Mesures fiscales au Bénin : Le gouvernement encourage l’informel

Mesures fiscales au Bénin : Le gouvernement encourage l’informel

Plusieurs entreprises ferment au Bénin, à cause des mesures fiscales prises par le gouvernement dans son budget exercice 2018. Le juriste Prince Agbojan a mis la puce à l’oreille des citoyens, sur le danger qui guette les entreprises avec ce budget.

Bénin : Sur TV5 monde, Léhady Soglo sort de son mutisme

Plusieurs irrégularités contenues dans le budget du gouvernement ont été relevées par le spécialiste. Selon ses propos, les différentes taxes créés par le gouvernement ne favorisent pas le climat des affaires, ni le développement des entreprises. Son alerte a été renforcée par les députés de l’opposition lors du vote du budget au parlement.

La conséquence est que les députés de la minorité ont refusé de donner leur quitus à ce budget sous prétexte qu’il ne satisfait que les besoins d’un groupuscule, au détriment de l’intérêt général. Selon la déclaration de la minorité parlementaire, le budget ne favorise pas le développement des entreprises.

Mais visiblement, le débat ne s’est pas fait véritablement, malgré les dénonciations de Prince Agbodjan. Et les entreprises ploient sous le coût des réformes du gouvernement qui entend mobiliser les ressources à l’interne sur la base des impôts générés par les entreprises. Ce qui crée des difficultés à plusieurs entrepreneurs, contraints de fermer baraque.

Dans le même temps, des entreprises parrainées par le clan talon, bénéficient d’exonérations fiscales délirantes… Certains promoteurs se résignent à poursuivre leurs activités dans un contexte de difficulté d’accès aux marchés, pendant que les taxes sont créées. Il est à noter que contrairement au gouvernement de Boni Yayi qui avait pris des dispositions pour susciter la création des entreprises, le régime de Talon n’a fait qu’empirer la situation obligeant les aspirants à l’entrepreneuriat à renoncer à leur projet. Cette politique favorise la montée de l’informel.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 7 mois

    Sous d’autres cieux l’Etat travaille graduellement à aider le secteur informel à s’intégrer dans le formel, ce qui bénéficie à L’Etat, car l’ardoise des impôts s’élargit. Mais dire que l’informel ne Rapporte pas d’impôts qu’il faut déguerpir les acteurs, casser leur affaire pour construire une belle ville, est une foutaise. Le ban-dit Talon n’a pas d’imagination.

  • Avatar commentaire

    L’informel…c’est une forme de redistribution…responsable…puisque les gens se débrouillent…et ne demandent rien à l’état

    L’état ne pouvant pas avoir des projets structurants…pour faire travailler tout le monde..

    Etant un libéral…je souhaite…que ce secteur..soit sécurisé par l’état…

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 7 mois

    Tout ceci montre que Patrice Talon est un vo-leur, un ban-dit, un at-hée. Il n’est pas recommandable.