Report de la rencontre avec les syndicats au Bénin : une fuite en avant pour Kassa Mampo

Report de la rencontre avec les syndicats au Bénin : une fuite en avant pour Kassa Mampo

La décision de report de l’exécutif de la rencontre ‘’gouvernement-syndicats’’ prévue hier jeudi 08 février 2018, n’a pas été du goût des responsables syndicaux.

Dialogue Social: La CSTB s’explique sur la décision des syndicats

Joins au téléphone par notre rédaction, le secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb), Kassa Mampo, dénonce cette fuite en avant. Le gouvernement est visiblement indifférent face à la paralysie depuis plusieurs semaines des activités pédagogiques dans le secteur de l’éducation. C’est du moins ce que l’on peut dire après qu’il ait montré à nouveau sa volonté de fermer la porte aux négociations.

En effet, à travers un courrier adressé aux secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales, il les a invités à une énième négociation ce jeudi 08 février 2018 pour le dégel de la crise. Contre toute attente, ce gouvernement par l’intermédiaire de la directrice générale du travail, a envoyé dans la nuit du mercredi des messages auxdits secrétaires, leur annonçant que ladite rencontre est reportée à une date ultérieure.

Comme si cette paralysie de l’administration publique laissait indifférent l’exécutif. Si le gouvernement se complaît dans cette attitude de ruse et de rage, les secrétaires généraux la dénoncent.

Joins au téléphone par notre rédaction, le secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb), Kassa Mampo, n’a pas caché ses impressions face à ce report. Selon ses explications, le gouvernement est incapable de convaincre dans sa gouvernance, c’est pour cela qu’il a des comportements de dictateur.

« Ce report de la rencontre est une fuite en avant de l’exécutif » a-t-il déclaré.

A l’en croire, ce gouvernement est conscient de ce qu’il fait mais les centrales et confédérations syndicales sont déterminées dans ce bras de fer. En principe poursuit-il, un gouvernement sérieux aurait pris des résolutions au plus vite pour sortir de cette impasse.

A l’en croire, la restitution des défalcations faites sur les salaires des travailleurs, est la condition sine qua none pour reprendre les négociations. Et le gouvernement le sait, car argue-t-il, ces défalcations sont illégales selon la loi 2001-09 du 21 juin 2002, portant exercice du droit de grève qui dispose en son article 25 que les grèves qui portent sur les droits acquis et sur les violations des libertés fondamentales ne peuvent pas faire l’objet de défalcations. Les travailleurs exigent la satisfaction des revendications d’ordre général et corporatistes a laissé entendre le Sg.

« Le Bénin à l’œil sur Patrice Talon » a dit Kassa Mampo, pour mettre en exergue toute la responsabilité du chef de l‘Etat dans cette impasse.

Il conclut en précisant que la grève se poursuit et qu’aucun travailleur ne sera radié comme le prétend le gouvernement.

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire
    Helian Il y a 9 mois

    ABT, PIK, HOUNGBEDJI, c’est le passé. Regardons vers l’avenir.

    • Avatar commentaire

      doyen…hélian…!!!

      regardons vers le passé…je suis d’accord…!!

      Mais pensez vous..que la majorité des beninois…sont assez murs…pour se doter…d’une direction…et choisir leur destin

      hélas…cette majorité analphabete illétrée…écoute..encore ces dits dits leaders

      talon a compris l’enjeu…et nous aussi…et c’est pourquoi..moi le sultan aziz..je pense…qu’il faut…une opération de force….pour démanteler…l’emprise manifestement mafieuse…de certaines personnes…quitte à les écarter définitivement….

  • Avatar commentaire
    Elhadj Diop Il y a 9 mois

    ABT ET PIK attendent quoi pour démissionnér sinon ils seront disqualifié pour l election 2021.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 9 mois

      PIK et ABT ne devraient jamais faire partir de ce gouvernement conduit par Patrice TALON. C’est une erreur politique et stratégique grave de leur part.

      Ils peuvent envoyer des lieutenants, mais jamais eux-mêmes ne devraient servir de caution morale à Patrice TALON.
      Cet homme, un cauchemar pour notre pays a ruiné leur image sur l’autel de sa gourmandise et de sa cupidité.

      Le successeur de YAYI BONI devrait venir d’eux, même si ma préférence allait à PIK.
      A présent, le Bénin est en pénurie de personnalité crédible alternative TALON détruit tout ce qu’il touche !!!.

      • Avatar commentaire

        pour..moi c’est une bonne chose et une bonne occasion…d’avoir démasquer…ces deux trous de cus….

        il n’ ya que lz….qui peut nous en sortir

        Si tout ne marche pas…il falloir…un coup de force…appuyé par la france…pour imposer…le dévollepement….par la force à ce peuple de papous….

        • Avatar commentaire
          Sonagnon Il y a 9 mois

          Mr AZIZ, vous ne voyez pas de Lionel ZINSOU est aussi démasqué???

          S’il était Président, n’allait il pas trouver les moyens pour payer les 15 milliards son créancier????

          Cette méthode de recourir à une dette aussi importante pour payer les logos et corrompre les gens pour se faire candidat FCBE est une méthode voyou!!!

          Pas de l’homme respectable et compétent, capable de bâtir le Bénin dont nous rêvons tous.

        • Avatar commentaire
          OLLA OUMAR Il y a 9 mois

          Ça c’est mon parent aziz que j’aime et que je retrouve 😘😘😘

  • Avatar commentaire
    virgile Il y a 9 mois

    Certains syndicalistes béninois sont trop ridicules, l’un d’eux est justement KASSA MAMPO. La lutte syndicale n’est pas du bruit. Ces syndicalistes n’ont qu’à savoir quelque chose maintenant. les temps ont changés, les systèmes évoluent. Il n’ont voyager un peu pour aller apprendre comment la lutte syndicale se fait en Allemagne, en Inde, en Chine, au Japon, en France, au Royaume unis. Ceux qui nous prêtent de l’argent est ce que c’est de cette manière que leurs travailleurs agissent?
    Ouvrons un peu les yeux chers syndicalistes pour ne pas paraître trop archaïques.
    Moi j’étais sympathisants de première heure et distributeur de tracs pour le PCB. Mais ce temps est fini. Voyons les choses autrement.

    • Avatar commentaire

      tiens tiens.!!!….virgile..distributeur de tracs…du pcb

      Donc un anago gossi…qui a passé par les mailles du filets de kérékou et ses tortionnaires

      Ainsi donc…donne tes coordonnées..afin qu”on te rende une petite visite tot le matin”..

      On va bien te traiter à ségbana….n’est ce pas..

  • Avatar commentaire
    Démocrate Il y a 9 mois

    La CSTB sous couvert le PCB ne connaît que la grève.
    Cette forme de mener la lutte syndicale porte préjudice à l’économie nationale.
    Il faut que ce parti revoie sa copie.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 9 mois

      Économie nationale prise en otage par talon et son clan , autant revendiquer sa part aussi .
      Et puis vos ” me redis rouges ” c’était quoi 😂😂😂

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Ils ont beau fuir , ils finiront par vous rencontrer , et ensuite courber l’échine , en vous restituant les sous défalqués.
    Au fait PIK existe-t-il, est-il toujours membre de ce gouvernement ? 
    Dites lui qu’être ministre n’est pas obligé  

    • Avatar commentaire

      Et le sémèrouan dounkpago….?

      Pourquoi tu ne demande…pas d’apres lui

      Je veux parler…du ministre des taxi jaunes…

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 9 mois

        Aziz, tu verras bientôt ABT quitter talon , tellement il avale des couleuvres .