Crimes rituels au Bénin : la rançon de l’hypocrisie collective

Crimes rituels au Bénin : la rançon de l’hypocrisie collective

Le Béninois a le génie d’entretenir le pourrissement. Il ne réagit aux problèmes sociétaux qu’au tout bord du précipice. Il ne se rend compte du cadavre de la bête à son côté, que lorsque devenu charogne ses odeurs fétides l’empêchent de respirer.

Un béninois empoche plus de 124 mille euros grâce à une arnaque sur « Le Bon Coin »

Lorsqu’on parle d’anticipation, de prévision et de programmation, le Béninois en fait le dernier de ses soucis. Ce n’est parfois pas de sa faute. Il est tellement submergé par la gestion des affaires quotidiennes, qu’il lui est difficile de penser aux problèmes que ses actes d’aujourd’hui vont engendrer demain.

C’est bien parce que nous fonctionnons tous ainsi, sans anticiper sur les problèmes de demain, qu’on se découvre brutalement dans un pays de barbarie où des jeunes assoiffés d’argent facile perpètrent des crimes rituels avec la complicité des « Hounnon » et autres devins vendeurs d’illusion et de fortune. C’est bien parce qu’on ne voit jamais le danger venir qu’on n’a pas vu hélas le drame national qui se jouait depuis plus d’une décennie.

Par milliers, des adolescents abandonnent collèges, universités et centres de formation professionnelle, pour s’adonner à la ‘’cyber escroquerie’’. On les voyait prendre d’assaut les cyber-cafés qu’ils occupent à longueur de journée, les yeux rivés sur des écrans d’ordinateurs. Puis quelques mois après, ils étaient totalement métamorphosés. Les vieux Jean et les T-shirts délavés rapidement troqués contre des habits et des bijoux de luxe. Les coupes de cheveux, les tatouages, les piercings et les baskets les différencient désormais du lot. Ils roulent désormais carrosse, changent de mode de vie, fréquentent les bars climatisés et les restaurants chics. Ils ne cachent plus leurs fortunes.

Leur générosité profite bien à leurs proches : papa, maman, frère, cousin, neveu et petite amie… sont fréquemment arrosés de billets de banque… ou pas ! Certains parents impressionnés par la fortune subite de ces jeunes, invitent parfois leur progéniture à les imiter. D’autres s’efforcent à donner leurs filles en mariage à ces « nouveaux riches », qui ont pion sur rue dans toutes les grandes villes du pays. Tout cela se passait dans notre pays ici depuis plus d’une décennie. Très peu parmi nous voyait du mal à cela.

On était presque tous fiers d’eux, tant ils pullulaient dans nos quartiers avec des véhicules luxueux. L’approbation était presque généralisée, au point où un technicien en  informatique m’a déclaré un jour : « moi j’ai fait l’informatique mais je ne savais pas qu’on pouvait en tirer autant d’argent ». Il regrettait ainsi de n’avoir pas pu exercer ce ‘’métier’’, en dépit de sa connaissance de l’informatique.

On applaudissait presque tous ces « petits cyber escrocs » qui ont changé parfois nos vécus, et démythifié l’usage des voitures de luxe dans nos grandes villes. On les louangeait et on continuerait à le faire si leurs victimes se comptaient seulement parmi ces toubabs qu’ils déplumaient financièrement par des ventes virtuelles de choses qu’ils ne possédaient pas. On les célébrait pour leur ingéniosité et la grande intelligence qu’ils consacraient à escroquer les ‘’blancs’’. Tant que ce sont les autres, personne ne voyait de mal à leur sale boulot. On les glorifiait pour leur « exploit », à gruger les blancs.

Certains parmi eux n’hésitaient pas à dire que c’était pour eux le seul moyen de récolter les fruits des efforts consentis par leurs aïeux -pendant l’esclavage et la colonisation-, pour développer l’Europe. Mais mal leur a pris. Depuis quelques années déjà, leur « business » ne marche plus trop. Et pour cause, le nombre très croissant des victimes de cyber escroquerie a amené beaucoup d’occidentaux à se montrer plus prudents, et même réfractaires aux propositions alléchantes sur la toile.

Les services compétents de plusieurs Etats ont aussi développé des projets pour lutter contre le fléau. Tout ceci, a contribué à réduire de façon drastique le nombre de victimes en Europe et en Afrique.

Ainsi désabusés, les « gay-men » se sont reconvertis. Ils ont découvert une autre opportunité pour gagner facilement beaucoup d’argent, dont ils ont besoin pour frimer et maintenir le même train de vie. Désormais, ils font des alliances diaboliques avec des fétiches, des divinités obscures qui leurs crachent des billets de banque tous les jours ou qui les aident à hypnotiser leurs victimes. En retour, ils doivent leur offrir du sang humain. Ne pouvant s’en prendre aux blancs, ils ont jeté leur dévolu sur nos enfants, nos sœurs, nos parents qu’ils kidnappent, égorgent, vident de leur sang pour satisfaire l’appétit funeste de leurs fétiches.

