Bénin : Le procès qui met à l’épreuve l’indépendance de la justice reprend ce jour

Bénin : Le procès qui met à l’épreuve l’indépendance de la justice reprend ce jour

L’opinion attend avec impatience le dénouement de ce procès qui permettra de mettre en évidence l’indépendance de la justice tant les voix s’élèvent, arguments à l’appui pour dénoncer l’iniquité de la procédure depuis la phase préliminaire des enquêtes.

Affaire Metongnon – Cnss : Gustave Assah s’étonne qu’on n’ait pas accusé tout le Ca

C’est l’un des procès les plus suivis qui concerne la lutte contre la corruption. La lutte contre la corruption est-elle une opération de chasse aux sorcières, un programme de règlement de compte ou d’anéantissement des adversaires politiques redoutables ou est-elle réellement une véritable campagne d’assainissement des mœurs ?

Voilà des questions auxquellesle dénouement du procès de Laurent Mètongnon et de ses co-accusés, permettra d’apporter des réponses. Ce procès qui est reprogrammé pour ce mardi 13 mars 2017 sera particulièrement suivi après la séance du 30 janvier 2018 qui n’a pas pu se tenir pour cause de grève dans le secteur de la justice. Les avocats de la défense affirment garder leur sérénité quant à la suite du procès. Ils soutiennent que si la justice dit le droit et rien que le droit, ils n’auront pas de soucis à se faire.

L’enjeu du procès

Ce procès met en opposition l’accusation représentée par le procureur de la république et la défense constituée des avocats des accusés. Le procureur entend apporter les preuves que les placements à termes qui ont été effectués par la Cnss auprès de la banque internationale du Bénin, l’ont été au moment où ladite banque était faillite. Il entendra déduire que ces placements ont été effectués dans le seul but de percevoir des rétro- commissions. Il s’appuiera sur le témoignage d’un co-accusé qui a reconnu lors des enquêtes préliminaires, avoir distribué 71 millions Fcfaaux membres du conseil d’administration d’alors. Il a reconnu aussi avoir remis par personne interposée, 2.5 millions Fcfa à Laurent Mètongnonavec une palette de bouteilles de champagne. Si jamais ces preuves sont apportées en passant par l’audition des témoins de l’accusation, le procureur pourra alors déduire la culpabilité des mis en causes. Mais il rencontrera sur le chemin de sa démonstration, la réplique de la défense.

La défense en effet, entend relever d’abord au niveau de la forme quelques d’irrégularités. Ils ont relevé la première irrégularité au niveau du rapport de l’Inspection général des finances, présenté en conseil des ministres. Lequel a fondé la décision de poursuites judiciaires de ce même conseil des ministrescontre les mis en causes. La défense a déjà aussi dénoncé lors des enquêtes au niveau du parquet, le fait que leur client Laurent Mètongnon, bien que réunissant toutes les preuves de représentation, n’ait pas été autorisé à comparaitre libre. La défense a depuis regretté qu’un procès de flagrant délit, ait été programmé plus d’un mois après. Ils avaient à l’occasion cité l’article 402 du code de procédure qui parle de l’audiencela plus proche ou au plus tard dans les 72h. Cette programmation de ce procès du 23 novembre 2017, avait été considérée par la défense comme un moyen de maintenir en détention leur client.

La défense s’est aussi déjà étonnée de constater qu’alors que les décisions du conseil d’administration se prennent de façon collégiale, que certains membres dudit conseil n’aient été ni entendus ni détenus dans le cadre dudit procès. La défense est convaincue de prouver que la Bibe au moment où les dépôts à termes ont été placés, n’était plus en faillite. Que les administrateurs ont fait ces dépôts sans attente de contrepartie et qu’ils n’ont pas perçu de rétro-commissions. Il sera intéressant de suivre ce procès avec toute objectivité et laisser la justice suivre son cours. Il faut inviter ces personnes qui ont des appréhensions sur le juge Rodolphe Azo célèbre pourson non-lieu sur l’affaire Ppea2 , par le fait qu’il a été réhabilité par la Cour constitutionnelle, après avoir été récusé par les accusés, ne signifie pas que cet antécédent inclinera son objectivité et son intime conviction dans la conduite de ce procès

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Prince , cette ” télécommande ” n’a-t-elle pas sa place  aux bancs des accusés poursuivis aux côtés de metognon et autres ? 
    Pour répondre à l’adage , ” il n’y a pas de corrompu sans corrupteur ” 

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 7 mois

    Ne racontez pas des sottises. Si tant est que Laurent Mêtongnon ait recu 2.500.000 et des bouteilles de champagne par personne interposée dans cette affaire, que l’on prouve cela. Pourquoi est-il si difficile pour le parquet de prouver cela, puisque la persone indiquée par le parquet a réfusé quatégoriquement cela et Porte plainte contre x. Une justice qui fabrique des preuves pour condamner un adversaire politique est une justice instrumentalisée.

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 7 mois

    1-Metognon meme sait bien que cela n’a aucun qu’ils ont toujours reçu de l’argent provenant des “télécommandes non vertueuses” tapies à l’étranger;

    2-Metognon meme sait bien que les syndicalistes comme lui et ses homologues ont toujours présenté une mine de gens honnetes et miséreux mais en réalité ils reçoivent des pots-de-vins sans cesse;

    3-Metognon meme sait bien qu’il a reçu des millions et des bouteilles de champagne qui ne sont pas tombés du ciel mais venus d’un système de corruption bancaire contre lequel il va hypocritement s’indigner, critiquer et réprouver une fois devant le micro et devant le peuple.

    C’est honteux! Et pire c’est un syndicaliste qui devrait donner de bonnes leçons à ses concitoyens corrompus. Sincerement Que ces brebis galeuses, Que ces races de vipères de notre République payent severement le prix de leur mégestion commise dans les sociétés de l’Etat. Nous sommes assez pauvres pour subir encore ces dérives !

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 7 mois

      @Prince,

      Vous vous trompez de cible. Parlez de tous les syndicalistes que vous voulez mais pas de Laurent connu pour être incorruptible. Il a été enfermé juste parce qu’il agace trop Pata qui ne supporte pas les empêcheurs de tourner en rond et les incorruptibles.

      C’est bien dommage que les plus corrompus du pays s’attaquent aux honnêtes gens pour ne pas être dérangés dans leur sale besogne.

      Attendons quand même de voir ce que la justice décidera.

      • Avatar commentaire
        Prince Toffa 1er Il y a 7 mois

        @Amaury
        Détrompe-toi mon cher! Avant 2016, quand les conflits battaient leur plein et que les fonds étaient distribués aux pôles de résistance favorables à PaTa, c’était seulement deux hommes de confiance dans ce pays qui avaient la charge de cette distribution en espèces monétaires aux cibles. Et puisque rien ne se cache sous ce soleil béninois, avec l’arrivée de PaTa au pouvoir, les langues se sont déliées et c’est là où ce secret est devenu un écho public.

        PaTa a donc du mal à accepter que des gens qui opéraient sous le masque de « syndicalistes » et de « Mercredi Rouge » en sa faveur contre des pièces sonnantes et trébuchantes aillent aujourd’hui s’acoquiner avec les FCBE pour dénoncer les actions quoique impopulaires de son gouvernement. Et puisque la Politique ne pardonne pas ; il ne fallait donc pas accepter en tant que syndicaliste ce deal dangereux conclu avec une « télécommande non-vertueuse »; ce procès est en fait un pur règlement de compte qui n’a en réalité pas sa raison d’être ; et c’est nous le bas peuple qui sommes toujours enfarinés.