Bouter hors des écoles l’insécurité alimentaire et la faim au Bénin

Bouter hors des écoles l’insécurité alimentaire et la faim au Bénin

L’Ecole primaire publique de Hounli dans la commune d’Akpro-Missérété, a abrité cette année, en différé, la célébration officielle de la 3e édition de la journée africaine de l’alimentation scolaire.

Le Bénin a des chances de présider la confemen selon Karimou

Occasion pour les différents acteurs impliqués de relever l’importance des cantines scolaires, gage d’une lutte efficace contre l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la faim.

Le 1er mars de chaque année, est retenu pour célébrer sur tout le continent africain, la journée africaine de l’alimentation scolaire. Le thème retenu pour cette 3e édition est « tirer pleinement parti du potentiel de l’enfant africain, grâce à une alimentation scolaire à base de produits locaux ». Dans son allocution, le ministre des enseignements maternel et primaire (Memp), Salimane Karimou, dira que c’est le témoignage de l’intérêt que le gouvernement accorde aux problèmes touchant le secteur de l’éducation, et en particulier les questions liées à l’alimentation scolaire dans notre pays.

« C’est pourquoi le gouvernement béninois a placé dans les priorités du Pag ce programme et s’engage à passer le taux de couverture nationale en cantines scolaires de 30% à 51% d’ici 2021… », a martelé le Memp avant de préciser que l’incidence financière des cantines scolaires gouvernementales imputable au budget national, passe de un (01) milliard à sept (07) milliards par an.

Un arsenal d’actions est mis en place pour bouter hors des écoles l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la faim. Pour finir, le ministre Salimane Karimou remercie tous les partenaires techniques et financiers pour leur engagement aux côtés du gouvernement. Pour le Représentant Résident du PAM Guy Adoua, le thème retenu est évocateur et confirme la perception de l’UA qui fait de cette journée un véritable outil de plaidoyer pour l’alimentation scolaire basée sur la production locale. Ce qui ne constitue pas selon ses propos, une dépense mais plutôt un investissement qui favorise le développement du capital humain et de la production alimentaire nationale.

C’est le ministre Serge Ahissou, représentant son homologue ministre d’Etat, qui a procédé l’ouverture de la journée. Le diagnostic fait par ce dernier est que, au nombre des problèmes qui minent l’enseignement au Bénin, se trouvent le faible taux de scolarisation, le taux élevé d’abandon des classes et le taux élevé d’échec au Cep, notamment dans les localités rurales du Bénin. Pour y remédier, le ministre Serge Ahissou dira que le gouvernement dans son programme d’action 2016-2021, s’est donné pour ambition d’améliorer les performances du système éducatif.

« La célébration d’une telle journée cadre bien avec les actions déjà engagées par le gouvernement » conclut-il.

A tour de rôle, le directeur de l’Epp Hounli Aristide Kpatinvoh, le représentant des Ape Noel Akouta Anago et le maire Michel Bahou d’Akpro-Missérété, ont remercié le gouvernement pour cette initiative salutaire tout en souhaitant qu’elle se pérennise et s’élargisse à d’autres écoles du pays. Une visite guidée a permis aux officiels de constater de visu le magasin et le champ de l’école, ainsi que les stands avec des variétés diverses de produits alimentaires.

Commentaires

Commentaires du site 0