Bénin : « Les salaires politiques renforcent davantage la position des syndicalistes…»

Bénin : « Les salaires politiques renforcent davantage la position des syndicalistes…»

Les débats sur la crise sociopolitique au Bénin se poursuivent et focalisent l’attention. Hier sur une émission d’une chaine de télévision nationale, des parlementaires ont été invités à faire le débat.

Bénin : Noël Chadaré invite les travailleurs à maintenir la lutte syndicale

Au nom de ces députés de la 7e législature, l’honorable Nourénou Atchadé des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), membre de la minorité parlementaire et son collègue Orden Alladatin du bloc de la majorité parlementaire. Le syndicaliste Noel Chadaré et certains de ses collègues également invités sur l’émission, ont fait le point des négociations menées avec le gouvernement, notamment les avancées et les points de discorde.

Les questions relatives au caractère politique de la grève, la légalité de la grève, les défalcations sur salaire, le durcissement de la grève des enseignants et les portes de sortie de cette grève. Sur ces différentes questions, le député Nourénou Atchadé a invité le gouvernement à rétrocéder les salaires défalqués pour le dégel de la crise alors que son collègue Orden Alladatin estime que les défalcations sont prévues par les textes, et que c’est une question de principe.

Pour ce qui concerne les six arrêtés du gouvernement, le député Alladatin n’est pas d’avis avec les syndicalistes qui pensent que c’est du saupoudrage. Le député de la majorité parlementaire estime que les recettes de l’Etat n’augmentent pas alors que la satisfaction des besoins des enseignants fait appel à une importante incidence financière.

D’avis contraire, son collègue Atchadé condamne les salaires politiques mirobolants octroyés aux proches du pouvoir. C’est ça qui selon lui renforce la position des syndicalistes qui pensent que la richesse existe et doit être partagée. Il conclut que le gouvernement doit travailler à restaurer sa crédibilité en respectant les engagements, car rappelle t-il que le candidat Patrice Talon avait lui-même promis de faire adopter les statuts particuliers des enseignants, ce qui lui avait valu le vote de ces derniers

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Akala Tetede Rafiou Il y a 6 mois

    Es on que le président peuve dire son salaire au peuple beninoise

  • Avatar commentaire
    Hélian Il y a 6 mois

    Talon attend de nommer ses seids a la cour constitutionnelles. Il gagane du temps. Mais, comme lui, les décisions de sa cour ne seront pas respectées.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 6 mois

    Qu’appelle -t-on salaire politique dans un pays Sous-développé qui vit Sous Perfusion.
    Collecter des impôts chez les pauvres populations et Payer 5 millions, 12 millions et 16 millions de FCFA par moi à des gens qui n’ont que deux bras deux yeux et deux jambes comme tout le monde? Ce n’est pas une Aberration un acte dé-bile?

  • Avatar commentaire
    Abedi**TALON** Il y a 6 mois

    A bat la dictature des syndicats. Ils sont ennemis de la nation , les sadiques du développement , les traîtres de la nation , fainéants les combats de la république..qui n’ont pas la notion de patriotisme…Dieu vous voit

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 mois

    Que ce gouvernement  rétrocéde les défalcations aux travailleurs et nous fiche la paix .
    Talon lui n’a pas hésité un seul instant pour se faire payer 47 millards hors toutes orthodoxies de comptabilités publiques 
    Vous ne parlez même pas des magistrats , eux qui disent le droit , qui sont en grève depuis , pour se voir rétrocéder leurs défalcations .
    Peut-être que talon et djogbenou attendent de placer leurs homme à la tête de la juridiction qui va leur donner raison sur la défalcation . Les vo.yous 

  • Avatar commentaire

    Que les deux parties fassent sacrifice pour que nos enfants aillent à l’école et leur éviter surtout l’année blanche. Aussi bien les syndicats que le gouvernement tout le monde doit accepter de faire un sacrifice pour que l’école surtout reprenne sans délai. On n’est pas du tout content de voir les enfants à la maison depuis bientôt deux moi. C’est quoi ? trop c’est trop maintenant.

  • Avatar commentaire

    Laissez nos enfants aller à l’école c’est tout.