Bénin : Le processus de création des classes culturelles lancé

Bénin : Le processus de création des classes culturelles lancé

Depuis hier lundi 19 mars 2018 et ce jusqu’au 31 mars prochain, le ministère du tourisme, de la culture et des sports, reçoit à Cotonou et dans ses directions départementales les dossiers pour le recrutement d’encadreurs en danse, musique chant, théâtre et arts plastiques.

«Meilleur personnage sportif du Bénin 2016»: Noélie Yarigo reçoit sa distinction

C’est dans le cadre de la création des classes culturelles dans les établissements secondaires, et de la création des ateliers culturels départementaux. Ceci, pour la mise en œuvre du programme «détection, formation et promotion des talents à la base».

L’appel à candidature est ouvert à tout béninois âgé au moins de 21 ans au 31 décembre 2018, et justifiant d’une expérience dans les disciplines artistiques sus-citées. Le postulant doit donner la preuve de son expérience par la présentation d’un diplôme ou d’une attestation. A noter que les agents permanents ou contractuels de l’Etat ne sont pas concernés. Ci-dessous, le communiqué du ministère à propos.

Le risque d’un mauvais départ

Cet appel à candidatures est déjà un pas important dans la mise application de la promesse du ministre du tourisme, de la culture et des sports, Oswald Homéky, de révéler de nouveaux talents pour la promotion des arts et de culture du Bénin. Le chemin choisi pour y arriver parait juste, en ce sens qu’il s’intéresse aux élèves. L’éducation artistique et culturelle dans les écoles est l’une des bonnes habitudes que l’école béninoise a perdues presque totalement. Et cela est remarquable non seulement en termes de qualité de production, mais aussi d’aptitude des cadres appelés à gérer le secteur culturel au Bénin.

L’avènement des classes culturelles permettra de reprendre avec ces bonnes pratiques. Seulement, le processus de recrutement semble déjà exclure la grande partie de la ressource humaine habilitée à aider le ministère dans ce programme, sur le plan de l’encadrement notamment. Pour que ce programme prospère et conduise réellement à la formation d’une génération jeune de talents artistiques et culturels pour le Bénin, l’encadrement ne doit pas être l’apanage d’universitaires. Cela ne doit être non plus être réservé aux rares détenteurs de diplômes ou d’attestations en danse, musique, théâtre et arts plastiques, mais plutôt ouvert à ces artistes compétents qui sont au quotidien dans la pratique de leur art au sein de leur groupe, compagnie, orchestre, ballet ou en solo. Les compétences de ces derniers ne se mesurent pas à leur niveau académique.

D’ailleurs, au Bénin où la création d’instituts privés dans ce domaine est récente, et où le département des arts créé en 2010 à l’Université d’Abomey-Calavi n’est devenu Institut national des métiers d’art, d’archéologie et de la culture (Inmaac) qu’il y a 3 ans, très peu d’artistes compétents sont diplômés dans une discipline artistique. Et même si on doit élargir le champ à ceux qui ont des attestions, ils ne sont pas nombreux. Pourtant, ce sont des gens talentueux qui font des merveilles au plan national et international. Certes il y en a qui sont à la fois talentueux et détenteurs de diplômes obtenus au Bénin ou ailleurs, mais ils ne sont pas assez nombreux pour couvrir la demande sur toute l’étendue du territoire national. Et si le ministère revoyait ses critères de sélection, au risque de prendre des diplômes et attestations au détriment de compétences avérées

Commentaires

Commentaires du site 0