Bénin : La douane met la main sur 115 sacs de noix de cajou destinés à la contrebande

Bénin : La douane met la main sur 115 sacs de noix de cajou destinés à la contrebande

115 sacs de noix d’anacarde brute ont pu être sauvés de l’exportation frauduleuse par les éléments de la brigade des douanes de Kpèrèkètè, une localité de la commune de Bassila, frontalière avec le Togo.

Bénin – Social Watch : Blanche Sonon élue Présidente pour la promotion de la bonne gouvernance

L’information émane du directeur régional Atacora-Donga des douanes béninoises,  qui précise que cette saisie est intervenue lors d’une patrouille des disciples de Saint Mathieu à Aworo,une localité de la commune de Bassila, le 05 mars dernier . A en croire Moumouni Gabi, les 115 sacs de noix d’anacarde brute pesaient chacun 100 kilogrammes.

Les contrebandiers s’apprêtaient à les soustraire frauduleusement du territoire béninois par la  frontière togolaise. La vigilance des éléments de la brigade des douanes de Kpèrèkètè a permis de mettre la main sur le chauffeur du véhicule transportant ces produits, mais non sans peine.

« Après son interpellation, le chauffeur a tenté de s’échapper et dans sa tentative, il a percuté le véhicule de la douane qu’il a sérieusement endommagé » a indiqué  Moumouni Gabi qui a réaffirmé la détermination de la douane béninoise  à lutter contre ces trafics illégaux.

Selonlui, la direction générale de la douane  a déjà demandé aux directeurs départementaux de mettre en place des cadres de concertations regroupant  la police républicaine, la douane et les eaux et forêts, dans l’optique de lutter contre ces trafics illégaux ou d’autres formes d’évasion fiscale.

Il ajoute par ailleurs que « la hiérarchie douanière sera sans complaisance en cas de laxisme et de connivence nuisible aux intérêts du trésor public ».

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 1 mois

    Puisque nous devons tout ramener à la politique et à Talon, je tiens à préciser que mon problème avec cette pratique qui restraint la liberté des paysans n’a rien à voir avec ce gouvernement. Elle date de l’époque coloniale. Mais sur quelle base légale perdure t-elle?

  • Avatar commentaire
    La rupture Il y a 2 mois

    Arrêté de nous distraire 115 sacs de noix d acajou voir 10 tonnes quel impacte sur les recettes fiscales pour cette quantité .si le pvi est un handicap aujourd’hui a nouveau pour les douaniers,ils ne faut qu’ils déversent indirectement leur colère ailleurs. aller voir quel a été leur échange.

  • Avatar commentaire

    La fixation des prix plancher n’est pas une invention du gouvernement Talon.
    Pour info, ce prix est passé de 300 F à 500 F entre 2016 et 2017.
    Les paysans ont dû apprécier cette augmentation de leurs revenus.

    • Avatar commentaire
      Madampol Il y a 1 mois

      Ok pour le prix plancher. Mais ma principale question est, pourquoi les producteurs doivent-ils nécessairement vendre au Benin leurs produits? Il n’y a aucune subventions gouvernementales sur l’anacarde. Sur le coton non plus.

      • Avatar commentaire

        madampol…soyez objectif et réaliste…..

        Un état..c’est un tout

        Quel est cet état..qui va accepter..ceux que tu soutiens..

        Les terres et la sécurité…sont du domaine de l’état…

        On peut ne pas aimer talon…et j’en fait partie…mais est on condamné..par idiologie,ou par beninoiserie…à voir tout en noir en lui…et ce qu’il fait

        Talon au pouvoir…est l’expression de la volonté et du peuple et de son élite

        Dépassons nos petites personnes…n’est ce pas…!!!

