Crise au Bénin : La fin de l’année scolaire dans la tourmente

Crise au Bénin : La fin de l’année scolaire dans la tourmente

La crise dans le système éducatif béninois, est de plus en plus inquiétante. La grève a atteint son paroxysme alors que le gouvernement et les partenaires sociaux refusent de démordre.

Bénin – Grève dans l’enseignement supérieur : Marie-Odile Attanasso échange avec les acteurs

Ils oublient tous que l’année tend vers sa fin, et que l’avenir des enfants risque d’être hypothéqué à cause d’intérêts égoïstes et inavoués de part et d’autre.

La grève des enseignants au Bénin démarrée en janvier dernier, s’est totalement enlisée avec la position tranchée des différentes parties concernées. Les jours s’égrènent et aucune solution ne se profile à l’horizon. Les enfants sont abandonnés à eux-mêmes dans les rues et de nos quartiers et villages. Or, selon le calendrier des examens de fin d’année publié par le gouvernement, l’examen du CEP devrait se dérouler le 21 mai 2018, le BEPC le 28 mai 2018, et le baccalauréat le 04 juin 2018.

Si l’on s’en tient seulement au calendrier du gouvernement, il ne reste pratiquement qu’un peu plus d’un mois et demi (01) aux candidats d’être soumis aux différentes épreuves des examens de fin d’année. Devant cette situation, l’incertitude gagne davantage les acteurs de l’école et les parents qui ne savent plus à quel Saint se vouer, car nul n’est en mesure à l’heure actuelle de préciser la date de la fin de la crise sociale, même si plusieurs négociations ont été tenues sans pouvoir permettre de sortir l’école béninoise de l’ornière. Est-ce le spectre de l’année blanche qui plane sur la tête de l’école béninoise ? Le gouvernement se décidera-t-il enfin à mettre un terme aux bras de fer qu’il a engagé avec les travailleurs en prolongeant le calendrier scolaire ?…

La nécessité de mettre fin à la crise

Plusieurs personnalités religieuses, des femmes des marchés de Cotonou et même des responsables de centrales et confédérations syndicales, ont déjà défilé au palais de la république pour demander au chef de l’Etat Patrice Talon de baisser la garde afin que le calme revienne dans le pays. Les appels incessants d’autres acteurs de la société civile sont aussi restés lettre morte. En réalité, la solution se trouve dans les mains du chef de l’Etat qui veut coûte que coûte maintenir les défalcations sur les salaires des travailleurs. Il veut montrer qu’il est le plus fort, face à tout un peuple qui l’appelle à la clémence.

Il est inimaginable qu’un Président de la République qui a mille et une tâches à exécuter à la fois, se lance dans un bras de faire totalement futile, avec les travailleurs de son pays. Tout porte à croire que l’avenir des millions d’enfants innocents qui représentent la relève de demain, ne le préoccupe pas plus que cela.

Pour espérer une probable fin d’année normale ou repoussée, il est nécessaire que les cours reprennent dans les établissements scolaires et universitaires du Bénin. Le statu quo sera un échec de la politique de gestion du pays par Patrice Talon, causant au passage d’énormes problèmes à notre nation. Par ailleurs, l’on assiste à une confusion, car pendant que les enseignants Agents Permanents de l’Etat poursuivent la grève, il se dit que les enseignants vacataires ont repris le chemin des classes.

Mais sur le terrain, le constat relatif. Et même si les cours reprenaient, comment rattraper les trois (03) mois d’impasse ? A un (01) mois et demi de l’examen du Cep, deux mois du Bepc et du Bac, peut-on encore sauver le Bénin d’une année blanche ? C’est au chef de l’Etat Patrice Talon de se prononcer sur cette question

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire

    Moi je veux une année blanche

  • Avatar commentaire
    Djahoui Ludovic Il y a 2 semaines

    Le chef de l’État n’aura qu’à tirer le verdict final pour que chacun sache quoi faire de sa vie

  • Avatar commentaire
    richy all max Il y a 2 semaines

    Aller tousent chié band de naz vous n’être que des con à votre avis comment fait-on pour rattrapé les trois mois 7 impossible l’année doit être blanchit merci

  • Avatar commentaire

    Moi je veux qu’on prolonge l’année.merci.

  • Avatar commentaire

    Vraiment.moi je veux qu’on prolonge l’année.merci.

  • Avatar commentaire

    il faut qu’ils se conprennent

  • Avatar commentaire

    moi je veut l’annee blanche

  • Avatar commentaire

    J’aurais appris que les différents examens sont désormais international. Comment peut-il donc prolonger le calendrier scolaire dans ce cas ???