Les nombreux corps mutilés et vidés de sang découverts en si peu de temps, témoignent du niveau du drame. Nos « héros » d’hier sont devenus des damnés d’aujourd’hui, traqués par la police républicaine. Le mal était pourtant là depuis. Il pourrissait et nous rongeait en silence. Nous sommes tous responsables pour avoir laisser faire. C’est la rançon de notre hypocrisie collective

Commentaires

Commentaires du site 18
  • Avatar commentaire

    vraiment je suis d accord mais c est pas maintenant la police a vu réagi, ils étaient ou avant?
    Pourvu qu’on épargne les pauvres innocents dans leur chasse aux escrocs, parce que avec l allure que les choses prennent , vous pouvez plus vous habiter , vous êtes déjà un arnaqueur, alors qu’on ne peut pas rester sale,ils n ‘ont qu’a distinguer l’homme pauvre qui souffre et trouve son argent de l’escroc.
    Etre propre ne veut pas dire qu’on est déjà qu’on ai arnaqueur
    Merci a vous

  • Avatar commentaire
    Prince Il y a 8 mois

    La lutte qui se mène actuellement est superficielle. La police républicaine doit cesser de cibler seulement les cybercafés qui ne regorgent que les menu frétins. Elle doit poursuivre les actions vers les hounnons. Il y en a d’autres criminels qui ne savent pas manipuler l’ordinateur mais qui ont ces fétiches. Mais là,Comment les appréhendés? La lutte doit être acharnée et sans répit.Nous condamnons aussi le gouvernement qui jusque là n’est pas sorti pour nous apaiser par un communiqué

  • Avatar commentaire
    Prince Il y a 8 mois

    Autant incriminer ces petits voyous gay men pour leurs actes crapuleux face à la population. Aussi autant incriminer nos gouvernants qui contraignent la jeunesse de nos pays au chômage en caporalisant tous les secteurs vitaux de nos économies. N’offrant aucune politique d’emploi et d’insertion des jeunes. Comment n’aura t’il pas de dérivés? Même phénomène,comme l’immigration clandestine

  • Avatar commentaire
    Brice HODOS Il y a 8 mois

    Le sang ne ment pas. Je suis d’accord avec Napoléon1; vu que nous sommes béninois et que c’est dans nos gènes de faire des rituels de sang. Aux mêmes causes les mêmes effets! Avant et maintenant c’est pareil; les jeunes actuellement veulent en plus du pouvoir l’argent à l’instar des rois et notables d’avant d’où les rituels de sang.

    En effet nous sommes responsables de ce qui nous arrive. Mais est ce qu’un ignorant peut toujours être considéré comme reponsable? Le peuple périt par faute de connaissances. D’où l’éducation depuis le début est le remède. Mais un peuple éclairé n’est plus trompé. Tout ça pour dire que nous devons renouer avec cet enseignement, relatif aux réalités de notre société: l’éducation une fois encore. Mais depuis la période post coloniale qu’est qu’on nous enseigne? Et voilà où nous en sommes. Bonne journée à vous!

  • Avatar commentaire

    On n’est pas censé être ” gay-men ” avant de porter des baskets et autres vêtements de luxe. Mais bref, il faut traquer ces salauds

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 8 mois

    Crimes rituels? N’y a-t-il pas quelque chose d’intriguant dans cette histoire? Le „Kininsi“, la divinité au nom de „la reine du lion“ serait une divinité si puissante que celui qui la possède est si puissant, si riche qu’une portion de la jeunesse africaine, béninoise court après pour devenir riche et gagner de l’argent en dormant. Seulement que la dite divinité est entretenue par des sacrifices particuliers, des sacrifices humains en l’occurence le sang humain régulièrement versé. Ce qui de nos jours amène à des assassinats, à des crimes crapuls odieux perpétrés sur nos yeux.

    En essayant de rechercher sur cette divinité et tout ce qu’elle engendre, certains dignitaires, cerftains chamans versés dans les cultes endogènes de chez nous, déclarent au sujet de ces crimes soi-disant rituels, qu’il en a toujours eu et que cela répose dans l’histoire ancienne des croyances et et des pratiques de notre société: Dans le royaume d’Abomey par exemple à la mort d’un roi 41 femmes volontaires seraient ainsi immolées dans la tombe pour accompagner le roi dans l’au-delà avant que le roi ne soit enterré.

    Aussi la divinité „Tolègba“ généralement installé dans certains carreffours ou au devant de certaines agglomérations de chez nous, était dans le temps errigé sur des dépouilles des êtres humains sacrifiés pour la circonstance. Il s’agirait pour la plupart des prisonniers de guerres ou des gens qui seraient nés esclaves.

