Bénin : Le pouvoir Talon panique devant le réveil de l’opposition

Bénin : Le pouvoir Talon panique devant le réveil de l’opposition

Le Bénin est devenu un Etat démocratique en 1990, depuis la tenue de la Conférence des Forces vives de la Nation. Cette option est inscrite dans la co

Bénin : Il y a un an, Azannai démissionnait du gouvernement

Le Bénin est devenu un Etat démocratique en 1990, depuis la tenue de la Conférence des Forces vives de la Nation. Cette option est inscrite dans la constitution du 11 décembre 1990. L’existence des partis politiques d’opposition est ainsi devenue une réalité dans notre pays. Mais jusqu’à présent, les différents régimes au pouvoir au Bénin n’acceptent pas trop la présence de partis politiques d’opposition, pour critiquer ou apporter des avis contraires aux leurs, concernant la gouvernance du pays. C’est le cas de l’actuel régime de la Rupture, dirigé par le Président Patrice Talon, qui fonctionne comme si le Bénin démocratique ne mérite aucun parti d’opposition.

A sa prise de pouvoir le 06 avril 2016, le régime du Président Patrice Talon avait suscité un enthousiasme populaire, ayant entraîné une vague d’adhésions générale. Les militants et personnalités des formations politiques qui devraient se retrouver dans l’opposition, se sont touts, ou presque, ralliés au pouvoir de Patrice Talon comme si l’opposition n’a plus sa place au Bénin. Mais les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs, et les intellectuels et cadres de haut niveau qui souhaitaient travailler aux côtés du régime pour l’aider à réussir sa mission, ont vite déchanté.

Le pouvoir s’est enfermé dans un mutisme inquiétant sur la gestion des affaires publiques. Il s’est lancé dans une politique de répression à l’endroit de toutes les personnes qui veulent dénoncer ses abus et ses décisions arbitraires. Le béninois lambda n’est pas mieux logé, subissant des brutalités de tout genre. Candide Azannaï qui a été un grand soutien et un très proche du Président Talon, a alors décidé de marquer sa distance vis-à-vis du pouvoir en place, pour se battre aux côtés du peuple qui l’a aidé à porter Talon au pouvoir. La tenue du congrès de son parti Restaurer l’espoir a été un grand succès. Mais le régime n’a pas digéré le départ de Candide Azannaï de son rang. Ce dernier a subi railleries et humiliations de la part du pouvoir, qui le fit passer pour un menu fretin. Mais Candide Azannaï est resté imperturbable, et il a affirmé son entrée dans l’opposition pour mener le combat de la libération du peuple. Il a mis à nue la cachoterie du chef de l’Etat, ses manœuvres d’intimidation et de brutalité, de violation des libertés et des lois de la république. Il a appelé la population à la résilience contre tous les abus de ses droits.

Une opposition qui s’organise…

Le mois de février dernier a connu la tenue du congrès de la grande alliance Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), qui a réussi une forte mobilisation de ses militants venus de toutes les régions du Bénin pour se retrouver à Parakou. L’apparition de l’ancien Président Yayi Boni a été un événement. Très sollicité par les militants, il a été accueilli en triomphe par toutes les populations présentes sur les lieux. Le pouvoir alors s’est lancé dans

le dénigrement, parlant d’un non événement, mais les responsables FCBE n’ont pas cédé à la provocation. L’objectif a été atteint, même si le pouvoir a usé de toutes les manigances et pratiques iniques pour décourager les militants voulant faire le déplacement de Parakou.

Par exemple, des bus sensés convoyer les militants FCBE, ont été réquisitionnés pour transporter des supporters de l’équipe des Buffles vers Cotonou. Un appel a aussi a été lancé à l’endroit des femmes de Parakou, pour recevoir des microcrédits le même jour à Parakou. Mais les tentatives de découragement n’ont pas émoussé l’ardeur des militants. C’est la peur qui est à l’origine de cette attitude des hommes du pouvoir. Une peur qui est montée d’un cran lorsque l’homme d’affaires Sébastien Ajavon a annoncé le congrès constitutif de son parti l’Union Sociale Libérale (USL).

