Fawe-Bénin : Le projet de lutte contre la corruption passé en revue

Fawe-Bénin : Le projet de lutte contre la corruption passé en revue

Le Forum des femmes éducatrices africaines (Fawe-Bénin), avec le soutien financier de Open Society Initiative for West Africa (Osiwa), a lancé en décembre 2015 un projet de lutte contre la corruption en milieu scolaire.

Lutte contre la corruption au Bénin : des doutes sur la sincérité du gouvernement

Le jeudi dernier à la Maison de la Société Civile, l’Ong entourée des acteurs du système éducatif s’est penchée sur la capitalisation dudit projet.

Le Forum des femmes éducatrices africaines (Fawe-Bénin), a choisi la journée internationale de la femme, le 8 mars, pour passer en revue son projet de « Prévention et lutte contre la corruption en milieu scolaire pour une éducation de qualité dans les communes d’Abomey-Calavi et Tori-Bossito ». Un projet exécuté dans 13 collèges publics, et qui a été financé par Open Society Initiative for West Africa (Osiwa), pour une durée de deux ans (2016-2017).

Ce n’est pas un hasard qu’une telle activité ait lieu le 8 mars, a déclaré la présidente du Forum, Ida Tokpo. Car a-t-elle justifié, « la problématique de la corruption en milieu scolaire fait partie des entraves à l’éducation de nos jeunes filles ». Le projet quant à lui « est une aventure exaltante qui est en train de tirer à sa fin », a fait savoir Marlène Seïdou Babio, coordonnatrice de Fawe-Bénin. D’où la nécessité de faire ressortir les grandes avancées engendrées dans les établissements grâce à la mise en œuvre du projet.

Les acquis et nouveaux défis du projet

Ces grandes avancées ont été données par les participants à l’atelier après les travaux effectués en groupe. Il s’agit entre autres de la fixation des encarts, des semaines de sensibilisation à la lutte contre la corruption organisées chaque début d’année, de l’organisation du concours épistolaire et de la prise de l’arrêté ministériel.

En dehors de ces avancées, les participants ont identifié des points qui semblent encore résister à la lutte. Il s’agit des fascicules édités par chaque enseignant et dont le coût varie d’un collège à un autre et d’un enseignant à un autre. Il y a également le coût fixé par établissement pour tenues de sport et macarons. Fawe-Bénin doit désormais intégrer ces différents aspects dans sa lutte, pour qu’effectivement la corruption soit éradiquée à l’école.

Le chapitre de l’enseignement privé a aussi été ouvert. Les parents d’élèves qui étaient à cette séance ont relevé les frais qu’ils doivent encore supporter tous azimuts, malgré le coût élevé de la scolarité. Fawe-Bénin a été invité à étendre ses actions dans cet autre secteur de l’enseignement.

Après ces différents échanges et partages d’expérience, les acteurs se sont séparés sur une note de satisfaction mais avec l’espoir que le projet de lutte contre la corruption en milieu scolaire connaîtra une nouvelle suite

Commentaires

Commentaires du site 0