Aménagement des berges lagunaires de Cotonou : les craintes des propriétaires

Aménagement des berges lagunaires de Cotonou : les craintes des propriétaires

Pour attirer l’attention du gouvernement sur les conséquences liées au projet d’aménagement des berges lagunaires de Cotonou d’une part, et à la construction du contournement Nord-est de Cotonou

Rencontre Talon – syndicats : Noël Chadaré estime qu’il n’y a rien eu de concret

d’autre part, le comité des propriétaires des maisons présumées affectées, a bien voulu anticiper sur d’éventuels désagréments à venir. Il a entrepris un certain nombre d’actions pour attirer l’attention des décideurs sur leurs craintes.

Après l’opération de libération de la voie publique qui a marqué péniblement les populations du pays, et particulièrement celles de Cotonou, le gouvernement se trouve de nouveau devant un cas similaire. Celui des projets d’aménagement des berges lagunaires de Cotonou et de construction de la voie de contournement Nord-est de la ville.

Des faits

Les populations riveraines des 33 quartiers où doivent se réaliser les deux projets, ont été intriguées courant 2017 par la présence de géomètres qui procédaient à une opération de marquage de leurs maisons sans donner la moindre explication. C’est autour d’octobre novembre et décembre 2017 qu’ils recevront la visite d’agents identifiables par leur blouse frappée du sigle ‘’IGES’’. Ces derniers dimensionnaient les maisons et remettaient des cartes aux occupants. Le président du comité, Maurice Agnèmon, rapporte que ces agents ont expliqué aux résidents que leurs habitations sont concernées par ces projets et qu’ils devront quitter les lieux après dédommagement. Puis, le 27 décembre 2017, les populations ont été invitées par le chef du 3e arrondissement en présence d’une équipe de techniciens.

C’est sur projection vidéo accompagnée des explications du chef des techniciens, que les concernés ont pris connaissance de ces deux projets. Il leur a été expliqué que le projet n’en était encore qu’au niveau de l’étude d’impact environnemental et social, et que les propositions faites par les participants seront prises en compte dans la rédaction de la mouture finale. Ce comité est constitué des représentants des quartiers : Zogbohoué, Zogbo, Vossa, VossaKpodji, Ahouansori-Ague, Ahouansori-Agata, Ahouansori-Toweta, Ahouansori-Toweta2, Ahouansori-Ladji, Ahouansori-Didjè1, Ahouansori-Didjè2, Hindé1, Hindé2, Dédékpo, Abokikodji Lagune, Ohè, Mindombo, Missessin, Kpankpan, Adogléta, Hxlacomey, Agbato, Agbodjèdo, Minontchou, Yenawa, Yenawa-Daho, Yagbè, Avotrou et Dandji, tous concernés par les deux projets.

Des actions du comité

C’est en constatant que les travaux des géomètres sur le terrain ont débuté et se poursuivent, sans qu’une autorité d’envergure ne les sensibilise ou ne les informe sur quoi ce soit, qu’est née l’idée de créer un comité et d’attirer l’attention des gouvernants et des institutions de la République sur ce drame collectif en gestation. Le comité adresse donc des correspondances en date du 7 février 2018 : aux Présidents de la République, de l’Assemblée nationale, de la Cour constitutionnelle, de la Cour suprême, du conseil économique et social, au médiateur de la République, aux ministres du cadre de vie, de l’intérieur, des infrastructures et des transports, de la justice, des affaires sociales et celui de la culture. En réaction à ces correspondances, le comité est reçu au Conseil économique et social le 24 février 2018, avec la promesse d’une seconde rencontre.

Le comité a aussi été reçu le 27 février 2018 chez le médiateur de la République, par le directeur des recours. Le directeur du cabinet du ministère de l’intérieur reçoit ce comité le 28 février 2018. Celui-ci au nom du ministre, a félicité le comité pour sa démarche. Celle de n’avoir pas choisi de descendre dans la rue, mais de s’adresser aux autorités. Le ministre du cadre de vie qui reçoit ce comité le 1er mars 2018 dans son cabinet, leur a donné des explications sur les projets.