        • Avatar commentaire
          Napoléon1 Il y a 1 mois

          Quand le paysan peut vendre le fruit de son travail à qui lui plaît parceque cela lui procure une plus grande value qu’il peut garder pour lui, cela l’encourage à faire mieux. Ce n’est pas quand l’Etat fixe le Prix des ventes de production et administre la commercialisation des récoltes pour confisquer les plus values qui seront partagées entre les ministres, le président et son clan, qu’il y aura développement. C’est ce que l’administration coloniale a fait dans ce pays. Mais aujourd’hui, n’avons-nous pas une République independante, où le gouvernement serait plutôt interessé à l’épanouissement et au bien être des populations?

          Qu’en diriez-vous, si nous choisissons de faire comme ailleurs cela se fait. Ce n’est pas l’Etat allemand , l’Etat francais, qui fixe le prix du lait,le prix de la viande produit par le paysan de ces pays ou le prix des voitures fabriquées dans ces pays. Dans un système d’économie libérale, l’entrepreneur comme le le paysan a la liberté de gestion de son entreprise, de fixer le prix de sa production, car c’est lui seul que sait combien la production lui revient et combien il veut gagner pour vivre.

          L’Etat pourra impôser une contribution sur le revenu mais ne se mêle pas des affaires privées en plafonnant le prix des produits en amont.

          An contraire dans nos pays, si l’Etat veut vraiment le devéloppement du pays, il doit s’abstenir des paratiques mafieuses et aider nos paysans à s’ouvrir sur les marchés extérieurs, en leur portant secour et assistsance pour qu’ils puissent eux-mêmes leurs affairres et acquérir des savoir-faire dans le commerce et les négoces y compris les innovations qui s’y développent.

          L’Union européenne subventionne les paysans européens pour que ceux-ci innondent nos pays avec le blé, la viande, l’huile, les oeux, les poulets congélés qui empêchent nos paysans locaux de produire ces denrées à prix rentables, mais notre gouvernement, lui entrave nos paysans de produire et de vendre les produits exotics, fruits de leur travail à l’extérieur eux-mêmes pour en tirer le proft maximal.
          C’est ce qui est contradictoire et qui empêche le développement.

        • Avatar commentaire
          Madampol Il y a 1 mois

          Ma question n’a rien à voir avec Talon. La pratique que je dénonce date de l’époque coloniale. Mais sur quelle base légale perdure t-elle?

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 2 mois

    Ces douaniers caporalises par le pvi à eux collé par talon , n’ont qu’à plutôt nous parler de la baisse drastique des recettes douane , plutôt que des quelques sacs de noix de cajou 

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 2 mois

    C’est exact. Je ne comprends pas pourquoi quand un paysan veut vendre le fruit de son travail à qui il veut, serait un manque à gagner pour le trésor public. VoiLà la mafia instaurée par Talon pour Piller aussi les paysans. C’est injuste et inadmissible. On doit combattre cela.

    • Avatar commentaire
      Democrate Il y a 2 mois

      Napoléon1@,
      Une république a des lois.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 2 mois

        Democrate , et une loi dans une république se respecte , ce qui n’est plus le cas dans cette république dévoyée de talon 😡

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 2 mois

    Question à nos amis juristes. Quelle est la légalité de cette politique qui consiste à obliger les paysans à vendre le fruit de leur travail uniquement sur le territoire national à un prix fixé par le gouvernement ? Dans un pays où l’économie de marché est constitutionnalisée, il y a quelque qui cloche. Surtout quand ces paysans n’ont bénéficié d’aucune subventions gouvernementales.

    • Avatar commentaire
      ADJRAKATA Il y a 2 mois

      ” vendre le fruit de leur travail uniquement sur le territoire national à un prix fixé par le gouvernement ”
      La filiere Anacarde est contrôlée par une entreprise liée a Talon oui ou non? SVP qui a l’information

    • Avatar commentaire
      Democrate Il y a 2 mois

      Peux-tu prendre un véhicule produit en France et aller le vendre á n´importe quel prix dans un autre pays sans avoir á payer les impôts?

    • Avatar commentaire

      Le prix fixé est un prix plancher, pour éviter que les paysans ne se fassent gruger.
      L’année dernière, il était de 500 F (contre 300 F en 2016). Mais le prix sur le terrain était monté à plus de 700 F.