  • Avatar commentaire

    moi je veux que Talon fait quelque chose pour nous sauver dans le pays sinon ce n’est pas bien loooo pardon pitié

  • Avatar commentaire

    Le président doit au moins écouter les enseignants. Il ne s’agit pas d’

  • Avatar commentaire

    Toute ma prière est que l’année soit enfin déclarée blanche. Qu’on maintienne par ailleurs les defalcations et mon pays sera guéri à jamais. La menace d’année blanche chaque fois brandie par les syndicalistes à la solde d’une opposition en panne d’arguments va perdre définitivement son effet dissuasif. Année blanche, année blanche, et après ? Ce ne sera tout de même pas la première fois au Bénin. C’est arrivé sous Kerekou mais les béninois lui ont accordé deux mandats par la suite. Mon peuple n’a pas la vertu de la tempérance qui doit caractériser les grandes démocraties, au sens de l’analyse de Socrate sur les vertus du peuple. Il y a trop d’intelligent au Benin, c’est pire que l’ignorance générale.

  • Avatar commentaire

    quand je lis…les gémissements..de amaury sonagnon,et napo….je me demande parfois..si ces gens là sont de ma génération…

    quand..on est beninois..et que surtout on a eu la chance…d’aller à l’école…on se doit de réfléchir et d’aller parfois contre soi meme…ses idées,ses postures…et pourquoi aller contre soi meme…en le justifiant

    Désormais…je parlerai du couple…talon toluba….

    En effet..ils nous imposent par …leur manière de faire…ce qu’il faut pour redresser ce bout de pays…qui est le notre..

    Oui..les décisions de toluba…surtout sont d’avant garde..et ce monsieur…est un patriote…

    Quant à talon….ce monsieur a fait..un diagnostic…du benin…qu’il connait bien..parce qu’il sait enrichi…à partir de nos tares et turpitudes..

    Qu’il s’accapare…de tous les leviers de notre économie…je ne suis pas pour…mais je dis…que nous l’avons cherché..puisque..tous ceux..qui ont demandé à voté pour lui..savait le dessein du monsieur..

    Assumons..nos choix…

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 3 semaines

    Ces misérables syndicalistes sans vergogne ont comme tradition de pousser les gouvernants au pied du mur à la veille de chaque rentrée et à l’approche des examens.
    Aujourd’hui ils ont trouvé vraiment garçon sur leur chemin. L’imperturbable Talon ne cèdera pas un cm² de sa position. Nos institutions et nos lois doivent rester fortes devant des groupuscules de syndicalistes subversifs et corrompus jusqu’à la moelle osseuse. C’est vrai que Talon distribuait à tout venant mais cette fois-ci la vanne est fermée contre ceux qui hier empochaient des prébendes pour lutter contre l’autre Président sortant ; ne sachant pas que le même scénario allait se retourner contre eux quand la roue va tourner. La Gouvernance a donc changé mais la mentalité du syndicaliste béninois n’a aucunement changé. Même 10 années blanches ne feront pas plier Talon.

    Eh ben, la roue tourne déjà!!!

    • Avatar commentaire

      Oui..toffa…le constat est affligent…n’est ce pas…!!

      Un peuple..qui refuse de travailler…et veut de l’argent…pour jour non travaillé…

      Une jeunesse..qui n’a plus de moral..à tel point..que la vie humaine n’a plus aucune forme d’importance…..

      On tue..pour juste de l’argent…

      Décidément..nous les vieux…on peut mourir tranquille…pour avoir connu..un autre benin…

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 Il y a 3 semaines

      Les syndicalistes ne sont point misérables. Et ils ne poussent aucun gouvernement au pied du mur.

      Un gouvernement responsable a le devoir sacré d’être à l’écoute des représentsants des travailleurs avant qu’il ne soit trop tard. Que symbolise le droit de grève pour vous? Et quelle lecture faites-vous de l’article 25 de la loi fondamentale du Bénin?

      Quelle loi du Bénin dit que le chef du gouvernement doit s’enrichir au detriment des pauvres populations et que les ministres et les collaborateurs immédiats du chef doivent gagnewr 12 millions, 16 millions de nos sous par mois (y compris un ministre des affaires étrangères qui ne maîtrise même pas l’anglais , la langue de la diplomatie mondiale.
      Les ministres sont à desmillions par mois et les travailleurs , les fonctionnaires n’ont pas droit à l’amélioration de leur salaire et leur condition de travail.

      Qui vous apprit des bêtises aussi grotesques.

      Puisque nous avons un petit fils de négrier à la tête de l’Etat, les travailleurs doivent travailler sans salaire et ils n’ont pas droit à faire grève? Les enseignants sont aujourd’hui les bêtes noires de Talon, il les jette à la racaille, pourtant sans enseignant Talon n’aura jamais été ce qu’il est. Âme pauvre que vous êtes.

      Nos institutions et nos lois sont elles fortes devant le seul Talon, quand il se permet d’ignorer les décisions de la cour constitutionnelle? Savez-vous au moins de quoi vous parlez?

      Hier Talon, c’est vrai comme vous dites distribuait donc corruptait tout venant, mais aujourd’hui comme il emprisonne ces adversaires d’hier sans jugement, il est bien pour vous. Une logique de ceux qui n’ont pas été longtemps à l’école.

      „Même 10 années blanches ne feront pas plier Talon“, vous dites. Seulement que ce n’est pas les enfants de Talon qui subiront les effets (ses enfants ont étudié en France lui-même le dit) , ce sont vos enfants qui en subiront les consequences.