Espion empoisonné : ça chauffe entre la Grande-Bretagne et la Russie

Espion empoisonné : ça chauffe entre la Grande-Bretagne et la RussieTheresa May, Photo: Reuters

Accusant très clairement la Russie de tentative de meurtre sur son sol, la Grande-Bretagne a décidé de hausser le ton.

Espion empoisonné : accuser Poutine est impardonnable selon la Russie

Il y a quelques semaines, l’ex-espion russe, Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Youlia, 33 ans, ont été retrouvés inconscients sur un banc public de Salisbury. Aujourd’hui, en soins intensifs, leur état semble stable quoique préoccupant. Ancien agent au service du KGB, celui-ci a été accusé de haute trahison pour avoir accepté de fournir des informations aux MI-6, l’agence de service secret britannique, en échange de 100,000 dollars.

Visiblement empoisonné, le cas de Skripal interpelle jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. D’ailleurs, Mme May, première ministre britannique, a soutenu que la Russie était coupable de cette tentative de meurtre. Face à cela, 23 diplomates russes, identifiés comme étant des agents du renseignement sous couverture, ont été expulsés. Plus fort encore, tous les contacts bilatéraux Russie-Angleterre ont été coupé. De fait, la visite prochaine du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a été annulée. Enfin, afin que ce genre d’affaire ne se reproduise plus, Londres devrait également se doter de nouveaux moyens afin de punir ces agissements, toujours plus sévèrement.

Au niveau international cette fois-ci, une rencontre en urgence du Conseil de sécurité des Nations unies a eu lieu. Au cours de celle-ci, la Grande-Bretagne a pu compter sur le soutien sans failles des États-Unis qui eux aussi, estiment que la Russie est totalement responsable. Assurant qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé, Washington a réitéré son soutien sans failles à Londres.

Des agissements qui bien évidemment ne font pas plaisir à la Russie qui a qualifié tout ce tapage de campagne anti-russe. Assurant que ces agissements ne resteront pas sans réponse, Moscou semble acculée de partout. 

Commentaires

Commentaires du site 0