    Face à toues ces explications, l’on est en droit de demander, si dans notre pays ici sous les tropiques une telle puissance existait et existe toujours, pourquoi alors n’a-t-elle pas pu nous éviter, l’esclavage qui a déporté des millions d’africains noirs vers des lointaines destinations, dont le plus grand nombre ne sont plus jamais revenus?

    Pourquoi n’a-t-elle pas éviter la colonisation?

    Et si ces sacrifices humains étaient nécessaires pour quelque chose comme on a pu le dire, quelle perte avons nous eu, quel était les désavantages collectifs subits quand l’entrée des premiers missionnaires, la pénétration de l’Islam et la colonisation du territoire ont dans un premier temps mis fin à cela ou du moins réduire leur envergure?

    Il y a lieu de poser la question, si la recrudessence des crimes rituels ne signifie pas tout simplement que près de soixante ans après l’independance, notre société se renoue avec les pratiques ancestrales obscures, dont la cohabitation avec les peuples venus d’ailleurs dans un temps nous avaient sauvés. Et si de nos jours quelqu’en soit les collorations alléchantes attribuées á ces pratiques, une partie de notre jeunesse et la société entière ne sont pas de nouveau en proie à l’obscurentisme ravageur malgré que ailleurs le monde a évolué et que de nos jours même les prisonniers de guerre jouissent des „droits de l’homme“?

    Notre société est à cheval sur la prolifération des sectes et de toutes sortes de religions et d’idéologies obscurentistes. Il est temps que l’Etat et les collectivités prennent leur responsabilité pour replacer en tête des priorités avec l’enseignement techinic et professionnel l’éducation morale, spirituelle et intrèsèque.

    De même qu’une femme n’est jamais à moitié ensceinte, nous ne pouvons pas opté pour l’Etat droit tout en étant à chaque fois en train de adapter la législation en vigueur à nos intérêts personnels. Et nous ne pouvions pas nous adhérer à la philisophie de lumière rayonnant sur le monde moderne et continuer à lorgner un quelconque avantage de l’obscurentisme ténebreux.

    • Avatar commentaire

      ta démonstration…est tres pertinente napo…!!!

      Celà prouve vraiment…que vous etes les premiers à connaitre la civilisation….avant de nous civiliser…nous les tomènou…

      Et avec des mentalités…comme ça..les gens veulent créer une monnaie.et la gérer..

      Tiens…tiens..!!!!.ce seront des kinninsi….qu’on placera..à la banque centrale…aux guichets…de nos banques..

      C’est plus simple n’est ce pas…

      bande de peuples primitifs….va…!!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Et puis agadjavi , j’avoue que c’est ce timbré de jojolabanane qui m’a induit en erreur 

  • Avatar commentaire
    Louise Il y a 8 mois

    que chaque parent commence par interpeller sa progéniture sur une fortune brusque et injustifiable, au lieu d’en profiter avec des bénédictions! restaurons les valeurs dans nos familles et que le merci soit revalorisé au détriment de l’argent. Telle est ma conviction à moi à qui on a appris à être heureuse, comblée quand vous récoltez les fruits de vos travaux au sens propre du terme.

    • Avatar commentaire
      Achille Il y a 8 mois

      Je suis 100% d’accord avec toi ma soeur. Il ya aujourd’hui un disengagement total des parents de la vie de leurs enfants

    • Avatar commentaire
      Brice HODOS Il y a 8 mois

      Les parents courent derrière l’argent. Cependant,

      • Avatar commentaire
        Brice HODOS Il y a 8 mois

        Il est nécessaire que les parents laissent le voile du tabou et l’hypocrisie pour que leurs enfants aient l’opportunité de s’en sortir. Qu’en pense tu?

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Propre , comme article , MZ , ” allotohoué dié ” 

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 8 mois

      Depuis quand Zoumenou s’apelle-t-il Sylvain Saizonou? Tellement pressé de pondre des inepties que ça ne prend meme pas la peine de jeter un coup d’oeil sur le nom de l’auteur du papier.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 8 mois

        👍 bien joué cher ami agadjavi au nez de Pinocchio, je te dis à demain chez Fogo SEBA à djeffa 😂

  • Avatar commentaire
    Jojolabanane Il y a 8 mois

    Très bel article. Bravo Marcel

  • Avatar commentaire
    Richard DJOWAMON Il y a 8 mois

    Certes, on a laissé le phénomène prendre une ampleur vertigineuse d’abord avant de songer à l’endiguer et à le tarir progressivement mais c’est toujours mieux de réagir maintenant, car mieux vaux tard que jamais, et il n’est jamais trop tard pour faire du bien, dit-on. Vivement que les fruits tiennent la promesse des fleurs!