Bénin : Le Syntra-Ttp fait un diagnostic inquiétant

Bénin : Le Syntra-Ttp fait un diagnostic inquiétant

Le Syndicat national des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics (Syntra-Ttp), n’a pas passé sous silence les mesures restrictives de liberté qui s’observent sous le régime de la rupture.

Bénin: Les “anciens” membres de l’Arcep vont comparaître pour « usurpation de titre »

A travers le communiqué n°032/BEN/SYNTRA-TTP/SG/SA du bureau exécutif en date du 05 mars 2018, ce syndicat s’offusque du discours du chef de l’Etat tendant à livrer les travailleurs à la vindicte populaire.

Le chef de l’Etat ébranle les travailleurs par son discours ‘’haineux’’, par ces moments de grève généralisée dans l’administration publique. Vaille que vaille, chaque syndicat lui résiste avec des commentaires qui caractérisent sa gouvernance de tyrannique. Selon le bureau exécutif du Syndicat national des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics, « depuis le renouveau démocratique, jamais nos libertés n’ont été aussi menacées et foulées au pied, que sous le pouvoir de la rupture ». L’heure est grave remarque le Syntra-Ttp, qui note avec regret que « le pouvoir de la rupture a totalement viré vers l’exercice liberticide du pouvoir ».

D’après Athanase Hounsou et les siens, le pouvoir de la rupture se révèle chaque jour un peu plus tyrannique. Il est entré en guerre ouverte contre le peuple et les travailleurs. Ils en veulent pour preuve les propos du chef de l’Etat devant les chefs de confessions religieuses et les femmes des marchés qu’il a rencontrées ce samedi 03 mars 2018.

« Les travailleurs sont livrés à la vindicte populaire à chacune des rencontres du chef de l’Etat avec différents groupes sociaux », fait constater le Syndicat national des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics (Syntra-Ttp).

Il déplore que les travailleurs soient exposés au jugement des groupes qui sont allés suivre le chef de l’Etat au palais. Les agents de l’Etat sont importants, et plus importants sont les enseignants, sans qui ni les gouvernants, ni les fonctionnaires, ne seront à la hauteur de leur tâche d’après le Syntra-Ttp. Le syndicat déclare donc que : « Face à un pouvoir liberticide qui ne respecte ni la constitution, ni les libertés et droits des citoyens bénéficiant d’une protection constitutionnelle comme le droit de grève, notre réplique doit être forte, sans concession, … ». Athanase Hounsou rappelle que l’Etat est différent de l’entreprise, et appelle les ploutocrates de la Rupture à éviter toute confusion

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Ayadji , laisse un peu l’os à rogner que ce régime t’a mis dans la gueule , et viens un peu au secours de tes amis de lutte 😂😂😂