Sur la voie de contournement par exemple, il leur a dit qu’elle devrait avoir 100m de large. Il les a rassurés que le comité sera associé à la réflexion sur les étapes préparatoires à ces projets, et surtout que leurs propositions seront examinées et prises en compte. Le comité reste cependant inquiet de n’avoir pas eu réponse du côté de la représentation du peuple qu’est l’Assemblée nationale, et surtout du côté de la Présidence de la République qui coordonne l’ensemble de l’action administrative.

Les craintes de la population

Barthélémy Agbangla membre du comité, explique que la principale crainte du comité et partant de la population, porte sur la destruction des habitats et du patrimoine culturel. Il explique que si ces projets sont exécutés, ils risquent d’entraîner des dommages irréparables. Surtout la voie de contournement Nord-est de Cotonou, d’environ 37 à 42 kilomètres qui traversera 33 quartiers : elle entraînera la démolition de cent cinquante cinq mille habitations, détruira 1500 à 2000 lieux de cultes toutes obédiences confondues.

Le comité craint surtout que la destruction de ces habitations n’entraîne la dispersion de la population autochtone de Cotonou, qui après avoir cédé la grande partie de son domaine à des acquéreurs dont l’Etat, s’est retirée vers la lagune pour y pratiquer la pêche. Il explique que cette dispersion entraînera aussi l’extinction de groupes ethniques comme les « Sèto ». Barthélemy Agbangla évoque aussi le patrimoine culturel qui sera à jamais détruit et qu’on ne pourra plus reconstituer, de même que les habitations qui sont le fruit de plusieurs années ou décennies d’épargne. Pour éviter ce drame, le comité suggère que le projet de contournement conserve son plan originel, celui de contournement et non de traversée.

« Nicéphore Soglo qui a conçu ce projet au moment où il était maire de Cotonou sous le gouvernement de Mathieu Kérékou, avait parlé de contournement pour éviter de détruire les habitations et le patrimoine culturel. C’est ce même plan que les techniciens venus dimensionner la voie sous le régime de Boni Yayi ont suivi. Nous sommes étonnés que l’actuel gouvernement vienne redimensionner la voie et l’a déplace de la lagune vers la terre ferme où se trouvent des habitations et des lieux sacrés et de culte ».

Barthélémy Agbangla rapporte que c’est parce que le gouvernement veut aménager la lagune de Cotonou en y construisant des hôtels et d’autres infrastructures de luxe, que les populations seront contraintes de payer le lourd tribut qui passe par la démolition des 33 quartiers. Il se demande quel peut être ce développement qui place la transformation de la ville au dessus de l’homme ? Le comité espère que le gouvernement sera sensible à ses cris, pour que la réalisation de ces deux projets profite aux riverains, en n’entraînant pas l’extinction de leurs lieux de fixation, investi depuis déjà deux à trois siècles

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    yann koladé adjagba abidogoun Il y a 4 mois

    vous me faites pitié, Olla je ne sais quoi. vous faites parti de ces populations réfractaires au développement. vous devez aussi Défendre ces «autochtones» et leurs fétiches qui ne servent à rien. la même constitution qui dit que les premiers occupants d’un territoire sont les propriétaires dit aussi que les 100m d’une berge lagunaire ou maritime appartiennent à l’État, d’où il a droit d’ériger tout ce qu’il veut sur ses périmètres. alors qu’un groupuscule de gens soit disant autochtones ne vienne pas freiné le développement d’une ville qui nous appartient, à nous tous. que vous appréciez le pourvoir en place ou pas cela n’engage que vous. on ne peux plus continuer avec cette histoire de propriétaires Terriens. ma maison n’est pas loin de la zone concernée. et pour la petite histoire je vous notifie que ces autochtones qui jouent aujourd’hui aux victimes sont les propriétaires terriens chez qui nous avions acquiert notre parcelle et tenez vous bien. Ces bandes de voyou envisagent nous Chiper nos parcelles,sous prétexte qu’elles ont été sous-évaluer. ainsi plus de 54 lots sont concernés par cette opération. là il n’y a pas drame pour vous. Cotonou n’est pas un village. j’espère que le vent de la modernité va tout emporter sur son passage, je dis bien tout ce qui appartient à ceux que vous appelez autochtones qui maintiennent ces différents endroits dans une insalubrité permanente. dans les pays développés ou qui aspirent au développement, berges sont très valorisé avec de belles corniches. allez à Abidjan et vous verrez.