Toutes les pratiques de déstabilisation ont été alors mises en œuvre pour empêcher la manifestation de se tenir. Le Stade de l’Amitié a été loué et payé pour abriter l’événement, mais par la suite il a été notifié aux organisateurs qu’ils ne pourront plus bénéficier des lieux. La localité de Djeffa dans la commune de Sèmè-Podji a finalement accueilli l’événement.

Par ailleurs, la Police Républicaine qui a été sollicitée pour assurer la sécurité du lieu et des participants n’a pas cru devoir faire le déplacement. Les militants et les invités étaient abandonnés à eux-mêmes. La connexion Internet a connu d’énormes perturbations, ayant empêché de relayer le déroulement des activités sur le terrain. Certains organes de presse ont également été mobilisés pour diffuser et publier des contre-vérités sur Sébastien Ajavon et son congrès. Mais l’homme arrivé en 3e position à la présidentielle de 2016 était satisfait de la réussite de son initiative.

Il est clair que le compétiteur né qui n’admet pas la concurrence, ne sait malheureusement combattre. Il ignore que la politique est un jeu comme tout autre, où l’on accepte de voir d’autres challengers sur le terrain. La peur a gagné ce pouvoir qui se sait lâché par un peuple martyrisé. Les propos de haine, de violence et de dénigrement, sont de plus en plus fréquents dans le langage des hommes au pouvoir. Un comportement qui traduit une certaine peur… mais de quoi !?

Commentaires

Commentaires du site 13
  • Avatar commentaire
  • Avatar commentaire
    Christelle Il y a 7 mois

    Article bas de gamme

  • Avatar commentaire
    Christelle Il y a 7 mois

    N’importe quoi

  • Avatar commentaire

    Si tous les députés de l’Assemblée nationale apporté leur soutien au président de la République est-ce que le président talon serait-il aussi d’accord

  • Avatar commentaire
    Ethienne Il y a 7 mois

    Panique ou pas,il faut une bonne opposition pour amener ou ramener le pouvoir en place à la méfiance.
    Même le lion a besoin des autres animaux pour assoir sa suprématie !!!

  • Avatar commentaire
    Remocrate Il y a 7 mois

    S´il faut s´abonner à un quotidien pour lire des articles bas de gamme, cela ne vaut pas le coût.
    Je préfère aller dévorer les Fables de Jean de la Fontaine ou un polar américain.
    C´est mon opinion.

  • Avatar commentaire
    Elijah Il y a 7 mois

    Aucune frayeur. Par ailleurs l’option d’un autre homme d’affaires ne sera plus d’actualité en 2021.

  • Avatar commentaire

    Qui parle de panique? Ou se trouve l’opposition? Meme les gens de la presse melange la politique a leurs analyses. Faites attention a ce que vous ecrivez parceque xa revele votre identite. Finissons avec le m’as tu vu? Le pays est a tous mais chacun veut en faire ce qu’il veut. Dieu est au controle.

  • Avatar commentaire

    pas de panique..à mon avis..!!

    Les gens ..la minorité conservatrice…ceux là..qui ne veulent pas des réformes…paniquent…et alors…

    le péché de talon…c’est de céder aux compromis….et de capituler..

    or donc…pour sauver ce pays et le lancer..dans le futur….il faut qu’il tienne la barre

    la const..lui donne le pouvoir..de bastonner..et de matter..ceux qui ne veulent pas entrer dans les rangs…

    Il n’a qu’à commencer par notre forum..ltn

    pister..alpaguer…les conservateurs…et les soumettre..

    je ne dirai pas des noms…..

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 7 mois

      @Aziz,

      Je sais que mes questions te tuent et tu préfères ne pas répondre. J’en pose quand même une : est-ce qu’un pouvoir qui ne respecte pas les lois et institutions de la république peut conduire des réformes utiles, justes, pertinentes et durables ?

      L’apprentissage par l’exemple est toujours mieux que l’apprentissage par la force.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Apres panique , viendra la disparition de talon et son régime .
    Ce qui inéluctablement doit arriver à quelqu’un qui ” surgit , agit , et disparaît ” tel un ******* , ou qui possède le vodou kinnessi , 

  • Avatar commentaire

    moi je ne vois aucune panique.