Angola : Après son limogeage, la justice enquête sur Isabel dos Santos

Angola : Après son limogeage, la justice enquête sur Isabel dos Santos

La justice angolaise est aux trousses de l’ex directrice de la Sonangol Isabel dos Santos. Elle est rattrapée par un transfert douteux de 38 millions de dollars vers une société basée à Dubaï.

Détournement de fonds en Angola : Isabel Dos Santos s’explique à la télévision

Une opération qui a été effectuée alors qu’elle détenait encore le bâton de commandement de la compagnie pétrolière. Comme l’avaient prédit certains observateurs des mœurs politiques angolaises, Isabel dos Santos est face à la justice quelques mois après son limogeage de la tête de la compagnie pétrolière du pays, la Sonangol.

De sources judiciaires, une enquête a été ouverte après la découverte de ce virement frauduleux  rendu public par la nouvelle équipe dirigeante de la société. Face à la presse, le nouveau directeur général de la compagnie pétrolière Carlos Saturnino s’est insurgé contre cette gestion cavalière de l’ex-directrice de ladite compagnie.

Dans ses déclarations, le directeur actuel assure  qu’il est en mesure de prouver que le directeur financier de l’ex directrice a ordonné le transfert des sommes susmentionnées. Plus loin, ce dernier a poursuivi que l’opération aurait été exécutée par l’établissement Banco BIC, une banque dans laquelle Isabel dos Santos est administrateur.

Cette découverte de transferts douteux est intervenue après un audit des comptes des comptes commandités par la nouvelle équipe dirigeante de la société. Cette somme pourrait revenir dans les caisses de la société parce que le parlement a adopté déjà la réglementation qui donne accès aux citoyens et aux entreprises de ramener dans les caisses de l’Etat des capitaux frauduleusement placés à l’étranger sans être poursuivi jusqu’au mois d’août prochain.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Gombo offline Il y a 5 mois

    Les membres du clan talon doivent savoir que c’est ce qui les attend…
    Ni amnistie ni immunite…