  • Avatar commentaire

    Je penses qu’on a un problème de mentalité et de haine dans le pays. Un projet qui va permettre le desangorgement de nos axes routiers vous trouvez déjà que c’est
    diabolique . Le soucis devrait être que le gouvernement tient compte de l’indice réel de dédommagement et que les riverains puissent se reloger. Vous aimez trop voir le mal partout

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 5 mois

    Le Bénin, un vrai pays de merde où aucun progrès n’est possible. Que Talon réalise un contournement qui va les laisser dans leur misérabilisme, attachés qu’ils sont à leurs fétiches qui ne demandent que le sang des innocents….On continuera de nous enfoncer dans la misère dans ce pays de compromis permanent, de compromission, de consensus mous et que sais-je encore ??….
    Le Sénégal a construit le nouvel aéroport de Diass sur une superficie 10 fois supérieur à celle de Glo Djigbe sans trop de tapage……Le TER (Train Express Regional) Dakar-aéroport de Diass a impacté des quartiers entiers de Dakar, Pikine, Rufisque. Seules modalités de dédommagement sont en renégociation, pas des bêtises du genre qu’on rencontre au Bénin (populations autochtones et leurs fétiches).Que nous réserve l’avenir :il ne nous restera à manger à notre nombreuse population que le Djongoli de l’ancien président Ahomadégbé (Cf dernière Chronique de Gbegnonvi)

  • Avatar commentaire
    lelenou Il y a 5 mois

    C’est délicat. Comment concilier la modernité et nos traditions? Bien malin qui répondra à cette équation! En tout cas l’importance de ces projets n’est plus démontré. Prions les mânes des ancêtres et Dieu créateur de les bénir pour le bonheur des humains.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 5 mois

      Lelenou on devrait t’appeler alenou ( pour fou ) 
      Un projet tordu , qui va conduire à la destruction de plus de 150 milles habitations , qui pour beaucoup  ont des titres fonciers , alors même que soglo , puis Yayi boni avaient prévu eux dans un projet le contournement ; de qui talon veutil se moquer ? 
      Il court à sa perte , il est certain 

      • Avatar commentaire
        Venuhwidee Il y a 5 mois

        Quel est la signification de titre foncier ?
        Permis de construire ?
        Permis d’habiter ?

        • Avatar commentaire
          OLLA OUMAR Il y a 5 mois

          Mon ami va voir tonato 

          • Avatar commentaire
            yann koladé adjagba abidogoun Il y a 4 mois

            vous me faites pitié, Olla je ne sais quoi. vous faites parti de ces populations réfractaires au développement. vous devez aussi Défendre ces «autochtones» et leurs fétiches qui ne servent à rien. la même constitution qui dit que les premiers occupants d’un territoire sont les propriétaires dit aussi que les 100m d’une berge lagunaire ou maritime appartient à l’État, d’où il a droit d’ériger tout ce qu’il veut sur ses périmètres. alors qu’un groupuscule de gens soit disant autochtones ne vienne pas freiné le développement d’une ville qui nous appartient, à nous tous. que vous appréciez le pourvoir en place ou pas cela n’engage que vous. on ne peux plus continuer avec cette histoire de propriétaires Terriens. ma maison n’est pas loin de la zone concernée. et pour la petite histoire je vous notifie que ces autochtones qui jouent aujourd’hui aux victimes sont les propriétaires terriens chez qui nous avions acquiert notre parcelle et tenez vous bien. Ces bandes de voyou envisagent nous Chiper nos parcelles,sous prétexte qu’elles ont été sous-évaluer. ainsi plus de 54 lots sont concernés par cette opération. là il n’y a pas drame pour vous. Cotonou n’est pas un village. j’espère que le vent de la modernité va tout emporter sur son passage, je dis bien tout ce qui appartient à ceux que vous appelez autochtones qui maintiennent ces différents endroits dans une insécurité permanente. dans les pays développés ou qui aspirent au développement, berges sont très valorisé avec de belles corniches. allez à Abidjan et vous verrez.