Zinsou et Bonkoungou devant leur affaire de prêt.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 4 mois

    Encore une fois Gbadamassi raconte des conneries comme à son habitude. Partir des supposées dettes pour conclure à un dépassement des limites de dépenses pendant une élection est digne d’une tête toquée et inachevée.

  • Avatar commentaire

    Gbadamassi tu as fini personnes ne t’écoute plus c’est fini pour toi bande de prostituée politique 

  • Avatar commentaire

    Personne n’a envoyé ce gorille analphabète en mission commandée.
    De quoi se mêle t’il ce connard ?

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 4 mois

    -Créance supposée de 15 milliards Fcfa entre Lionel Zinsou et l’entreprise Ebomaf : de quoi se mêle Gbadamassi ??? Ebomaf est-elle une entreprise de son Papa ??? L’intéressé a d’ailleurs apporté un démenti formel à un quelconque prêt contracté auprès d’Ebomaf.

    -Le budget de campagne électorale de Lionel Zinsou pour la présidentielle aurait excédé 2.5 milliards Fcfa : Rachidi Gbadamassi détient-il le Rapport des dépenses de Zinsou à l’issue de ladite campagne ???

    Ce député est un véritable bouffon qui amuse la galerie mais malheureusement il parvient parfois à distraire ceux qui se prêtent à son jeu burlesque.

  • Avatar commentaire

    Mr Gbadamassi je voudrais partager avec vous ce passage biblique: «Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. »

    Évangile selon Matthieu chapitre 7, versets 3 à 5 :
    Le ridicule ne tue plus au Bénin, c’est vrai.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 4 mois

    Qu’est ce qui prouve que la totalité de cette somme a été utilisée pour la campagne???

    Un homme sans valeur qui se prend pour quoi?

    C’est malhereux que de tristes individus comme ça soient acteurs politiques dans mon pays.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 4 mois

      Sonagnon , ne va pas vite en besogne , attends ce que diront les protagonistes de l’affaire en question et surtout ce que dira la justice française dont nous OLLA OUMAR ne doutons de l’impartialité 

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Triste personnage ce gbadamassi, simplement à vomir , extirper du paysage politique du benin . Bientôt les électeurs de sa circonscription s’en chargeront 

    • Avatar commentaire

      S’il n’a rien à faire qu’il aille se reposer quelque par au lieu qu’il soit al à porter de fausse diffamation sur les gens. Rachidi un trouillard l’histoire te rattrapera affaire coovi on a pas cessé de se rappeler de ax encore